• votre commentaire
  • La vache et l’inspiré.

     

     

     

     

    Les deux parasha de cette semaine Houkat et Balak sont comme un antonyme. S’opposant l’une à l’autre mais qui en fait sont l’une sans l’autre. 

     

    En bref c’est l’histoire d’une vache rousse qui purifie, s’ensuit de la fin du voyage,  la mort de Myriam; puis Moïse qui frappe le rocher pour donné de l’eau, puis des serpents dangereux s’attaquent aux contestataires, Moise fabrique un serpent de fer qu’il accroche sur un bois afin que ceux qui ont été mordu à la vision du serpent étaient guéris, puis une bataille contre les Emorites, Sihon et Og;

     

    Balak  fait appel à un Balaam un inspiré, prophète et  magicien pour maudire Israël qui en fin de compte ne peut prononcer que des bénédictions sur Israël, puis  Amalek débarque et le peuple se laisse attirer par les idolâtries du peuple de Moab, puis un israélite vient stopper le mal.

     

     

     

    La première parasha Houkat commence par nous parler de la loi de la vache rousse comme la loi de la loi comme si cette loi résumait toutes les lois en une seule les 613 lois.

     

    Les lois de  la Torah ont été données; 1: sculptées sur les pierres par Dieu, 2:  écrites sur les parchemins par Moïse. 3: gravées dans notre coeur par Yeshoua le Messie.

     

    Le fait que l’origine de la loi eut été écrite par les doigts de Dieu prouve la transcendance divine de la Torah elle prouve qu’elle n’est pas sortit même de la plus grande intelligence d’homme, elle est l’introduction dans le monde d’un ordre supérieur qui est l’ordre de la volonté divine et non pas un accommodement qui organiserait  un mode de vie social.

     

    Ce qui fut écrit par Moïse  est énoncé de manière à nous rendre libre. 

    La vraie liberté c’est être capable de vivre son identité primaire en allant retrouver au plus profond de nous la vérité qui est celle de la Torah. C’est en ce sens qu’Israël et la Torah sont UN ; 

     

    L’identité, la place profonde de l’être  c’est l’âme qui est le souffle divin. 

    C’est pour cela que Dieu dit à Abraham « לך לך ». Par ces mots, Il lui dit: « Sors de l’endroit où tu te trouves (la Babylonie) et va vers toi (vers ta génialité) ». 

     

    Cette identité se découvre lorsqu’on la  cherche au fond de soi comme une introspection foetale. 

     

    Car l’homme, l’être humain, est un projet. 

    Par conséquent, la loi, dans le peuple de Dieu, est en vérité, une sorte d’alliance entre l’intérieur et l’extérieur, où en organisant le monde, je me découvre moi-même; et en me découvrant moi-même, j’organise le monde. C’est cela la loi.

     

    La loi est liée à la pureté car celui qui s’en approche s’éloigne du monde où l’impur y est maitre, il s’oppose à la mort que donne l’impureté pour devenir pur par une renaissance.

    On renaît à partir d’une décision celle qui est de renoncer à sa vie et ses valeurs égoïstes pour suivre une vie qui se tourne vers Dieu pour vivre en harmonie avec tous autour de la notion de la loi qui nous ramène à l’essentialité du principe de la vie sur terre.

     

    Lorsque le premier homme a été créé, il a été créé pour être immortel. C’est suite à la faute qu’il est devenu mortel. Mais  en essence il devait vivre immortel. 

    L’homme porte en lui toute la vérité, l’immortalité  il a été crée parfait 

    Il porte le bien et le mal. 

     

    Il est olam hazé (une existence éphémère dans ce monde) et olam haba (une existence éternelle dans le monde futur, et donc une dimension immortelle). 

     

    Or lorsque la Torah a été donnée, le projet était de réintroduire l’éternité dans l’homme. Car, à ce moment-là, on était censé ne plus mourir

     

    Pour accomplir la loi de la vache rousse: 

    -On prenait une vache rousse (couleur qui symbolise le sang du sacrifice.) 

    -On allait la brûler pour obtenir de la cendre, (symbolise des millions de petites unités; 

    -Et on liait celle-ci avec de l’eau (l’eau symbolise le lien, les relations, nécessaire à toute vie). 

    Le fait de lier avec de l’eau les cendres de la vache rousse, qui symbolisent la mort, permettait d’être purifiée de celle-ci. 

     

    L’eau symbolise ici la Torah. La Torah purifie de la mort, et elle est la seule chose qui peut nous arracher de celle-ci. C’est pourquoi le sujet de la vache rousse est introduit par les mots « Ceci est la loi de la תורה (Torah) », et pas par les mots « Ceci est la loi de la פרה (vache) ». 

     

    Car ce qui est important pour nous dans notre vie de tous les jours c’est d’être capable de retraduire la Torah à travers tous les événements de notre vie.

    La loi de la vache rousse c’est une eau lustrale qui purifie (la loi de la Torah qui purifie), car en ce texte nous ait donné la vision du Messie Yeshoua.

     

    La loi de la vache rousse révèle que la purification ne peut s’atteindre que par la Torah. Car le messie lui-même identifié par la vache rousse et l’eau   la Torah ne peuvent se séparer.

    Pour fabriquer l’eau lustrale il fallait utiliser les cendres de la vache rousse et la mélanger à l’eau. 

    Seulement cette combinaison peut purifier.

     

    La parasha Balak présente les ennemis d’Israël les ennemis de la Torah qui cherche l’abolition de la Torah et l’abolissement  d’Israël, et l’abolissement du Messie Yeshoua. 

    Certains croyants bien penseurs clamants leurs respects pour Israël, mais vénérant un messie sans Torah ont des coeurs de Balak et des bouches de Balaam.

     

    Balak ne veut surtout pas que le Messie vienne c’est pour cela qu’il  demande à Balaam de maudire Israël car espérant la fin de ce peuple le messie ne pourrait pas venir.

    L’un des principes fondamentaux de la foi c’est de croire en la présence du Messie.

    Cette présence se manifeste par l’édification du temple qui est en chaque croyant. Celui qui croit pas au Messie ou à sa venue nie la validité de la Torah.

     

     

    Les prophéties attestants la venue du Messie Yeshoua se sont accomplies:

     

    Le Messie influencera les nations à suivre le chemin de la Torah.

    Le Messie livrera la guerre à nos ennemis et Il les vaincra. (nos démons).

    Le Messie ramènera le coeur des exilés à le reconnaitre par la Torah.

    Le Messie construira son temple dans les croyants.

    Le Messie enseignera les lois dans le coeur  de tous.

    Le Messie ramènera les nations par le pardon. (Téchouva).

     

    Devant chacun de nous sont placés des obstacles, toutes les forces égoïstes sont appelés Balak, Balaam, etc..,

    En les surmontant on peut s’élever et comprendre que tout ce qui s’oppose à Israël est un obstacle, maudire Israël c’est maudire la Torah c’est maudire le Messie Yeshoua.

     

    C’est simple à comprendre si on veut suivre Dieu en allant vers des personnes ou des enseignants, des faux inspirés qui s’opposent à Israël c’est que c’est des Balak, Balaam etc.., 

     

    Lorsque les croyants manifestent de l’ingratitude  l’égard de la Torah c’est qu’interviennent les serpents du désert. Ces serpents évoquent le mal qui sommeille en nous.

    Le serpent l’ego de l’humain qui est le vecteur de la mort, cherchant comment nous éloigner de la vérité; ne résiste pas à celui qui fait appel à Yeshoua pour le secourir.

    C’est à travers la reconnaissance de ce Messie-Torah que nous sommes amenés à une repentance(téchouva) qui transforme notre nature humaine qui nous aide et nous révèle notre capacité à repousser le mal .

     

    C’est cela Houkat et Balak du bien qui est en nous depuis le souffle divin enfoui, chercher Dieu dans sa plus pure vérité et sa  pureté originelle, lutter contre tous ce qui s’y  oppose pour naitre de nouveau par la vérité qui affranchit. 

     

    Retrouvé la Torah gravé par Dieu et écrite avec le sang de Yeshoua. Car si nous ne réalisons pas cela nous serons comme des pantins manipulés par une religion qui nous fera croire qu’on est sauvé, alors qu’on ne l’est pas.

     

    La parasha mentionne aussi le fait que le chemin qu’on voudrait prendre n’est pas forcément bon même si on pense que n’y passer juste pour voir ou pour aller voir des personnes.( certains lieux religieux). Car si on se croit fort (les filles de Moab sont là pour nous détourner).

     

     

    Car ce qui est dit; c’est pas que la Torah soit pas plus importante que le Messie lui-même ! Non ce qui est dit: c’est que sans la Torah nous ne pouvons pas connaitre le Messie Yeshoua.

     Car Le Messie ne se révèle que par une certaine adhésion à  la Torah. 

     

     

    Shabbat shalom

     

     

     L.B

     

     

     

    Lecture de la parasha:  Nombres; Chapitre 22 verset 2 à chapitre 25 verset 9.

    Lecture de la haftarah: Michée : Chapitre 5 verset 6 (7) à chapitre 6 verset 8.

    Jean: Chapitre 3: Verset: 9, 21.

     

    Lecture de la parasha: Nombres: Chapitre 19 verset 1 à chapitre 22 verset 1.

    Lecture de la haftarah: Juges: Chapitre 11 verset 1 à 33.

    2Pierre: Chapitre 2: verset 1, 22.

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • Tout ce qui brille!

     

    Cette parasha qui se nomme Coré ou Korah ou tout autres orthographes est très intéressante. Elle s’étale sur plusieurs sujets qui en fait n’en font qu’un.

     

    En résumé sa donne ça: 

    Coré et sa bande vienne râlaient auprès de Moïse car ils ne veulent plus seulement faire le service des encens au sanctuaire mais veulent concurrencer Aaron dans son service aux sacrifices.

    Dieu est en colère et les engloutis vivants au fond de la terre, suivie par des critiques du peuple qui finit par mourir. Aaron intervient et la catastrophe s’arrêta. 

    Pour stopper toutes contestations chacune des tribus apportèrent un bâton de bois sec gravé de son nom, au lendemain le bâton sec d’Aaron avait bourgeonné, fleurit et fructifier, alors que les autres étaient resté sec. 

     

    Ce fut par ce signe que L’Eternel confirma son choix pour le service d’Aaron et de ses fils qui restèrent aux sacrifices.

    Et Dieu imposa au peuple une dîme qui devra être remise aux Lévites  et à Aaron et ses descendants à perpétuité comme une alliance de sel qui ne devra jamais s’arrêter. 

    Ainsi les serviteurs du temple ne devaient jamais manquer de rien.

     

     

    Dans cette parasha Coré est animé d’un désir de pouvoir qui attise sa jalousie vis-à-vis de ses cousins, Moïse et Aaron. Ce qui le poussait à médire d’eux.

     

    Quand on est jaloux de quelqu’un on trouve toujours du mal à dire sur cette personne et on trouve toujours des personnes qui veulent entendre des médisances pour les répéter et les amplifier et ces personnes trouvent encore d’autres personnes pour continuer de lancer des rumeurs et des critiques pour alimenter des complots.

     

    Ainsi Coré parlant à Dathan, Abiram et On qui à tous formèrent un clan de 250 personnes qui elles-mêmes attirèrent 14 7OO qui  tous  finir par mourir par la colère de Dieu. Ça fait du monde qui critique Moïse!  Car ils voulaient se moquer de Moïse.

     

    Coré et sa clique étaient des personnages clinquants, ils faisaient partie de la noblesse. Ils  étaient attirés par tout ce qui brille, l’argent, et le prestige qu’il en donne.

     

    Rabbi Eléazar Hakapar enseigne que la jalousie, le désir, et l’honneur sortent l’homme de sa conscience vers le bien, car en cherchant à satisfaire ses envies égoïstes, il en arrive à passer à coté de la réalité sacrifiant le respect et l’amour dès ses proches. Ces désirs sont un signe d’immaturité.

    Cette immaturité les pousse à convoiter les biens d’autrui en créant la discorde au sein même de la famille ou cercle amical.

     

    Alors l’homme intelligent ne gaspille pas son temps en querelles de jalousie et en faisant de la médisance car il sait que sa vie le rapproche chaque jour de Dieu mais que l’idiot qui est jaloux s’éloigne de plus en plus de Dieu lorsqu’il dit du mal d’une personne qui est de plus un mensonge.

    C’est là que commence la sagesse qui fait naitre la crainte de Dieu.

     

    La jalousie est provoquée par le mécontentement de sa vie.

     

    Les Coré « s » étaient au service des encens ce qui fait référence à la prière.

    Les parfums d’encens doivent être apportés devant Dieu en ayant un coeur pur. Comme nos prières.

     

    Ils enviaient le service des sacrificateurs car les sacrificateurs recevaient les dîmes et les offrandes!

     

    Le texte de la parasha confirme que l’amour de l’argent conduit en enfer.

    Ces Coré  « s » furent englouties au centre de la terre! Ces nobles bourgeois estimer la valeur d’une personne  à l’argent qu’ils possèdent.

    Leur statut social évaluait leurs niveaux de vie.

     

     Celui qui aime l’argent n’est jamais rassasié.

     

    Notons que la vraie richesse n’est pas dans ce que nous possédons mais bien dans l’usage que nous en faisons.

    C’est alors que la richesse devient un problème. Car si la vie nous a donné d’être riche  et que c’est dur, voire impossible de donner de notre argent aux pauvres, vaut mieux alors être pauvre. Car le riche avare se détourne de Dieu.

     

    L’amour de l’argent nous conduit à nous détourner de Dieu.

     

    1 Timothée 6/9,10.

     

    Mais ceux qui veulent s'enrichir tombent dans la tentation, dans le piège, et dans beaucoup de désirs insensés et pernicieux qui plongent les hommes dans la ruine et la perdition. 10Car l'amour de l'argent est une racine de tous les maux; et quelques-uns, en étant possédés, se sont égarés loin de la foi, et se sont jetés eux-mêmes dans bien des tourments.

     

     

     

    La haftarah joint à notre parasha confirme que la colère de Dieu s’est élevé quand les enfants d’Israël se détournèrent de la Torah car ils oublièrent la loi que Moïse avait donnée sur l’argent. 

    Alors le peuple implora Dieu en lui demandant pardon de l’avoir abandonné au profit  de l’argent car ils ont adoré  les Bealim et les Astaroth qui font référence aux dieux de l’argent et de la richesse.

     

     

    Maintenant il faut comprendre que le sens allusif du texte nous fait comprendre que dans nos prières, il ne faut jamais demander de l’argent.

    Car si on demande de l’argent à Dieu c’est comme si on s’adressait à Mammon le dieu de l’argent.

    Pourquoi?

    Car c’est une loi de la Torah!

     

    Car Dieu a dit: faites moi connaitre vos besoins! 

    En ce sens que quand nous prions nous ne demandons pas de l’argent précisément pour acheter ce dont nous avons besoin ou payer des factures, mais nous faisons juste part de nos besoins à Dieu. Qui lui seul pourvoira comme il faudra.

    L’Eternel a promis que nous ne devons manquer de rien déjà dans ce qui nous est essentiels pour vivre, et si nous nous soumettons à sa loi de lui faire confiance il donnerai  même le superflu.

     

    La parasha termine avec ces paroles qui est une loi à perpétuité une alliance de sel qui ne s’arrêtera jamais que Dieu pourvoira à ses serviteurs qu’ils auraient le meilleur des  biens de la terre.

    Car c’est Dieu qui décide!

     

    Deutéronome 29: 5.

     

     

    Je t'ai conduit pendant quarante années dans le désert; tes vêtements ne se sont point usés sur toi, et ton soulier ne s'est point usé à ton pied;

     

     

    Luc:12/22,32.

     

    YESHOUA dit ensuite à ses disciples: C'est pourquoi je vous dis: Ne vous inquiétez pas pour votre vie de ce que vous mangerez, ni pour votre corps de quoi vous serez vêtus. 23La vie est plus que la nourriture, et le corps plus que le vêtement. 24Considérez les corbeaux: ils ne sèment ni ne moissonnent, ils n'ont ni cellier ni grenier; et Dieu les nourrit. Combien ne valez-vous pas plus que les oiseaux! 25Qui de vous, par ses inquiétudes, peut ajouter une coudée à la durée de sa vie? 26Si donc vous ne pouvez pas même la moindre chose, pourquoi vous inquiétez-vous du reste? 27Considérez comment croissent les lis: ils ne travaillent ni ne filent; cependant je vous dis que Salomon même, dans toute sa gloire, n'a pas été vêtu comme l'un d'eux. 28Si Dieu revêt ainsi l'herbe qui est aujourd'hui dans les champs et qui demain sera jetée au four, à combien plus forte raison ne vous vêtira-t-il pas, gens de peu de foi? 29Et vous, ne cherchez pas ce que vous mangerez et ce que vous boirez, et ne soyez pas inquiets. 30Car toutes ces choses, ce sont les païens du monde qui les recherchent. Votre Père sait que vous en avez besoin. 31Cherchez plutôt le royaume de Dieu; et toutes ces choses vous seront données par-dessus. 32Ne crains point, petit troupeau; car votre Père a trouvé bon de vous donner le royaume.

     

     

    Construisons notre vie en agissant avec intelligence et sagesse sachant que Dieu serra toujours avec nous quoi qu’il arrive même si des temps très difficile s’annoncent. Il est réconfortant de savoir que Dieu pourvoira à notre parnassa pour nos enfants et pour toutes nos familles. Ne soyons pas jaloux de ceux qui sont riches, car la jalousie nous fait perdre notre conscience.

    C’est pourquoi la parnassa est une loi éternelle pour tous ceux qui conduisent leur vie dans la sainteté de la loi et de la foi.

    La parnassa c’est se nourrir, se vêtir, se loger et pour le plus c’est Dieu qui voit si on est capable de faire bon usage de l’argent.

    Sachant que c’est l’amour de l’argent qui nous détourne de Dieu nous devons n’avoir aucune crainte de manquer  car notre richesse c’est de croire que Dieu nous a laissé sa Torah pour nous enseigner comment agir avec discernement et nous  avons l’espérance d’une vie future  meilleure car Yeshoua nous a sauvé.

     

     

    Shabbat shalom

    L.B

     

     

     

    Lecture de la parasha: Nombres: Chapitre: 16 verset 1 à chapitre 18 verset 32.

    Lecture de haftarah: 1 Samuel: chapitre 11 verset 14 à chapitre 12 verset 22.

    Lecture messianique: 2 Timothée: Chapitre 2 verset 8 à 21. Jude: Chapitre1 à 25.

     

     

     

     


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • Mission impossible!

     

     

    Cette semaine la merveilleuse parasha Chelah’ Lekha veut nous élever vers un raisonnement libérateur!

     

    Moïse envoie 12 espions à Canaan. Ils sont de retour 40 jours après pour faire un rapport de ce qu’ils ont vu.

    Deux hommes seulement ont bien compris leur mission.

    Les dix autres ont mal interprété ce qu’il leur était demandé. 

     

    Leur mission, juste évaluer Canaan!

    Ce fut pour les 10 Mission impossible, et pour Josué et Caleb Mission possible!

     

    Ces 10 ont vu et ont décidé que c’était trop dangereux et ont exposé leurs décisions devant tout le peuple. C’est ce qui déplut à l’Eternel.

     

    Mais Josué et Caleb ont bien compris qu’il fallait juste rapporter des preuves du pays, c’est pour cela qu’ils portèrent à deux une énorme grappe de raisin, une grenade, et une figue.

     

    Ces fruits tellement gigantesques témoignés que c’était comme au pays des géants. les fruits étaient en conséquence de la taille des habitants.

     

    La mission d’espionnage avait pour but de réunir un maximum d’informations sur le pays afin d’en évaluer les dangers.

    Sans décider de ce qu’ils devaient faire i

    Ces 12 espions formés par l’élite de sécurité du camp n’étaient pas tous prêts pour rentrer dans le pays de la promesse.

     

    Cela nous fait penser à nous quand nous avons un problème, on veut chercher une solution radicale.

    Alors que ce que Dieu attend de nous c’est que l’on prie, en lui expliquant tous les détails de notre problème et qu’on Le laisse faire jusqu’au bout.

    C’est cette confiance collaboratrice que Dieu veut nous apprendre.

     

    Il y a les problèmes de la vie et les problèmes spirituels mais en fait les deux sont très liés! 

     

    -Une petite histoire vrai pour illustrer le propos.

    C’est l’histoire du Rabbin Hirsh Haltein qui avait très mal au dos, il trainer ses douleurs depuis longtemps, aucun traitement ne faisait vraiment d’effet. Son médecin ainsi que d’autres médecins qu’il avait consultés étaient formels; il faut opérer, mais lui refuser catégoriquement une intervention chirurgicale. Ce qu’il voulait c’était un moyen simple et naturel pour guérir!

    En dernier recours le Rabbin Altein alla consulter le docteur Avraham Seligson.

    Celui-ci l’écouta attentivement et lui prescrivit une simple pommade à base de plante naturelle. Et ces lombaires  se solidifièrent et sa guérison durant toute sa vie!

     

    L’histoire c’est que le docteur Avraham Seligson avait compris que le Rabbin Hirsh Haltein cherchait un miracle, il espérait en Dieu.

    Avraham seligson dit:  « Le Rabbin Haltein cherchait tout simplement un réceptacle à travers lequel se manifesterait le miracle, j’ai donc prescrit une simple préparation de plante. 

     

     

    Pourrait-on avoir la même attitude face à nos problèmes, ouvrir un réceptacle pour s’attendre à un miracle? 

     

    C’est quoi un réceptacle?

    Un réceptacle c’est une dimension de foi, comprendre que sur terre pour transformer le spirituel en matériel il va falloir faire une action de foi pour que Dieu agisse, pour provoquer le miracle!

    Le réceptacle spirituel est comme un vase, une coupe remplit d’angoisse, de crainte, de peur, et de le donner à Dieu pour qu’Il le vide et le remplisse de son Esprit de Puissance, de Victoire et de Force.

    Ce qui se passe c’est que l’action doit se mêler à la foi. L’action c’est aussi par la prière sans dire comment il faut faire juste exposer le problème, élever le problème, faire monter le problème à une dimension supérieure.

     

    Caleb et Josué ont apporté du raisin, une grenade, et une figue démesuré, à la taille du problème des géants guerrier qui étaient maitres des lieux.

     

     

    Le raisin représente le miracle messianique, le Messie sur terre, le vin du shabbat, le sang du Messie Yeshoua, c’est le symbole de la paix.

     

    La figue représente aussi la paix et la fertilité, comme une maintenance en vie, une régénérescence qui se perpétue qui se régénère sans s’arrêter.

     

    C’est pourquoi les prophètes ont souvent annoncé que sous la vigne et le figuier ils seront ensemble en paix et en protection.

     

    La grenade en hébreu c’est rimon qui provient du mot Romemout qui veut dire magnificence dans le sens qui s’élève en hauteur, beauté magnifique destinée à  s’élever. La grenade fait aussi référence à la mémoire qui n’oublie pas.

     

    Josué et Caleb ont ramené du raisin de la figue et une grenade pour montrer que dans le pays où Dieu veut nous conduire il y a la paix,  la protection et la splendeur du Messie.

     

     

    Le nom de la parasha Chelakh lekha     donne en guematria la même égalité que Mashiach « Le Messie » qui est élevé par l’étude de la Torah; Le Messie peut s’atteindre par l’élévation de la pratique de la Torah.

     

     La figue: symbole de la fertilité que procure la Torah qui nous régénère et nous maintient en vie. 

    La vigne qui s’accroche avec ses sarments pour donner du raisin qui est le sang du Messie.

    La grenade qui est l’Esprit qui nous élève si par la foi en Yeshoua on s’accroche à la Torah.

    Voilà ce qu’ont rapporté Caleb et Josué,

    Comme une prophétie qui se dévoile pour ceux qui entendent les prophéties .

    « L’Esprit de Dieu qui nous élève par notre foi et notre confiance en Yeshoua si on s’accroche à la Torah, pour toujours ».

     

     

    Cette parasha avec ses codes allusifs termine par l’obligation shabbatique.

    Le shabbat c’est la vie de L’Esprit de Dieu en nous qui manifeste notre foi et notre confiance pour tous les aspects de notre vie, nos joies et nos soucis. Shabbat s’est laissé Dieu agir c’est ouvrir un réceptacle pour laisser Dieu agir. 

    C’est le soir de Shabbat que l’on dit tout à Dieu. 

     

    On remercie le Seigneur pour tous les bienfaits, toutes les bonnes choses que Dieu nous a accordé, pour les miracles qu’Il a faits, toutes les faveurs qu’Il a nous accordé, pour les guérissons, les réussites scolaires ou professionnelles, durant la semaine passée, ETC…

     

    Puis on remet la semaine qui vient, on fait nos demandes avec précision, nos attentes, nos soucis, nos besoins, et nos bénédictions pour la famille et pour les personnes qui nous ont été favorables pour la semaine qui vient, ETC…..

     

    Le texte fait mention : d’un homme qui doit être mis à mort parce qu’il avait ramassé du bois le jour du shabbat.

     

    L’ homme c’est Adam, qui viendrait de Adama ( c’est celui qui s’élève de la terre), comme un arbre. 

    « Arbre » en hébreu qui se traduit par  « ILAN ».

    L’arbre est un homme.

    Ces racines c'est la partie caché, enfouie son inconscience mais c’est là que son étincelle divine se manifeste.

    Le tronc c'est la partie apparente de l’homme, sa vie ses actions.

    Les feuilles représentent le niveau des attentes de l’homme, ses aspirations, ses ambitions, ses réflexions.

     

    L’arbre c’est le symbole  spirituel; là où tout a commencé en Eden.

    L’arbre représente la croissance d’un être humain, 

    Le juste est comparé à un olivier, un palmier, à un cèdre du Liban.

     

    Deutéronome: 20,19. Version hébraïque.

    ….Oui l’arbre des champs c’est l’homme lui-même!…

      

     

     

     L’homme vivant c’est celui qui pousse comme un arbre sans rien décider tout seul, juste attendre que Dieu envoie la pluie, le soleil ; le vent, et  une bonne terre.

    Comme un homme qui ne s’attend qu’à Dieu être arrosé par son Esprit et grandir dans la paix et la confiance quoi qu’il arrive. 

    L’homme « arbre » comme un réceptacle qui s’ouvre à Dieu pour recevoir et donner le meilleur de (ses fruits) de lui-même, un réceptacle pour que Yeshoua y demeure, un réceptacle pour que la Torah s’y remplisse.

     

    Un homme mort c’est comme un bois mort qui est par terre! 

    Un homme sans Dieu, sans Yeshoua sans Torah est un bois mort.

    C’est pourquoi le texte exprime cette pensée!

     

    Un homme vivant c’est-à-dire qui fait shabbat, ne doit pas aller le jour du shabbat « avec les hommes mort », car le bois qu’on ramasse est un bois mort.

     

    Il n’est pas interdit d’aller avec les non croyant le reste de la semaine mais le jour du shabbat on ne doit pas aller de façon volontaire dans certains lieux, dans certains parcs, dans certains endroits.

     

    Shabbat s’est sacré, c’est le rituel du vin et du pain mais; cette parasha nous rappelle aussi que lorsque l'on prépare le pain de shabbat il faut prélever « La Terouma » (un petit bout de la pâte cru) et la mettre à part. Cela pour nous confirmer que le jour du shabbat on se met à part on se consacre à la vie du Vivant qui vit en Nous Yeshoua mais on ne va pas avec les morts qui ne respect pas les commandements que Dieu nous demande de garder.

     

    Ce magnifique texte se termine par des recommandations qui nous rappelle de ne jamais oublier toutes ses lois car notre vie en dépend 

    Nombres 15:37,41.

    -« L'Eternel dit à Moïse: 38Parle aux enfants d'Israël, et dis-leur qu'ils se fassent, de génération en génération, des franges au bord de leurs vêtements, et qu'ils mettent un cordon bleu sur cette frange au coin de leurs vêtements. 39Quand vous aurez ces franges, vous les regarderez, et vous vous souviendrez de tous les commandements de l'Eternel pour les mettre en pratique, et vous ne suivrez pas les désirs de vos coeurs et de vos yeux pour vous laisser entraîner à l'infidélité. 40Vous vous souviendrez ainsi de mes commandements, vous les mettrez en pratique, et vous serez saints pour votre Dieu. 41Je suis l'Eternel, votre Dieu, qui vous ai fait sortir du pays d'Egypte, pour être votre Dieu. Je suis l'Eternel, votre Dieu ».

     

    Puissions-nous être des espions dont toutes les missions soient possibles, pour vivre notre vie avec des fruits abondants et succulents des raisins, des figues et des grenades « la foi en Yeshoua, la pratique de la Torah et la fidélité pour toujours », car si nous comprenons alors la promesse qui nous est faite c’est que notre Canaan  c’est notre guerre intérieure pour nous libérer de nos démons, afin que nos réceptacles se vide pour que Dieu y prenne toute la place et qu’au moment voulu nous puissions arrêter d’errer pour rentrer à la maison dans l’Eden. Là où le Père  nous a préparé une place pour l’éternité.

     

     

    Shabbat shalom 

    L.B

     

     

    Lecture de la parasha: Nombres : Chapitre 13 verset 1 à chapitre 15 verset 41.

    Lecture de la haftarah: Josué : Chapitre 2 verset 1 à 24.

    Lecture messianique: Hébreu : Chapitre 3 verset 7 à 19.

     

     

     


    votre commentaire
  • Sur le chemin!

     

    La parasha Bé’haalotekha aborde plusieurs sujets qui de prime abord non rien en commun les uns les autres.

     

    -Il est commandé à Aaron d’élever les flammes de la menorah.

    -La tribu des Lévites est initiées pour le service.

    -La fête de Pessah un mois après pour les retardataires.

    -Le départ du peuple du mont Sinaï avec la nuée, et le son des trompettes d’argent.

    -Moïse demande à Jethro de les accompagner.

    -Moïse désigne 70 anciens pour le seconder.

    -Myriam parle mal de Moïse, et tombe malade.

    -Moïse donne la guérison et le peuple attend son retour pendant 7 jours.

     

     

    Tous ces thèmes en fait ont un même fil conducteur, qui cache la prophétie messianique. 

     

    Cette Menorah représente la sainteté qu’il y a au milieu du peuple.

    Aaron avait pour mission d’allumer les flammes de la menorah en faisant attention de maintenir son feu sur la mèche jusqu’à ce que chacune brule d’elle-même.

    Comme pour nous faire comprendre que lorsque on enseigne un nouveau converti on le laisse pas aller seul une fois qu’on lui a parler de Dieu et qu’il semble intéressé, on reste à sa disposition jusqu’à ce qu’il s’élève tout seul. 

    Aaron était connu pour l’amour qu’il portait à tous, lors de ses services sur l’autel, donc pour nous nos prières. D’où ces paroles «  Sois comme un disciple d’Aaron aimant la paix et recherchant la paix avec ses semblables en les attirant vers la Torah ».

     

    Dans la vie il n’est jamais trop tard pour se reprendre de ses erreurs ce deuxième Pessah était pour ceux qui en cours de route se rendaient compte qu’ils étaient impurs, mais qu’ils voulaient participer à la fête. C’est pour nous dire qu’à n’importe quel moment la miséricorde de Dieu est là pour nous pardonner et nous accueillir. Car ce second Pessah c’est comme pour dire aux chrétiens; voila vous croyez au Messie mais il y a eu une erreur de parcours car vos enseignants étaient impurs,  mais maintenant que vous comprenez que le Messie ce n’est pas Jésus de dénomination chrétienne mais que le fils de Dieu c’est Yeshoua de dénomination israélite la repentance est accepté comme un deuxième Pessah (Pâque).

     Il n’est pas trop tard il faut juste être humble  et reconnaître ses tord. 

     

    C’est pour cela que cette parasha bien menée nous amène maintenant au départ du peuple qui veut suivre Moïse. C’est à ce départ-là du mont Sinaï que tout commence là où les lois de la Torah nous ont été donné.

    Et la promesse que Dieu nous donne c’est qu’il va nous guider jour et nuit par  Sa Nuée qui est son Esprit.

    Une promesse de soutien est donnée au peuple qui s’engage à suivre l’arche « La nuée ne les quittera pas tant qu’ils marcheront dans ce monde ».

    Jusqu’à l’arrivée dans l’autre monde symboliser par la terre d’Israël la terre promise, la cité céleste que Dieu a préparée pour nous.

     

    Ce départ se faisait au moment précis où sonnaient les deux trompettes d’argent, alors que pour les occasions solennelles c’est au son du shofar.

    Le shofar c’est une corne de bélier, un objet naturel créé par Dieu, mais la trompette d’argent était un objet fabriqué et façonné par des hommes comme pour nous dire.

    Maintenant que vous prenez le chemin qui est la vérité et qui est la vie éternelle les choses vont changer pour vous.

    Vous aller être façonnés et travailler par l’Esprit de Dieu.

    Car le son des trompettes avait le pouvoir de ressusciter les morts. C’est une nouvelle vie qui démarre.

     

    Cette parasha nous avertit des dangers que l’on pourrait rencontrer lors de notre chemin car il est dit dans le texte que lorsque le peuple hébreu est sorti d’Egypte (des inconverties), des étrangers s’étaient joint à eux.

    Ces personnes les ayants suivi car étant eux aussi esclaves organisaient des discours présomptueux. Car des chefs de ces personnes commencèrent à remettre en question leurs soumissions aux lois de Dieu, et tentèrent d’influencer les plus faibles et ceux qui étaient de jeunes convertis, ceux dont la flamme ne tenait pas encore seule.

    Moïse intervient et nomme 70 anciens israélites capables de remettre de l'ordre dans ces pagailleux.

    C’est pourquoi quand on s’approche de la vérité et que notre flamme est faible il y a toujours quelqu’un qui vient mettre le doute (le diable ne laisse pas partir ses âmes dont il se nourris chaque jour).

     

    Il y a toujours ceux qui viennent revendiquer des droits car ils ne connaissent pas Dieu ils n’ont aucune crainte  qui réclame de la viande car la manne ne leur suffit pas.

     

    Cette manne c’est la Torah une portion chaque jour et 2 portions le vendredi. Ils n’en veulent pas. Ils demandent de la chair.

    Cela représente que ces étrangers ne veulent pas de la Torah, ils veulent le Messie un homme de chair sans la Torah. Dieu va envoyer les cailles et ils vont mourir  étouffés par leurs chairs. Cela nous parle tellement de ce qui ce passe.

    Vouloir le messie mais sans Torah.

     

     

     

     

    Il n’y à qu’une seule chose  que Dieu nous demande c’est de rester humble car Dieu réside aux orgueilleux. 

    Le manque d’humilité ce cache sous différents aspects de piété, de gentillesse, de faiblesse, de générosité, de regarder moi je suis quelqu’un de bien!

     

    Que c’est difficile de se remettre en question.  C'est pourquoi cette parasha nous parle de ce que Moïse fut l’homme le plus humble de la terre.

    A ce moment-là Moïse demande à Jetroh (Jithro) de les accompagner, car il connaissait tous les pièges qu’il y avait en chemin  car Jetroh était anciennement un prêtre un chef religieux qui connaissait tous les arguments que vont prendre les contre  Torah, (on pourrait dire) qu’il connaissait tout « les versets bibliques qui sont  à contresens », il connaissait toutes leurs revendications. C’est alors que Moïse lui fait cette proposition qui est une des plus belles propositions que nous connaissons.

     

    Version Bible Hébraïque!

     

    Nombres:10. 29b, et 32.

     

    29b- Viens avec nous, nous te rendrons heureux, puisque l’Eternel a promis  du bonheur à Israël 

    32_Or, si tu nous accompagnes ce même bonheur dont l’Eternel nous fera connaitre, nous te le ferons partager.

     

    Cette promesse est une réalité que seul ceux qui sont remplis des dons de l’Esprit qui sont l’Amour comme Aaron, l’humilité  comme Moïse reçoivent par soumission à la Torah; 

     

     

     

     

     

    Et la guérison de l’âme qui vient comme celle de Myriam qui a dit du mal de Moïse  et de sa loi et de sa Torah.  On obtient sa guérison  car Yeshoua nous pardonne d’avoir détourné le sens de sa Torah.

    Yeshoua c’est le chemin, la vérité la vie, Il est la nuée qui nous conduit nuit et jour, Il est le son des trompettes qui retenti face à tous nos ennemis, Il est la flamme qui brule en nous et nous tient jusqu’à ce l’on s’élève, Il est celui qui marche devant nous sur ce  chemin rocailleux pour en adoucir notre marche, Il est notre conseiller, Il est tout en nous si nous voulons le suivre comme le peuple qui a voulu suivre Moïse.

     

    La haftarah vient nous donner la conclusion:

     

    -Je regarde, et voici, il y a un chandelier tout d'or, surmonté d'un vase et portant sept lampes, avec sept conduits pour les lampes qui sont au sommet du chandelier; et il y a près de lui deux oliviers, l'un à la droite du vase, et l'autre à sa gauche. `

     

    `Ne sais-tu pas ce que signifient ces choses? Je dis: Non, mon seigneur. Alors il reprit et me dit: C'est ici la parole que l'Eternel adresse à Zorobabel: Ce n'est ni par la puissance ni par la force, mais c'est par mon esprit, dit l'Eternel des armées. 

     

    Qui es-tu, grande montagne, devant Zorobabel? Tu seras aplanie. Il posera la pierre principale au milieu des acclamations: Grâce, grâce pour elle!-

     

     

    Car la montagne du Sinaï sera aplanie quand le messie viendra!

    Quand Yeshoua vient  aplanir le chemin du coeur  pour nous rendre docile à la Loi de L’Eternel. 

    Ce n'est ni par la puissance ni par la force, mais c'est par mon Esprit, dit l'Eternel des armées. 

     

     

     

    Que l’Amour, la Paix et l’Humilité soient en nous par l’Esprit de Yeshoua.

     

    Soyons comme Aaron et maintenons la flamme de ceux qui s’élève jusqu’a ce qu’ils reste allumée d’eux-même.

    Que nos soutiens en prières soient remplis d’amour pour eux pour les conduire sur le chemin de la vérité entouré des deux témoins : La Torah et Yeshoua!

     

    Ne nous laissons pas détourner du sentier de la Torah car Yeshoua est notre Nuée qui éclaire notre chemin!

     

    Que ce soir même soit le soir du départ du Sinaï pour plusieurs!

     

    -Eternel que ta lumière brille devant moi afin que je vois le chemin droit qui mène à toi. 

    Car ta manne nourrit mon âme mon être désire ta loi.

    Que mes murmures ne soient que pour te demander plus de TOI.

    Ô mon Roi je n’envie pas ce qui mange à la table des incrédules, car ils veulent me détourner de toi.

    J’ai pour le Roi de la gratitude et mon coeur est rempli de joie.

    Mon regard tourné vers la menorah je n’oublis pas tes commandements pour  que chaque jour j’en mange ma part.

    Car ce que je veux c’est de la nourriture spirituelle celle qui me conduit à toi ô MON ROI.

     

     

     

    Shabbat shalom

    L.B

     

    Lecture de la parasha

     

     

    Parasha du samedi 13 juin 2020. Parasha Bé’haalotekha; 36.

    Lecture de la parasha : Nombres : Chapitre 8 verset 1 a chapitre 12 verset 16.

    Lecture de la haftarah : Zacharie : Chapitre 2 verset 14 (ou 10) à chapitre 4 verset 17.

    Lecture messianique : Mathieu : Chapitre 5 verset 1 à 20. 


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • Qui est sain d’esprit?

     

    Cette semaine la parasha Nasso commence par le relevé des lévites, 8580 hommes de 30 à 50  ans, chargé du transport, montage et démontage du tabernacle à chaque escale durant leur itinéraire de voyage.

     

    Dieu instruit Moïse sur la loi de la Sotah! La femme qui serait soupçonnée par son mari d’un éventuel adultère.

    Puis Dieu instruit Moïse sur la loi du Nazir! La personne qui se consacre à Dieu.

    Puis nous est donné la prière de bénédiction des Cohanim.

    Les offrandes de chaque Tribu, et l’inauguration de l’Autel.

     

    La parasha mentionne une dizaine de fois  « L’Eternel parla à Moïse! »

    Cela signifie que Dieu se tourne vers le point intérieur d’une personne.

    Nous parlons toujours avec Dieu, mais nous avons beaucoup plus de difficulté à l’entendre.

     

    Quand Dieu demande à Moïse de faire le relevé des membres actifs pour le tabernacle, cela fait référence aux attributs que nous possédons en nous. Je dois m’ examiner, déterminer si  ce sont eux qui me contrôlent ou si c’est moi qui en ai pris le contrôle.

     

    Nos pulsions sont elles maitrisables ou méprisables?

     

    Dieu a formé le désir en nous, afin d’être attiré vers Lui. Comme une femme doit être attirée que vers son mari comme au jour où Dieu créa Eve.

     

    Ainsi si Dieu est la représentation de l’homme, le croyant est la représentation de la femme.

    Comprendre quel désir nous voulons changer?

    Nos désirs sont-ils conformes aux lois de Moïse?

    Pouvons-nous changer par nous-même ? la réponse biblique est NON! 

    Nous nous avons juste le désire de vouloir changer, nous avons le pardon, le regret d’avoir mal agit, mais seul Dieu peut nous changer, tout ce que nous avons à faire  c’est de donner à Dieu ce qui ne va pas en nous; afin que nos vases vils soient changés en vases d’honneur.

     

    La loi de la sotah c’est tous nos mauvais désirs ceux qui se tournent vers notre pensée, et c’est là qu’on se trompe, car notre pensée est attachée au mal et même si des fois on a des signes extérieurs qui veulent nous faire croire que l’on fait bien, la plupart du temps on se trompe.

    Entendre Dieu c’est toute la difficulté et cela ne dépend pas de notre savoir, ou de n’importe quelle qualité. 

    Entendre Dieu nous révéler ses paroles c’est là tout le mystère de la vie!

    C’est pourquoi c’est une folie que de porter ses désirs envers un Dieu qui n’est pas Dieu D’Israël, c’est ne pas être sain d’esprit que de nié que Yeshoua est pour la Torah.

    La loi de la sotah c’est être soupçonné d’infidélité, une personne croyante qui commet une telle transgression est une personne dont l’esprit de folie s’est emparé d’elle. Se détourner de Dieu est une folie si on est croyant.

    En Hébreu le mot « se détourner et folie » ont une approche similaire, comme n’être pas sain d’esprit. 

     

     

    Tout commence par le désir de connaitre Dieu d’Israël, Dieu D’ Abraham, d’Isaac, de Jacob, et rien prendre d’autre. C’est la base. Un désir vers Israël, comme des amoureux qui ne voient même pas leurs défauts. Un amour sans jugement. 

    Aimer Israël si fort et avoir le désir de faire partie de lui; S’identifier à lui.

    Et là il n’y aura pas soupçon d’adultère de la part de notre Seigneur.

    Notre désir d’être uni à Israël pour plaire à Dieu.

     

    Car si nos désirs s’orientent vers les choses qui nous arrangent, nous mettant en avant, on pourrait dire que l’on n’est pas « sain d’esprit on est fou » de vouloir chercher l’amour dans le monde au travers des hommes où femmes dans le sens qu’un humain pourrait nous aider à être heureux et en paix sur terre. Car le monde peut nous donner de l’argent, des loisirs, des passions; des intérêts pour diverses choses; mais si on n’a pas fait la paix avec Dieu rien ne peut aller vraiment. Il n’y a qu’à voir le taux de gens malheureux,  le taux de suicide, le taux de malade qui est le reflet de l’âme malade.

    Et même si tous semblent aller il y a un vide qui se fera ressentir par une souffrance à l’intérieur.

     

    C’est aussi la raison de vouloir changer, porter ses désirs vers Dieu pour une vie meilleure un monde meilleur; 

    C’est là la réponse dans notre parasha 

    C’est se mettre à part comme le fait le nazir!

    Il n’a besoin de personne le nazir, il  ne touche plus de ce qui provient de la vigne, vin, alcool ni même raisin cela veut dire que la vigne ces les rassemblements, ces les temples, les églises, les lieux d’enseignement  etc; Le nazir il veut se mettre à part. Il ne doit pas entrer en contact avec un mort, ici le mort représente celui qui ne connaît pas Dieu mais qui pourrait avoir l’air de savoir beaucoup de choses alors qu’en fait il ne connaît rien.

    Le nazir ne doit pas  se couper les cheveux; là on retient juste le symbole car les cheveux représentent des antennes  comme pour  vouloir dire; écouter Dieu.

     

    Dans l’ordre de cette parasha maintenant nous voyons la prière des Cohanim.
    Cette prière est un langage d’amour codé, la guematria   de ce langage confirme que c’est le langage des émotions de l’âme de l’Esprit Saint. 

    Etre sain d’esprit c’est de vivre sa foi au dessus de sa raison.

     

     

    Le secret de la foi au-dessus de sa raison se manifeste par trois choses.

    La foi en Dieu, et sa confiance en Yeshoua.

    La foi en la Torah qui est vérité.

    La foi hakhamim s’est accepté que les sages, les stadikim de notre génération sont toujours les transporteurs du tabernacle qui durant les siècles malgré les épreuves, les guerres, les ghettos, ce sont toujours les Lévites qui transportent l’Arche avec la Torah. L’Eternel nous éprouve notre foi sur ces trois aspects !

     

     

    C’est à cause de cela qu’il y a division; Voilà voilà ce qui cause problème!

     

    La bénédiction des Cohanim retombe sur ceux qui les bénissent voilà comment on entend Dieu parler. Quand nos désirs si forts sont portés sur Israël alors il ni à plus de soupçons d’infidélités de notre part.

     

    Et quand Dieu se fait entendre on reçois des paroles merveilleuses, des paroles qui bénissent; qui guérissent; et qui donne la paix, et l’amour des uns pour les autres; Car la voix de Dieu c’est le Messie Yeshoua qui est comme un écho dans notre coeur. 

    Etre sain d’esprit c’est recevoir l’Esprit Saint qui est renouvelé chaque année à la fête de Shavouot, ( que nous venons de célébrer) renouvelé,  augmenté dans la connaissance, la sagesse; l’amour, la miséricorde, la bonté, la patience etc…

     

    Shavouot c’est le rendez-vous avec Dieu, a condition d’être au rendez-vous?

    Mais qu’est-il vraiment écrit au sujet de cette fête?

     

    Version bible chrétienne lévitique 23: 15,16.

     

    -15,Depuis le lendemain du shabbat du jour où vous apportez la gerbe qui sera agitée de côté et d’autre, vous compterez sept semaines entières.

    -16,Vous compterez cinquante jours jusqu’au lendemain du septième shabbat, et vous ferez à l’Eternel une offrande nouvelle.

     

    Ok ! maintenant version bible hébraïque  (Torah originale). Attention la subtilité!

     

    -15 Puis vous compterez chacun depuis le lendemain de la fête, depuis le jour où vous aurez offert l’Ômer du balancement, sept semaines qui doivent être entière.

    -16 Vous compterez jusqu’au lendemain de la septième semaine soit cinquante jours. et vous offrirez  à l’Eternel une oblation nouvelle.

     

    Décryptage:

     

    Depuis le soir de la fête des Pains sans levain c’est-à-dire: le deuxième soir de Pessah  qui est un shabbat non pas un shabbat comme celui du samedi mais un shabbat de convocation de L’Eternel car il y a  partage du vin et du pain.

    Donc cette année c’était le jeudi 9 avril,  Donc à partir de ce shabbat-là (fête de Pessah)  on commence à compter les 50 jours ce qui fait que l’on se retrouve à shavouot le 28 mai 2020.

     

    On lit dans le verset  dans la version hébraïque qu’en aucun cas n’est écrit le premier jour de la semaine ni un lendemain de shabbat.

    Dans la version Torah  dans le verset 16 le mot shabbat n’est pas écrit ( cela a été rajouté dans les bibles chrétiennes).

     

    Si je réécris les deux versets de façon langage courant ça donne ceci:

    -15 Puis vous compterez chacun personnellement depuis le lendemain du shabbat de la Pâque, vous commencerez à compter les 50 jours qui dureront sept semaines entières.

    -16 Vous compterez jusqu’à Shavouot ce qui donne 7 semaines soit 50 jours sans que les semaines soient commencées le dimanche.

     

     

    On comprend pourquoi le décompte des semaines appuie les 50 jours, pour qu’on comprenne qu’il faut des semaines entières de sept jours sans que l’ordre de la semaine soit pris en compte mais seulement le nombre de jours.

    Donc ça ne tombe pas forcément un dimanche.

    Voilà, Voilà!

     

    C’est la foi hakhamin qui domine sur la raison. C’est la foi en Dieu qui donne de comprendre la Torah! C’est la Foi; C’est la foi que nous portons sur le sacrifice de Yeshoua à Pessah, car c’est lui qui est le grand stadikim, qui vit dans le coeur des croyants qu’ils soient juifs sans Yeshoua où avec Yeshoua car celui qui croit en la Torah vit en Yeshoua même si lui-même ne le sait pas!

     

    Et c’est ainsi que se termine, la parasha, lorsque toutes nos convictions basées sur Israël sont acquises, que l’inauguration de notre temple se remplit de l’Esprit de Dieu que notre maison est bénie.

     

    Shabbat shalom

    L.B

    Lecture de la parasha:

    Nombres: Chapitre 4 verset 21 à chapitre 7 verset 89.

    Lecture de la haftarah:

    Juges: Chapitre 13 verset 2 à 25.

    Lecture messianique:

    Actes: 21: 17 à 26.

    Ephésiens: 5: 1 à 33.

     

    Que Dieu vous bénisse.  

     


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • Shavouot 2020.

     

    Cette année la fête de Shavouot commence Jeudi soir 28 mai 2020 dès la tombée de la nuit jusqu’à samedi soir (incluant du coup shabbat). Cette fête dure 2 jours en raison de l’incertitude exacte de la date. On ne peut établir laquelle, d’entre les six et sept Sivan, est la date exacte de promulgation  du fait que Moïse a ajouté un jour de son propre chef,  et la seule certitude que l'on  ait quant au lieu, c’est qu’il se situe dans le désert, terre qui appartient à tout le monde.

     

     

    Shavouot, la Fête des Semaines, marque la seconde étape. Elle commémore le vœu d'obéissance éternelle par lequel la nation accueille la Loi du Sinaï.

    D’où la célèbre phrase que tout le peuple a dite ce jour-là: 

    « NAASÉ VÉNISHMA » « On fait et on comprendra plus tard », en parlant des lois de la Torah.

     

    Même si les fêtes de l’Eternel marquent les événements historiques, elles sont aussi l’expressions de notre évolution spirituelle. Les 50 jours depuis Pessah  de purification pour une union d’engagement.

     

     

    Nous allons fêter cette fête qui symbolise la réception de l’Esprit de Dieu dans notre monde.

    Pour l’élévation de nos âmes pour qu’elle élève l’humanité pour préparer l’éternité.

    Ce cadeau qui vient du ciel est une connexion, une clé USB révolutionnaire qui contient toutes les données des secrets du ciel.

    Une application qui nous donne accès à la connaissance supérieure; ces données directement écrites de la main De Dieu.

    Tel est notre devoir se connecter à la source divine pour amener le bien sûr terre.

     

    Shavouot c’est recevoir mais plus exactement c’est laisser jaillir ce que Dieu a déjà mis en nous. Shavouot c’est l’Esprit de Dieu manifesté en nous.

    Par conséquent nous devons réaliser que la Torah a été donnée à toute l’humanité  entière, mais par le pacte de la Torah fut la naissance du peuple d’Israël au mont Sinaï; c’est aussi par L’Amour manifesté en Yeshoua le Messie que nous devenons peuple  de Dieu.

    La Torah s’est révélée à la fête de Shavouot comme l’Esprit de Dieu s‘est révélé  à shavouot messianique (Pentecôte).

     

    La fête de shavouot c’est la fête cachée car elle n’a aucun symbole marquant comme les autres fêtes.

    Rien pour nous guider, nous révéler le contenu caché, simplement un rendez-vous intime qu’implique une impulsion d’amour de notre part envers le Seigneur.

     

    Seule quelques coutumes nous aident à garder pieds alliant traditions et révélations, le soir de la fête il est conseillé de veiller jusqu’à tard en étudiant quelques lectures de la Torah, cette étude s’appelle « tikkoun  leil  shavouot » qui veut dire: « le perfectionnement individuel de la nuit de shavouot ».,« réparation de la nuit de Shavouot ».

     

    Le  lendemain on lit généralement le livre de Ruth qui nous rappelle, l’histoire d’une femme non juive mais dont le coeur était sensible à l’Amour de Dieu l’a amené à se convertir à la Torah, et fut par son union avec Boaz l’ancêtre du Roi David qui par ailleurs naquit et mourut le jour de la fête de Shavouot.  

     

    Car la Torah enseigne que les âmes des inconverties  étaient aussi présentes au Sinaï lors de shavouot, comme il est dit: « Et ce n’est pas à vous seul que j’institue cette alliance et ce pacte, mais avec ceux qui sont aujourd’hui placés avec nous en présence de l’Eternel notre Dieu et avec ceux qui ne sont pas ici, à côté de nous en ce jour ».Deute 29:14,15.

     

    On comprend dès lors que Shavouot n’est pas seulement une fête pour Israël mais bien une fête pour tout le monde entier.

    C’est pourquoi la Torah fut annoncée à Shavouot pour annoncer que l’évolution spirituelle des hommes évoluerait par le Messie Yeshoua qui  vivrait en eux.

    Actes 2:1,11…..

     

    Le jour de Shavouot , ils étaient tous ensemble dans le même lieu. Tout à coup il vint du ciel un bruit comme celui d'un vent impétueux, et il remplit toute la maison où ils étaient assis. Des langues, semblables à des langues de feu, leur apparurent, séparées les unes des autres, et se posèrent sur chacun d'eux. Et ils furent tous remplis de l’Esprit Saint, et se mirent à parler en d'autres langues, selon que l'Esprit leur donnait de s'exprimer.

     

    Or, il y avait en séjour à Jérusalem des Juifs, hommes pieux, de toutes les nations qui sont sous le ciel. Au bruit qui eut lieu, la multitude accourut, et elle fut confondue parce que chacun les entendait parler dans sa propre langue. Ils étaient tous dans l'étonnement et la surprise, et ils se disaient les uns aux autres: Voici, ces gens qui parlent ne sont-ils pas tous Galiléens? Et comment les entendons-nous dans notre propre langue à chacun, dans notre langue maternelle? Parthes, Mèdes, Elamites, ceux qui habitent la Mésopotamie, la Judée, la Cappadoce, le Pont, l'Asie, la Phrygie, la Pamphylie, l'Egypte, le territoire de la Libye voisine de Cyrène, et ceux qui sont venus de Rome, Juifs et prosélytes, Crétois et Arabes, comment les entendons-nous parler dans nos langues des merveilles de Dieu?

     

    ….22,41.

     

    Ecoutez ces paroles! Yeshoua de Nazareth, cet homme à qui Dieu a rendu témoignage devant vous par les miracles, les prodiges et les signes qu'il a opérés par lui au milieu de vous, comme vous le savez vous-mêmes; cet homme, livré selon le dessein arrêté et selon la prescience de Dieu, vous l'avez crucifié, vous l'avez fait mourir par la main des impies. Dieu l'a ressuscité, en le délivrant des liens de la mort, parce qu'il n'était pas possible qu'il fût retenu par elle.

     

    Car David dit de lui: Je voyais constamment le Seigneur devant moi, Parce qu'il est à ma droite, afin que je ne sois point ébranlé.

     

    Aussi mon coeur est dans la joie, et ma langue dans l'allégresse; Et même ma chair reposera avec espérance,

     

    Car tu n'abandonneras pas mon âme dans le séjour des morts, Et tu ne permettras pas que ton Saint voie la corruption.

     

    Tu m'as fait connaître les sentiers de la vie, Tu me rempliras de joie par ta présence.

     

    Hommes frères, qu'il me soit permis de vous dire librement, au sujet du patriarche David, qu'il est mort, qu'il a été enseveli, et que son sépulcre existe encore aujourd'hui parmi nous. Comme il était prophète, et qu'il savait que Dieu lui avait promis avec serment de faire asseoir un de ses descendants sur son trône, c'est la résurrection du Messie qu'il a prévue et annoncée, en disant qu'il ne serait pas abandonné dans le séjour des morts et que sa chair ne verrait pas la corruption. C'est ce Yeshoua que Dieu a ressuscité; nous en sommes tous témoins. Elevé par la droite de Dieu, il a reçu du Père l’Esprit Saint qui avait été promis, et il l'a répandu, comme vous le voyez et l'entendez.

     

    Car David n'est point monté au ciel, mais il dit lui-même: Le Seigneur a dit à mon Seigneur: Assieds-toi à ma droite,

     

    Jusqu'à ce que je fasse de tes ennemis ton marchepied. Que toute la maison d'Israël sache donc avec certitude que Dieu a fait Seigneur et Messie ce Yeshoua que vous avez crucifié.

     

    Après avoir entendu ce discours, ils eurent le coeur vivement touché, et ils dirent à Pierre et aux autres apôtres: Hommes frères, que ferons-nous? Pierre leur dit: Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Yeshoua Le Messie, pour le pardon de vos péchés; et vous recevrez le don de l’Esprit Saint. Car la promesse est pour vous, pour vos enfants, et pour tous ceux qui sont au loin, en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera. Et, par plusieurs autres paroles, il les conjurait et les exhortait, disant: Sauvez-vous de cette génération perverse. Ceux qui acceptèrent sa parole furent baptisés; et, en ce jour-là, le nombre des disciples s'augmenta d'environ trois mille âmes.

     

     

     

     

    Shavouot cadeau de Dieu.

    Les promesses d’une vie remplie de l’Esprit de Dieu mais quand est-il véritablement?

    Beaucoup d’encre ont coulé à ce sujet, mais de l’encre fortement teintée de mensonges.

    L’Esprit Saint n’est pas un esprit de folklore, ni qui donne de la puissance aux hommes qui se produisent en spectacles; ni même une onction pour faire des trucs extraordinaires.

    Shavouot c’est le changement intérieur qui s’opère dans chacun des hommes et femmes en attitudes nouvelles. L’esprit qui jaillit pour augmenter d’année en année la compréhension de la Torah pour qu’elle nous aide à changer nos êtres ordinaires en être extraordinaire et de façon toujours et toujours dans la plus grande humilité qui soit.

    Jamais L’Esprit Saint ne donnera aux hommes des pouvoirs supradimentiels sachant que le coeur de l‘homme est orgueilleux.

     

    Les dimensions qui nous élèvent sont cachés, elles sont comme un arbre qui en son temps donne ses fruits, c’est pourquoi il est dit recherchons par-dessus tout l’Amour car sans l’Amour nous ne pouvons pas recevoir l’élévation de notre âme.

     

     

     Cette fête se prépare comme un Shabbat 

    Faire deux pains tressés mais de préférence en rond.

    Faire la prière comme à shabbat 

    Elever la coupe de vin comme à shabbat 

     

    Préparé un repas festif comme pour attendre un grand invité d’honneur. ( si c’est  possible).

    Et pour être dans l’unité avec Israël il est d’usage de manger ce gâteau traditionnel de shavouot « le cheesecake ».

    Consommer également des aliments à base de lait.

    ( Car nos actes justifient notre foi).

     

    Shavouot c’est la nouvelle moisson des âmes! 

    Et il semble que cette année la moisson sera très grande car beaucoup se sont détourné de leurs assemblées contaminées par l’esprit qui y domine. Car ils ont ouvert leur coeur à la Torah. Et ont compris que Yeshoua n’a pas aboli la loi, mais Il est venu l’accomplir en nous pour toujours.

     

     

    L.B

     

     

     Lecture de Shavouot

    Lecture premier jour

    Le livre de Ruth entier .

    Psaumes 113 à 118.

    Exode: 19: 1 à 20: 22.

    Nombres:  28: 26 à 31.

    Ezechiel: 1: 1 à 3 à 12.

    Actes 2 .

     

     

    Le deuxième jour:

     

    Deutéronome: 15: 19 à 16: 17.

    Nombres: 28: 26 à 31 

    Habacuc: 2: 20 à  3: 19.

     

     

    Shabbat shalom et Bonne fête de Shavouot.

     

     

     

     


    votre commentaire
  • Recensement des vivants .

     

     

    Cette semaine c’est avec la parasha Bamidbar que nous allons pouvons pouvoir acquérir quelques connaissances supplémentaires. Bamidbar veut dire désert, mais la parasha énumère les dénombrements.

    Dans le désert du Sinaï, Dieu demande à Moïse  que l'on procède à un recensement des tribus d'Israël. Moïse recense 603 550 hommes, âgés de 20 à 60 ans (c'est-à-dire en âge de faire la guerre). La tribu de Lévi, décomptée à part ( 22 273) hommes âgés d'un mois ou plus. Dieu demande que celle-ci soit consacrée au service du 

    Temple.

     

    L’Eternel dit à Moïse :Tu préposeras les lévites (Juifs) au service de l’enseignement. Quiconque touche à l’enseignement sacré sera puni de mort.

     

     

    Alors que chaque jour nous est recensé le nombre de victimes du civid 19 dont les statistiques dénombrent  

     4,9 millions de cas dans le monde dont 328 220 morts. 

    ( au 21 MAI).

     

    Le monde comptabilise 7,7 milliards d’habitants dont la population se compose d’environ 84 % de personnes croyant en Dieu. 

    Mais sur ce pourcentage quasiment 80% sont dans l’ignorance totale, pensant connaitre Dieu mais qui en fait ne sont que des adorateurs de Baal. Au travers les religions inventées par les hommes, les faux prophètes.

     

    Notre parasha relate que Dieu s’est mis à part les Lévites  garants et gardiens de la vérité. Cette représentation fait référence au Judaïsme qui est le peuple choisi par Dieu pour garder la Torah de Moïse.

     

     

     

    Le Messie Yeshoua est venu il y déjà plus de 2000 ans pour rassembler le monde autour de Lui en Lui par la torah, mais le monde préfère suivre les grands mouvements religieux plutôt que d’écouter celui qui parle au coeur.

     

    C’est pourquoi cette merveilleuse parasha va nous amener dans le désert si on le veut bien!

    Le désert peut faire peur, mais dans le désert on y trouve des oasis, si on a vraiment soif de vérité. 

    Une source d’eau qui vient irriguer nos veines jusqu’à notre coeur.

    Dans une oasis on y trouve des palmiers qui  nourrissent abondamment avec le miel des dattes.

    C’est le désert qui permet de recevoir et comprendre la parole. Pas dans le désert mais par le désert!

     

    Ce désert c’est sortir de toutes les religions, toutes les croyances, toutes les convictions, et décider de suivre son instinct.

     

    Ezechiel 3

     

    1Il me dit: Fils de l'homme, mange ce que tu trouves, mange ce rouleau, et va, parle à la maison d'Israël! 2J'ouvris la bouche, et il me fit manger ce rouleau. 3Il me dit: Fils de l'homme, nourris ton ventre et remplis tes entrailles de ce rouleau que je te donne! Je le mangeai, et il fut dans ma bouche doux comme du miel.

     

    4Il me dit: Fils de l'homme, va vers la maison d'Israël, et dis-leur mes paroles! 5Car ce n'est point vers un peuple ayant un langage obscur, une langue inintelligible, que tu es envoyé; c'est à la maison d'Israël. 6Ce n'est point vers de nombreux peuples ayant un langage obscur, une langue inintelligible, dont tu ne comprends pas les discours. Si je t'envoyais vers eux, ils t'écouteraient. 7Mais la maison d'Israël ne voudra pas t'écouter, parce qu'elle ne veut pas m'écouter; car toute la maison d'Israël a le front dur et le coeur endurci.

     

     

    Selon Rachi : La maison de Jacob (Beth Yaacov) cela représente les femmes qui sont la représentation d’un groupement. Et les enfants d’Israël ( Bné Israël )  fils d’Israël, ce sont les hommes, représentation de l’individualité.

     En s’appuyant sur ces 2 termes on comprend que Dieu aurait demandé à Moïse  de s’adresser aux femmes de façon différentes qu’aux  hommes. Car il semble par les reprises des écritures aient maintenu cette forme de narration.

    Donc cette initiative du désert d’adresse aux enfants d’Israël comme pour dire à chacun de nous individuellement. Pour mettre en évidence l’importance de l’être par rapport à l’anonymat d’un groupe.

     

    Mais si on va plus loin on comprend que de l’individualité c’est en réalité à un groupement en soi que Dieu s’adresse.

     

    Ainsi le texte confirme car il est écrit « selon le nombre des noms »; Car chaque personne est unique, mais est plusieurs s’il est  composé ses attributs de Dieu.

     

    Dans ce désert c’est faire le vide car rien ne pousse dans toute l’étendue du  désert, afin de nous former de l’intérieur.

     

    Dans le désert il y a des oasis de Torah qui désaltère et des palmiers qui instruisent, des fruits de l’Esprit qui sont les changements qui s’opèrent en nous! C’est recevoir le discernement.

     

     

    Nous sommes toujours dans le décompte du Omer qui va finir bientôt avec la fête de shavouot

     

     

     

     

    Durant les 10 derniers jours du décompte du Omer jusqu’à Shavouot nous est révélé Selon le pirké avot:( Le traité des pères) N° 5  dont j’en extrais quelques lignes nous déclare:

    « Dieu a créé le monde en citant 10 paroles c’est aussi en écrivant les 10 paroles qu’il créa la Torah.

    C’est afin de confondre ceux qui aiment vraiment Dieu de  ceux qui ne l’aiment pas vraiment.

    Afin de punir les impies et pouvoir récompenser les justes ceux qui ont reçu la Torah dans leur coeur. »

     

    L’importance de ces paroles sont pour ceux qui croient en un formidable encouragement, et pour ceux qui n’ont pas cru, un temps supplémentaire, ces derniers  jours avant Shavouot  c’est un temps de repentance dans le désert.

     

    Que ceux qui entendent la voix du Seigneur soient saisis par l’Esprit, qu’ils abandonnent leurs préjugés et leurs connaissances, qu’ils fassent le vide en eux prêt pour recevoir la Torah en Esprit et en Vérité, car celui qui reçoit la Torah reçoit Yeshoua.

     

    Défrichez-vous un champ nouveau! Il est temps de chercher l'Eternel, Jusqu'à ce qu'il vienne, et répande pour vous la justice.

     

    Vous avez cultivé le mal, moissonné l'iniquité, Mangé le fruit du mensonge; Car tu as eu confiance dans ta voie. 

     

     

     

    LA Torah nous a été donné par trois choses, le feu, l’eau, le désert. Car ces trois choses appartiennent à tout le monde, toutes personnes à un libre accès à ces 3 choses  elles sont gratuites.

    Car la Torah se veut accessible à tout le monde. Quand on désire aller dans un désert pour chercher Dieu car dans le désert il y a le feu de la chaleur qui exprime l' Esprit qui vient nous donner la connaissance et les mystères du ciel comme des langues de feu, et il y a les oasis qui désaltèrent de leurs eaux  par l’Esprit qui vient couler.

     

    Ce dénombrement qui se renouvelle chaque année avant et après Shavouot afin de comptabiliser la maison de Jacob. 

    Et par ce merveilleux dénouement de faire partie des enfants d’Israël inscrit dans le livre de compte de Dieu.

    Afin que la prophétie se réalise, que les fils de Juda et ceux d’Israël se retrouvent réunis et auront un même Maître le Messie Yeshoua. 

     

    Ainsi la parole s’accomplira: « Alors  je te  fiancerai à moi pour l’éternité, tu seras ma fiancée par la droiture et la justice par la tendresse  et la bienveillance ma fiancée  en toute loyauté et alors tu connaîtras l’Eternel ». 

     

    Le désert c’est aller plus loin dans la connaissance s’est laissé Dieu nous remplir de l’Esprit 

    Chercher Dieu dans le désert c’est se laisser enseigner sous les palmiers les mystères et les merveilles de Dieu.

    Comme Deborah la prophétesse qui sous les palmiers recevait toute la sagesse, l’intelligence, et la connaissance pour vaincre les ennemis pour que l’Esprit de Dieu puisse régner en Esprit et en Vérité.

     

    Le Sinaï c’est le désert  c’est l’enseignement  par l’Esprit.

    Recevoir  des révélations par l’Esprit pour comprendre la Torah, sous les palmiers afin que notre maison soit remplie des fruits de l’Esprit de Dieu.

     

     

    Celui qui comprend cela et l’accepte fera de sa terre un désert et recevra l’Esprit de Dieu dans toute sa maison.

     

    C’est ce que nous enseigne cette parasha c’est qu’il faut  qu’au jour du dernier recensement pour les statistiques nous soyons aussi nombreux que les grains de sable. C’est notre prière pour ce shabbat. 

     

    Shabbat shalom

     

    L.B

     

     

    Parasha  Bamidbar. Samedi 23 Mai 2020.

    Lecture parasha : Nombres: Chapitre 1 verset 1 à chapitre 4 verset 20.

    Lecture haftarah: Osée: Chapitre 2:1 (1:10) à 2 :22 (20).

    Lecture messianique: Luc: Chapitre 2 verset 1 à 7:  1Corinthiens: 12: 12 à 31.

     

     

     

    (Lectures pour la semaine qui vient transmise dimanche matin).

     

     


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • Bas les masques!

     

    Cette semaine il y a deux parasha qui se combinent; Béhar et Béhoukotaï.

    Béhar qui veut dire; Mont où Montagne et Behoukotaï qui veut dire; « Selon mes lois ».

    Sur le Mont Sinaï Dieu donna à Moïse les lois relatives aux shabbat que nous devons respecter. A l’agriculture, et les lois concernant les biens fonciers.

    Dans Béhoukotaï une promesse de récompense est pour ceux qui respectent ses lois.

    Mais voilà ! Comment on fait ! Ces lois semblent d’un autre temps, complètement dépasser pour notre génération. 

     

    D’abord il nous faut comprendre que pour faire la volonté de Dieu il faut commencer par comprendre où est Dieu.

    Si on le cherche uniquement en haut dans le ciel on est mal barré et pas sûr de le trouver.

     

    Dieu nous a crées à son image car Dieu est en nous. Son Royaume est là présent en nous, présent au coeur de notre conscience.

    Tout le sens de notre histoire à partir de notre naissance jusqu’à notre mort, c’est la réalisation de CE Royaume dont nous portons la responsabilité d’être une pierre qui sera avec les autres pierres l’édification de ce royaume immense.

     

    Toutes les lois sur l’acquisition des terres et leurs ensemencements font référence à notre terre intérieure qui est resté à l’abandon.

     

    Nous sommes  entré dans une phase d’épreuves où les douleurs de l’enfantement se feront ressentir de plus en plus fortes.

    Ces une phase qui permet à beaucoup de chercher Dieu.

    La terre nous avait donné le meilleur, mais la terre est fatiguée par les comportements des humains, il y avait des règles à respecter, comme de ne pas faire travailler la terre à shabbat, ça c’était important, la terre avait besoin de vivre avec le cycle de Dieu.

    Notre monde est en phase critique, ce virus qui parcourt tous les sentiers de la terre, plus les autres qui vont arriver, plus les catastrophes climatiques, plus la dictature politique qui met en place son contrôle sur tout le monde.

     

     

    Bas les masques!

    Arrêtons cette hypocrisie religieuse, cette tromperie qui a assez duré!

     

     

    Il est temps de devenir responsable de ses choix et de ses actes. Car la grande faucheuse qui prend la vie a aiguisé sa faux.

    C’est une décision personnelle que personne ne peut prendre à notre place!

    Une remise en question, pour trouver son identité divine.

    Un retour a la matrice dont nous sommes issus, pour faire ressurgir notre conscience et notre amour pour rechercher notre véritable origine et notre PÈRE!

    Dans les 10 commandements nous voyons que 5 sont d’ordres directement liés à Dieu et les 5 autres sont liés aux hommes.

    Et on se pose la question alors pourquoi dans ceux qui sont pour Dieu le cinquième commandement « tu honoreras ton père et ta mère » sont on va dire dans la colonne pour Dieu.

    Car ce commandement est pour Dieu!

     

    Et dans c’est deux parasha qui sont décrites avec des lois que notre conscience ne peut comprendre on peut quand même trouver des réponses.

     

    NOTRE PÈRE  C’EST DIEU;

     

    L’étude de la Torah ressuscite les morts, elle ressuscite  notre héritage ancestral. La recherche de la Torah c’est comme la recherche d’une mère.

    La Torah c’est comme une mère  car tout son amour est concentré page après page comme une mère qui aime jour après jour, pas étonnant que les lois qui nous ont été données sont au nombre de 613 dont (365)   égale aux jours de l’année « Tu ne feras pas » et (248) « Tu feras » égale aux membres du corps.

    Jour après jour une mère va éduquer son enfant et le met en garde de tous les dangers, et lui enseignera ce qu’il est bon de faire.

    Comme une mère elle nous nourrit d’abord de son lait puis de nourriture plus solide.

     

    L’étude de la Torah nous ramène à la lettre hébraïque « MEM » dont sa valeur est « 40 ».  Et ce 40 vient révéler ses plus beaux codes secrets.

    40 c’est l’eau, c’est le ventre.

    Cette lettre trouve sa référence avec le nom de Moïse qui veut dire « sortit des eaux ».

    A l’accouchement après les 40 semaines de gestation dans le ventre la mère, elle  perd les eaux pour donner naissance à l’enfant.

    L’eau de la vie se symbolise aussi par le lait dont le nom hébreu est « h’alav » de même valeur numérique qui correspond au ventre.

    Le 40 c’est le temps de l’isolement se mettre en quarantaine, c’est aussi un chiffre en mesure; 40 coudées la mesure du temple de Salomon.  ETC…

     

      NOTRE MÈRE C’EST LA TORAH.

    La lettre MEM vient nous rappeler qu’à travers notre filiation maternelle nous retrouvons notre héritage spirituel qui nous guide vers le chemin de notre créateur.

    Cette lettre symbolise le regard vers l’intérieur, l’introspection qui nous pousse à descendre en nous et à nous interroger sur le but de notre existence. La lettre MEM toujours lié a l’étude de la Torah nous suggère simultanément ce qui est caché lorsqu’on médite la Torah en suivant jour après jour les portions de Torah, cette lettre dévoile ce que Moïse décrivait des secrets de la loi, elle révèle la Torah caché qui annonce le Messie.  Elle lève le voile sur Yeshoua.

    Ce 40 c’est la maturité d’un individu pour accomplir des grandes choses.

     

    Yeshoua nous donne la possibilité de renaitre en acceptant de laisser mourir notre  être souillé afin de renaitre en Lui pour que nous abandonnions notre terre, tout ce qui est  grossier, vulgaire, et inutile qui obscurcit nos yeux, nous devons laisser mourrir ce qui nous sépare de Dieu. D’abandon en abandon et d’ouverture en ouverture à Dieu pour qu’Il prenne toute la place.

    Pour le réaliser il va falloir passer des paliers.

    Ces paliers souvent se passent par des épreuves ou non selon que nous avons pénétré dans les lieux que la conscience ne doit pas voir.

     

    Cet avancement nous fait acquérir de nouvelle terre c’est la symbolique qui nous ramène a nos parasha.

    L’acquisition de ces terres est en nous.

    Avant de les donnés pour Dieu elles étaient en friche mais quand nous comprenons pourquoi il faut aimer la Torah on comprend que c’est parce que Dieu veut faire de notre terrain vague un magnifique jardin d’Eden.

     

    Le véritable enseignement n’est pas celui qui nous est donné de l’extérieur.

    Nous portons la connaissance en nous. Nous sommes des êtres parfaitement connaissants dans les profondeurs de notre être.

    C’est pourquoi le plus important dans la vie ce n’est pas d’être intelligent littéralement parlant mais c’est d’avoir cette intelligence de comprendre que Dieu nous guide et nous parle de l’intérieur et cette intelligence-là dépasse tous les plus grands prix Nobel de la planète. 

    Car à quoi nous sert d’être une élite dans ce monde pour mourir sans connaitre  Dieu.

     

    Tu aimeras ton Père Dieu d’Israël! 

    Tu aimeras ta mère La Torah! 

    C’est en commençant par la Torah que l’on accède à la connaissance et à la sagesse divine.

    Comme si nous étions un palais avec dix portes fermées et qu’il nous fallait les  dix clefs pour ouvrir chacune des portes, et les dix clefs  sont données par l’étude de la Torah.

    Et toutes les promesses de bénédictions seront sur ceux qui ont compris que la Torah Se révèle de l’intérieur par l’amour de notre Père céleste, nous renaissons de nouveau mais cette fois-ci c’est pour la résurrection de l’âme et ce sera pour l’éternité dans l’amour absolu;

    Conclusion

    Béhar;

    Sur le mont Sinaï; C’est Dieu qui est descendu, ce qui veut dire qu’on ne va pas le chercher en haut puisqu’Il est descendu.

    Yeshoua aussi est descendu en nous pour que son Esprit vive en nous. 

    Béhoukotaï ;

    Si nous chérissons la Torah, nous serons bénis, les promesses de Dieu ne sont pas mensonges elles sont vérités.

     

    Pour acquérir la connaissance c’est par l’étude de la Torah

     

    Bas les masques avec tous ces enseignants qui tuent tous les croyants en leur enseignant que la Torah est abolie!

    Bas les masques avec ceux qui disent  que la Torah n’est que pour les juifs!

    Bas les masques avec ses théories du baptême du saint esprit! 

    Bas les masques avec les non-respects du shabbat!

    Bas les masques avec les fêtes de noël, pâques catho, pentecôte  et tous ces mensonges!

     

    Maintenant le temps est court que celui qui entend ces paroles et qu’il pense qu‘elles sont vrais, ce n’est surtout pas en allant demander l’avis à Pierre, Paul, Jacques, son pasteur, son curé, ou son frère sa soeur, mais c’est d’aller chercher sa réponse au fond de soi en priant l’Eternel Dieu Créateur du ciel et de la terre.

     

    Dieu a promis a son peuple celui qui reçois les enseignements de la Torah qu’il serait récompensé en prospérité et en bonheur  sur la terre comme au ciel, telles sont les paroles de notre parasha.

     

     

    Mais le port du  masque est indispensable pour mieux se protéger. C’est  un geste responsable pour les autres et pour soi.

     

     

    Shabbat shalom.

     

    Lecture

     

    Parasha du samedi 16 mai 2020.

     

    Behar;

     

    Lecture de la parasha : Lévitique : Chapitre: 25 verset 1 à chapitre 26  verset 2.

    Lecture de la haftarah : Jérémie : Chapitre : 32 verset 6 à 27.

     

    Behoukotaï;

     

    Lecture de la parasha : Lévitique : Chapitre: 26 verset 3 à chapitre 27  verset 34.

    Lecture de la haftarah : Jérémie: Chapitre : 16 verset 19 à 17,14.

    Lecture messianique :  Luc: Chapitre 4 verset 16 ,21; Jean: Chapitre 14 verset 15 à 21.

     

     

     

     

    (Lecture pour la semaine qui vient transmise dimanche matin).

     

     

    L.B

     


    votre commentaire
  • #Je compte les jours.

     

     

    La parasha de cette semaine c’est Emor qui veut dire « Parle ». Elle énonce d’abord les lois concernant les cohanims, (sacrificateurs) et le service du temple.

    Ensuite elle énumère la loi du shabbat et le calendrier des fêtes; Pessah avec son décompte du Omer, shavouot, Rosh-Hashana, kippour, souccot. 

    Et puis l’histoire du blasphémateur.

     

    Donc ça commence par; Parle et se termine par la mise à mort d’un homme qui avait blasphémé.

     

    Emor; Parle, informe le peuple de ces faits; Dis leurs qu’ils doivent changer, que leurs directions ne sont pas bonnes. 

     

    Car nous avons été et pour d’autres sont encore des blasphémateurs de Dieu.

    Nous avons déshonoré le Nom de Dieu.

     

    Depuis Pessah (Pâque) la sortie d’Egypte, la mort du Messie Yeshoua nous avons vécu une grande délivrance comme une promesse de liberté.

    Mais ensuite seul l’être humain peut décider d’ouvrir son coeur à Dieu. Yeshoua nous a donné la clé mais c’est à nous d’ouvrir les vannes de la bénédiction, car si elle ne vient pas qu’il ne s’étonne pas et ne se plaigne pas c’est qu’il n’aura pas utilisé la clé qui lui a été remise.

    Cette clé c’est la clé du Omer! 50 jours à compter pour se repentir!

     

     

    Après le shabbat de la fête de Pessah( Pâque) il nous a été ordonné de faire le décompte des jours jusqu’à la prochaine fête qui est shavouot.

    Ce décompte est de 50 jours. (Chaque soir on décompte jusqu’à l'arriver à la fête). On dit 49 jours + un jour qui est le jour de la Fête.

     

    Chaque soir on se remet en question sur nos agissants, nos doutes, nos erreurs, nos faiblesses, nos errements, et nos péchés.

    Ce temps pour se purifier de plus en plus.

     

    Ce qui est surprenant c’est que depuis que ce corona virus a fait son apparition, les parasha ont dialogué avec nous comme un véritable dialogue avec Dieu, donc il est certain que Dieu est au contrôle de tout;

     Ce décompte du Omer pour se purifier ressemble trait pour trait au confinement que presque tout le monde sur la terre a vécu.

    Selon quelques statistiques globales le confinement a  tourné autour des 50 jours (hors la Chine).

     

    La majeure partie des pays comme l’Italie qui a commencé le 9 mars, le Danemark le 11, la France le 17 mars et d’autres 20 mars etc… 

    On remarquera que tous sont restés confinés  une cinquantaine de jours   Certains 48 jours d’autres 55 jours enfin bref ça tourne dans ce nombre.

    Ces jours de confinement on changeait beaucoup de choses et c’est certain on le verra dans les mois qui viennent;

    Ce qui est bien c’est que la terre, l’air, l’eau, le ciel, les animaux se sont réjouis de cette pureté de l’environnement, l’aspect écologique aura eu raison sur l’homme  

    Beaucoup de gens sont revenu à des valeurs simples.

     

    Si la terre c’est un peu purifié, est-ce que les hommes en ont fait autant?

     

    Le mot Omer veut dire « MESURE » un volume de mesure un contenant pour faire la mesure. (Un bol doseur).

    Donc après Pessah le commandement est d’apporter une gerbe d’orge de la valeur de 1/10 du Omer.

     

    La gerbe était des épis de froment graine utilisé pour les animaux  comme pour nous dire la mauvaise graine qui est en nous.

    Et après les 50 jours c’est les bons pains de blé qu’il fallait apporter devant Dieu 

    La mauvaise graine a été remplace par le meilleur de nous-mêmes.

     

    Le Omer selon la parasha Emor; 

     

    Quand Moïse s’est  approché des hébreux pour leur parler de Dieu alors qu’ils étaient encore esclaves, Pharaon à doubler leur travail.

    Le mot Omer c’est une mesure comme un temps, un temps que l’on pourrait consacrer à Dieu.

    Pharaon représente ce  qui est matériel le travail, les occupations, etc…  

    Donc pharaon a doubler leurs travails pour occuper le corps et empêcher la tête de penser.

    Car si le corps s’acharne et s’occupe tout le temps la tête ne pense plus à Dieu.

    Travailler pour ne plus penser!

    On comprend maintenant ce temps d’ Omer s’arrêter quelques instants chaque jour pour s’inquiéter si on est bien devant Dieu 

    Ce confinement a été un arrêt de toutes activités ou momentané pour d’autres pour avoir le temps d’avoir une pensée pour Dieu.

     

     La peur de la maladie, de la mort et de l’angoisse du lendemain, on permit  à beaucoup de s’approcher de Dieu et beaucoup on décidé d’honorer les Shabbat. 

     

    #je compte les jours pour être pur!

    De mon Egypte à shavouot pour arriver mieux au Mont Sinaï.

     

    De pessah où on a reconnu que notre Sauveur c’est le Messie Yeshoua comme des grains d’orges, nous allons offrir comme la Torah nous l’enseigne deux pains de blé le jour de la fête de Shavouot. Transformer durant ces 50 jours.

    Cette offrande de pains est comme pour dire maintenant je veut te recevoir en moi car maintenant je sais que tu es mon Maître et mon Sauveur.

    Ces deux pains de shavouot sont comme les pains des shabbat que nous offrons tous les vendredi soir.

     

    Le shabbat c’est le lien le plus supradimentionel qui nous unis à Dieu. C’est le rendez-vous le plus intime, un acte d’Amour envers Dieu.

    Il incombe aux femmes( représentation du peuple qui appartient à Dieu) de préparer les pains, d’ouvrir le shabbat tous les vendredi soir dès la tombée de la nuit par l’allumage des bougies.

    Cela nous enseigne qu’après que nous ayons ouvert la porte en ayant utilisé la bonne clé durant ce Omer maintenaient  nous sommes prêts pour recevoir Yeshoua, nous l’invitons à dîner chez nous.

    Afin qu’il soit le Maître de tout, nous voulons maintenir la pureté en nous et au sein de notre famille.

    Le bon repas du Shabbat c’est honoré le Shabbat, c’est honoré, le Maître c’est honoré la Torah.

     

     

    A chaque instant où un être humain vient au monde, une part de Dieu vient sur terre, l’étincelle divine que porte le nouveau né ouvre un espace dans le monde pour y faire résider Dieu.

    Le but de l’être humain c’est de transformer son état primaire, en maison pour Dieu  de sa naissance le souffle divin est emprisonné, enfermé, caché.

    L’enfant qui naît n’atterrit pas par hasard avec tel ou tel parent, dans tel ou tel pays, dans tel ou tel contexte social ou religieux, l’arrivée d’un bébé dans ce monde est le calcul savant de Dieu.

    Le ciel renferme les secrets les plus intrigants, mais nous savons que pour arrivée dans ce palais Royal il faudra changer notre être, libérer l’espace souillé pour préparer un lieu sain pour que Yeshoua puisse y trouver un lieu rempli de sainteté un lieu qui ressemble au temple.

    C’est pourquoi nous honorons shabbat de façon extérieure car nos actes sont le reflet de ce qui se passe à l’intérieur de nous.

     

    Car si nous venons au monde comme des êtres a réparé c’est parce que nous avons été blasphémateurs du Nom de Dieu quand nous avons suivi la voie du serpent qui nous a fait manger ce qui nous est interdit.

     

     

    La parasha Emor qui veut dire parle, informe le peuple de leurs mauvaises voies car qu’ils veulent  garder leurs mauvaises graines qu’ils veulent toujours manger ce qui est interdit,

    Ainsi si la première partie du texte semble s’adresser qu’aux sacrificateurs c’est pour nous la manifestation de devenir saint comme eux.

    De cette sainteté nous devons apprendre comment vivre pour nous rapprocher de Dieu.

     

    Yeshoua est né de Torah et nous nous somme né de Yeshoua né pour glorifier Dieu sur la terre;

    La Torah est notre sainteté.

    La Torah est éternelle, ces paroles sont immuables, la Torah est notre défense et notre chemin pour apprendre à changer. 

     

     

    Rabbi Tarphon disait:

    «  Tu n’es pas obligé d’achever ton travail, mais tu n’es pas libre  de t’y soustraire complètement. Si tu as bien étudié la Torah ta récompense sera grande et ton maître sera fidèle à acquitter le salaire de ton travail; mais sache que la véritable récompense des justes est réservée pour le monde futur.

     

     

     

     

     

    Puissions-nous pendant ces jours comprendre ce que Dieu attend de nous, comprendre ce qu’est la sainteté, car Yeshoua a fait de nous des sacrificateurs en vue d’être saint.

     

     

    Shabbat shalom  

     

     

    Parasha du samedi 9 mai 2020. Parasha EMOR : 31.

    Lecture de la parasha : Lévitique : Chapitre 21 verset 1 à chapitre 24  verset 23.

    Lecture de la haftarah : Ezechiel : Chapitre : 44 verset 15 à 31.

    Lecture messianique : Hébreux : Chapitre  : 9 entier.

     

     

     

     

     

    (Lecture pour la semaine qui vient transmise dimanche matin).

     

     

    L.B

     

     

     


    votre commentaire
  • Les gestes barrières!

     

    Cette semaine il y a deux parasha Ah’aré Mot et Kédochim.

    Ah’aré Mot, commence par ces mots!  « Après la mort. »

    et Kédochim c’est: « Soyez saint car moi je suis Saint, moi l’Eternel votre Dieu ».

     

    Aaron vêtu du vêtement sacré devait entrer dans le tabernacle, à un moment très précis (jour précis) pour les offrandes de sacrifices, pour lui-même un taureau. Pour l’offrande du peuple il devait lors la fête de kippour  prendre deux boucs et un bélier et tirer au sort entre les 2 boucs, un pour l’offrande à Dieu et l’autre resté vivant pour Azazel hors du camp.

    Cette offrande pour l’expiation des péchés.

     

    Le mot péché peut s’exprimer dans le sens d’avoir fait quelques choses de mal devant Dieu se dit:en hébreu « Hett ».

    Et ce mot « Hett » veut dire : manquer son but, louper sa cible, faute involontaire, être passé à coté.

     

     Le mot péché écrit en hébreu « Avone » exprime les péchés volontaires, transgression de la loi volontairement.

     

    Et là dans la parasha le sacrifice est pour les expiations des péchés c’est « Hett ». Aaron devait apporter l’offrande du bouc pour les péchés involontaires.

     

    Yeshoua nous a pardonné pour nos péchés involontaires d’avoir transgressé les lois,  mais c’est par le mérite de la Torah qui nous apprend ce qui est interdit et ce qui est prescrit que nous sommes pardonner des fautes volontaires. 

     

     

    Aussi on interprète mal le mot sacrifice!

    Nous pensons aux sacrifices dans le temple en termes présents offerts à Dieu.

    Cette idée fausse nous fait passer à coté du vrai sens.

    Dieu n’a besoin de rien, encore bien moins d’un animal égorgé ou autres offrandes.

    Les offrandes présentées dans le temple ou le tabernacle n’étaient pas faite pour Dieu, mais bien pour nous.

    Sacrifice en hébreu vient de la racine « Korav » qui veut dire « se rapprocher de Dieu »

    Ainsi l‘animal devient un instrument pour se rapprocher de Dieu. Quand le sacrificateur devait tuer l’animal en faîte il devait placer ses mains sur la tête de l’animal de tout son poids comme pour se relier à l’animal. L’animal vivant entre ses mains mourait; Substitué le sacrifice pour prendre les péchés.

    Par les mains passaient les péchés dans l’animal qui mourait avec les péchés du peuple.

    Donc pour l’offrande de kippour ce sont les péchés involontaires que le sacrificateur faisait transmuter sur l’animal.

     

    Pour les péchés volontaires c’est la personne qui apportait au sacrificateur son propre animal pour qu’il  accomplisse  ce geste de substitution. Ainsi ce sacrifice servait pour la faute volontaire et ses conséquences;

     

    Dans ce sens le prolongement de soi à travers l’animal a tout son sens.

     

     

    Le sacrifice devient une sorte de transfert de soi-même.

    Le sens propitiation devient évident.

    Le sacrifice s’est la victime  qui c’est rendu propice pour être sacrifice.

     

    Ainsi maintenant le lien devient clair.

     

    Nous reconnaissons que le Messie est Yeshoua, qui s’est fait sacrifice mort sur le poteau (ou linteau).

    Lorsque nous le reconnaissons comme le fils de Dieu envoyé comme sacrifice nous nous rapprochons de Dieu, ainsi Il se substitue à nous et prend nos péchés involontaires. 

    Lui il est mort de chair  et par notre rapprochement nous mourons  de notre nature charnelle et spirituelle.  

     

    « Ah’aré Mot »: Après la mort notre âme prend vie par le sang de Yeshoua. 

     

    On peut voir maintenant ce que cette parasha voulait nous enseigner: Par pardonner pour nos péchés involontaires. Seul Yeshoua peut le faire.

    Et avec Kedochim les péchés volontaires. C’est nous qui devons lutter contre les péchés qui tentent de nous séduire.

     

     

    « Kedochim »

     

    La sortie d’Egypte n’a qu’un seul but suprême que de devenir saint, ainsi le lien entre son peuple s’établit de façon totale. « Je vous ai fait sortir d’Egypte pour être votre Dieu ».

    Ainsi la sortie d’Egypte ne se trouve justifier que si on se maintient dans le respect de la loi.

    Que signifie devenir saint?

    La sainteté  équivaudrait à se préserver des errements de la chaire. La sainteté repose sur la notion de séparation dans la pensée même pour après se séparer dans l’acte.

    Et tout le mécanisme repose sur l’ascèse!

    Qu’est-ce l’ascèse?

     

    C’est justement atteindre le but!

    C’est un effort visant à la perfection spirituelle, par une discipline constante de vie. C’est une manière de vivre qui impose certaines privations; C’est une discipline volontaire cherchant à maitriser l’esprit avec le corps, pour un équilibre corporel saint.

     

    Cette période de confinement nous a contraint à repenser nos priorités, espérant que nous puissions continué à viser nos essentiels et accepter de s’imposer certaines privations pour atteindre un but d’élévation spirituelle pour plus de sainteté.

     

    Donc l’ascèse est un long travail de séparation pour tous les croyants qui aspirent à être saint.

     

    Les valeurs morales de la Torah enseignent et exigent que l’homme se sanctifie par la sainteté de la Torah. Ainsi l’homme pourra être considéré comme un temple où Dieu vit.

     

    C’est deux parasha mettant l’accent sur la pureté sexuelle, tout actes sexuels non conforment selon les prescriptions bibliques et condamnées par Dieu: Homosexualité, avec animaux, inceste, familiale, où procéder pervers est inadmissible, car si le corps pratique de telle ignominie, il est impossible que Dieu vienne vivre dans notre temple intérieur.

    Notre corps serait alors une maison close pour les démons.

     

    C’est pourquoi Dieu a envoyé Yeshoua dans ce monde pour nous libérer de ses esprits.  C’est pourquoi maintenant il est si important de comprendre pourquoi les lois agissent  comme des gestes barrières.

     

    Car si Yeshoua a accompli la loi, la seule loi du sacrifice, car lui c’est fait sacrifice, nous-même nous sommes libres si nous l’honorons au temps précis, c’est-à-dire comme Dieu l’a dit à Moise que les fils d’Aaron étaient morts car il ne fallait pas entrer dans le temple pour offrir les sacrifices en un temps que Dieu n’a pas précisé. Qui est kippour, fête du pardon des péchés, 

    Le temps de la fête de Kippour est un temps puissant pour un rendez-vous ou la puissance de Dieu foudroie toutes les dominations démoniaques qui nous contrôlent.

    La débauche sexuelle, le vol, la violence, et toutes les autres dérives mauvaises qui sont des esprits installés dans notre maison corporelle peuvent être détruit si on décide volontairement de les faire mourir.

     

    Ainsi l’Eternel nous aide à ne plus donner de sacrifices aux démons par l’ascèse que nous formulons pour se séparer du mal.

     Cette distanciation physique et sociale nous éloigne des tentations et des rechutes.

     

    Kippour est le temps précis pour être libérés Yeshoua nous a lavés de nos souillures mais si nous ne restons pas vigilants le mal nous rattrape.

     

    Les gestes barrières sont: le shabbat, les fêtes bibliques, les prescriptions sur la valeur que nos corps sont des temples et nos actions sont la démonstration de nos pensées par les actes que nous faisons.

     

    Le sacrifice de Yeshoua est pour nous l’assurance qu’Il détruit pour nous toutes les souillures dont notre corps est atteint si nous sommes précisément aux rendez-vous que la Torah nous prescrit.

      

      Conclusion:

    Les 5 gestes barrières sont:

     

    1 Resté chez vous, c’est L’Esprit qui enseigne!

    2 Accoudez-vous pour lire la bible en méditant la Torah .

    3 Rester à distance de toute personne qui enseignent contre la Torah.

    4 Prenez vos distances avec les pensées malsaines.

    5 Elevez vos mains pour prier.

     

     

    Soyons Saint car Dieu veut que l’on soit Saint, repoussons toutes les souillures. Restons éloigné de ce monde pervers et nous garderons l’assurance du salut pour  atteindre le but final, pardonner et libérer de nos péchés, pour être avec Dieu pour l’Eternité.

     

     

    Shabbat Shalom 

     

     

     

    Lecture de la parasha

    Ah’aré Mot: Lévitique:

    Chapitre:16 verset 10 à chapitre 18 verset 30.

    Kedochim: Lévitique:

    Chapitre: 19 verset 1 à chapitre 20 verset 27.

    Lecture de la haftarah:

    Amos: 9: 7 à 15.

    Ezechiel: 20: 2 à 20.

    Lecture messianique: Romains: 6: 1 à 23; Ephésiens, Chapitre 5.

     

     

    (Lecture pour la semaine qui vient transmise dimanche matin).

     

     

     

     

     

     

    Shabbat shalom

     

    L.B

     


    votre commentaire
  • Confiné !

     

    Cette semaine il y a deux parasha Tazria et Metsora les deux ont la même portée symbolique la lèpre, ou maladies contagieuses.

     

    En hébreu le mot lèpre n’est pas exactement traduit par le mot lèpre, mais il est écrit « tsaraat », mais le problème c’est que staraat n’existe pas vraiment dans le lexique scientifique médical.

    « staraat » est décrit comme une sorte de lèpre de l’âme. Ce serait une maladie liée au spirituel.

    Les symptômes physiques seraient dus à une déficience spirituelle. 

     

    La lèpre est une maladie infectieuse due à une bactérie responsable venant d’une souche de  la tuberculose qui s’attaque au poumon. Ces mycobacteriums peuvent être de forme bénigne ou grave  et se propagent par inhalation de postillons ou par transmission d’objets ou de linges.

    La lèpre dégrade premièrement toutes les extrémités du corps nez, doigts, pieds etc car l’afflux de sang ne se fait plus.

     

    La lèpre a toujours eu une forte empreinte religieuse, et assimilé à l’hérésie.

     

    Le lépreux est toujours considéré comme une personne impure.

     

    Cette maladie est difficilement  guérissable!

     

    Seul Dieu a le pouvoir de guérir ce genre de maladie.

    Les lépreux étaient confinés ; le confinement  est l’un des moyens les plus puissants de notre société pour réguler le mal. 

     

     

    Dans la Torah il existe un mode d’isolement en cas de lèpre d’une durée de confinement de Sept jours renouvelables jusqu’à la guérison.

     

    Le lépreux devait porter un masque;

    Fin du verset Lévitique 13;45.  version hébraïque

    Le lépreux se couvrira ( le visage ) jusqu’à la moustache.

     

    Combien de similitude nous vivons avec ce virus cette année;

    Nous vivons en isolement ,confiné; déboussolé certains avec des formes bénignes et d’autres avec des formes graves, s’attaquant au poumon, au coeur, ou autres partis du corps; et nous devons porter des masques parce qu’il ni a pas de traitements ni vaccins.

     

     

    Il est étrange que nous vivions cette année un confinement drastique dû à une maladie contagieuse, très dangereuse, mortelle.

    Donc nos parasha parlent d’impureté due à la lèpre, et aux flux de sang.

     

    Dans la Torah nous trouvons qu’une seule référence qui parle de la cause d’une lèpre c’est lorsque Myriam et  Aaron ont critiqué le choix d’épouse de Moïse, mais on s’arrête souvent à cela pour dire qu’il ne faut pas faire de médisance « Lachon hara » sur les gens. 

     

    Mais en fait ce qui causa en vérité la lèpre de Myriam c’est quand ils ont dit: 

     « Est-ce seulement par Moïse que l'Eternel parle? N'est-ce pas aussi par nous qu'il parle? Et l'Eternel l’entendit.

     

     

    « L’Eternel l’entendit !»

    Les contestations étaient donc sur le choix de Dieu qui avait choisi Moïse; et Myriam eut la lèpre.

     

    Ces révélations indiquent que les porteurs de lèpre contestent Dieu !

    Moïse est le représentant de la Torah.

    Myriam est la représentante du peuple de Dieu.

     

    La bonne question est?  Sommes-nous des contestataires de Dieu pour en arriver là?

    Sommes-nous des lépreux pour porter des masques et rester confiné?

    Sommes-nous atteints si gravement pour mériter une telle ampleur de mortalité?

     

    Nous sommes impurs devant Dieu !

     

    Entre les uns qui disent, les autres qui n’ont pas dit, et ceux qui ont fait, et ceux qui n’ont pas fait. 

     

    Mais qu'est que Dieu a dit alors?

     

    Il ne nous reste que ces versets bibliques qui donne la réponse de Dieu?

     

    Nombres 12:5,10.

     

     

    L'Eternel descendit dans la colonne de nuée, et il se tint à l'entrée de la tente. Il appela Aaron et Myriam, qui s'avancèrent tous les deux.

     

    Et il dit: Ecoutez bien mes paroles! Lorsqu'il y aura parmi vous un prophète, c'est dans une vision que moi, l'Eternel, je me révélerai à lui, c'est dans un songe que je lui parlerai.

     

    Il n'en est pas ainsi de mon serviteur Moïse. Il est fidèle dans toute ma maison.

     

    Je lui parle bouche à bouche, je me révèle à lui sans énigmes, et il voit une représentation de l'Eternel. Pourquoi donc n'avez-vous pas craint de parler contre mon serviteur, contre Moïse?

     

    La colère de l'Eternel s'enflamma contre eux. Et il s'en alla. La nuée se retira de dessus la tente. Et voici, Marie était frappée d'une lèpre, blanche comme la neige. 

     

     

    Waouh!

     

    Moïse c’est Moïse !

     

    Il ne faut jamais contester Moïse car Moïse c’est la Torah?

    Et donc si on conteste la Torah d’une manière en disant la loi est aboli alors on conteste Dieu ou si on rajoute à la loi de Moïse on conteste Dieu?

     

    Hébreux 10:7.

     

    Yeshoua notre Seigneur et Sauveur a dit « Voici, je viens dans le rouleau de la Torah il est question de moi pour faire, ô Dieu, ta volonté.

    Car il a plu à Dieu d’abolir la loi des sacrifices d’animaux et envoyer le Messie Yeshoua pour faire le sacrifice une fois pour toutes. Mais Il n’a pas aboli les autres lois.

     

     

     

     

     

    Dans la bible beaucoup de citations mentionnent que Yeshoua notre Messie avait guéri des lépreux.

    Dans Luc 17 par exemple:

     

    Yeshoua, se rendant à Jérusalem, passait entre la Samarie et la Galilée. Comme il entrait dans un village, dix lépreux vinrent à sa rencontre. Se tenant à distance, ils élevèrent la voix, et dirent: Yeshoua, maître, aie pitié de nous! Dès qu'il les eut vus, il leur dit: Allez vous montrer aux sacrificateurs. Et, pendant qu'ils y allaient, il arriva qu'ils fussent guéris. L'un d'eux, se voyant guéri, revint sur ses pas, glorifiant Dieu à haute voix. Il tomba sur sa face aux pieds de Yeshoua, et lui rendit grâces. C'était un Samaritain. Yeshoua, prenant la parole, dit: Les dix n'ont-ils pas été guéris? Et les neuf autres, où sont-ils? Ne s'est-il trouvé que cet étranger pour revenir et donner gloire à Dieu? Puis il lui dit: Lève-toi, va; ta foi t'a sauvé.

     

    Les pharisiens demandèrent à Yeshoua quand viendrait le royaume de Dieu. Il leur répondit: Le royaume de Dieu ne vient pas de manière à frapper les regards. On ne dira point: Il est ici, ou: Il est là. Car voici, le royaume de Dieu est au milieu de vous.

     

     

     

     

     

    La guérison est possible en Yeshoua celui qui vient du livre de la loi.

     

    Yeshoua dira à chaque fois qu’il guérit un lépreux  « va vers le sacrificateur ou le Cohen  d’aller offrir l’offrande qu’a prescrit Moïse

     

     

    Mathieu 8: 2.

    Et voici, un lépreux s'étant approché se prosterna devant lui, et dit: Seigneur, si tu le veux, tu peux me rendre pur. Yeshoua étendit la main, le toucha, et dit: Je le veux, sois pur. Aussitôt il fut purifié de sa lèpre. Puis Yeshoua lui dit: Garde-toi d'en parler à personne; mais va te montrer au sacrificateur, et présente l'offrande que Moïse a prescrite, afin que cela leur serve de témoignage.

     

    Va te montrer au sacrificateur et présente l’offrande que Moïse a prescrite, afin que cela serve de témoignage!

     

    Mais alors quelle est cette offrande car nous croyons que s’est  Yeshoua l’offrande?

     

    Dans les récits de notre parasha ainsi que notre haftarah et d’autres versets il y est écrit;

    Vous serez isolé durant sept jours, mis a part durant sept jours, puis aussi le Roi de notre haftarah du se tremper sept fois dans l’eau pour être guéri.

     

    La Torah est comparé à l’eau :  Esaïe 55: 1

    Vous tous qui avez soif, venez aux eaux, Même celui qui n'a pas d'argent! Venez, achetez et mangez, Venez, achetez du vin et du lait, sans argent, sans rien payer!

     

    Jacques 1: 25.

    Mais celui qui aura plongé les regards dans la loi parfaite, la  Torah de la liberté, et qui aura persévéré, n'étant pas un auditeur oublieux, mais se mettant à l'oeuvre, qui lui est prescrite, celui-là sera heureux dans ce qu’il aura fait.

     

    Donc si on plonge (nos yeux) durant les sept jours de la semaine dans la Loi qui est l’offrande que Moïse a prescrite nous seront guéri!

    Chaque jour nous devons lire les versets de la Torah car la Torah est le bain de la guérison, 

     

     

    Chaque jours nous devons apprendre du livre de Moïse car dans le livre c’est Yeshoua qui se fait connaitre et se révèle dans notre nos coeur et notre coeur c’est Sa maison qui doit être pur.  Et chaque jour nous devons suivre le cycle de la Torah avec les portions de Torah. Chaque jour nous devons mettre à part un petit moment de confinement pour faire ces lectures   c’est par cette offrande que Son Sang nous guéris.

     

     

     

     

     

     

    Proverbes 3. 1,8.

    Mon fils, n'oublie pas mes enseignements, Et que ton coeur garde mes préceptes;

     

    Car ils prolongeront les jours et les années de ta vie, Et ils augmenteront ta paix.

     

    Que la bonté et la fidélité ne t'abandonnent pas; Lie-les à ton cou, écris-les sur la table de ton coeur.

     

    Tu acquerras ainsi de la grâce et une raison saine, Aux yeux de Dieu et des hommes.

     

    Confie-toi en l'Eternel de tout ton coeur, Et ne t'appuie pas sur ta sagesse;

     

    Reconnais-le dans toutes tes voies, Et il aplanira tes sentiers.

     

    Ne sois point sage à tes propres yeux, Crains l'Eternel, et détourne-toi du mal:

     

    Ce sera la santé pour tes muscles, Et un rafraîchissement pour tes os.

     

     

    Que Dieu ne s’irrite plus contre nous qu’Il pardonne nos contestations, et qu’Il nous aide à comprendre sa volonté, qu’Il nous rende pur si nous lui demandons en acceptant les conditions de l’offrande que Moïse a prescrites car cela sert de témoignage.

     

     

    Shabbat shalom.

    L.B

     

    Lecture de la parasha:

    Tazria:

    Lévitique:

    Chapitre: 12 verset 1 à chapitre 13 verset 59.

    Lecture de la parasha:

    Metsora:

    Lévitique:

    Chapitre:14 verset 1 à chapitre 15 verset 33.

    Lecture de la Haftarah: 2 rois: Chapitre 7 verset 3 à 20.

    Lecture messianique:

    Mathieu: 8:1à 4.    9: 20 à 26.    11: 2 à 6.

     

     

     

     

     

    Lecture pour la semaine qui vient, transmise dimanche matin 26 avril 2020.

     

     

    Shavoua Tov
    Cette semaine qui commence Dimanche 26 avril 2020, nous commençons à lire la première portion de la parasha dans le livre Lévitique.

    Cette semaine encore spéciale il y a deux parasha jumelées.

    1: Ah’aré-mot et 2: Kedochim. 

     

    Ah’aré-mot:                                                   Kedochim:

                                                                          

    Dimanche: 16/1,17.                                      Dimanche: 19/1,14.

    Lundi:16/18,24.                                            Lundi:19/15,22.

    Mardi:16/25,34.                                            Mardi: 19/23,32.

    Mercredi:17/1,7.                                           Mercredi:19/33,37.

    Jeudi:17/8.18,5.                                           Jeudi: 20/1,7.

    Vendredi:18/6,21.                                         Vendredi:20/8,22.

    Vendredi:18/22,30.                                       Vendredi:20/23,27.

     

    Ces portions où montées peuvent différer de quelques versets  suivant le rite, ici ce sont les montées du rite Ashkénaze, mais chacun peut lire suivant son rite comme pour « La bible Juive complète » qui utilise le rite séfarade. Chacun fera comme il lui convient l’essentiel étant de lire chaque jour, je dirai de manger une portion de Torah chaque jour. 

     

    Que ces portions soient pour nous la guérison qui produit la repentance qui nous sanctifie.

     

      

     


    votre commentaire
  • C’est le temps du changement.

     

     

    La parasha Chemini qui veut dire huitième : huitième jour.

    D’un point de vue biblique le huitième jour n’existe pas, Dieu créa le monde en sept jours, il n’existe pas de huitième jour.

    Huitième jour c’est au-delà de ce que l’on vit, c’est une dimension très spirituelle comme la circoncision faite au huitième jour, ou le huitième jour de fête de Pessah ou de Souccot; c’est une finalité un aboutissement qui nous dépasse.

    C’est dépasser nos limites, sortir de nos habitudes, aller plus loin dans la connaissance, s’approcher plus de Dieu.

    Chemini vient nous dire: poussons nos limites pour atteindre une dimension pas encore explorée, une dimension jamais atteinte, aller défier nos convictions les plus engagées; envisager ce qui n’était pas encore envisageable. Entrer dans la vision de Dieu.

     

    Cette parasha vient aussi nous dire attention, il y a des limites quand même?

     

    Lors de l’inauguration du tabernacle les fils d’Aaron Nadav et Avihou qui étaient chargés du service des encens,  le plus haut service devant l’autel, moururent quand ils apportèrent un encens que Dieu n’avait pas demandé.

     

    A ce stade la parasha donne deux interdits et c’est là que la loi commence pour le peuple.

    Premièrement il est interdit de boire de l’alcool quand on prie devant Dieu.

     

    Deuxièmement Il donne une liste d’aliments qui sont consommables, et ceux non consommables pour le peuple de Dieu.

     

    Faire la distinction d’après les ordres de Moïse; 

    Les animaux qui sont à la fois ruminants et ont les sabots fendus, sont mangeables, suivi de la liste des non mangeables, 

    Les poissons uniquement ceux qui ont des nageoires et des écailles, pas d’oiseaux, certains insectes etc;(lire la liste).

     

    Ces interdictions  sont importantes car Dieu a dit par rapport à ces  prescriptions:

    Je veut être sanctifié par ceux qui m’approchent et glorifié à la face de tout le peuple. 

     

    A partir de là ont voit qui est qui?

     

     Celui qui veut glorifier Dieu ou celui qui s’en fout et fait ce qu’il veut.

     

     

     

     

    Pourquoi Dieu n’a pas accepté l’encens des fils d’Aaron?

     

     

    L’encens est l’équivalent à la prière. 

    L’autel des parfums a été remplacé par nos prières!

     

     

    L’encens c’est le sceptre du Messie car il est composé avec les cendres de l’holocauste pour le pardon des péchés du peuple.

     

     On pourrait dire alors pourquoi Dieu n’a pas agrée les prières de ceux qui prient et qui jeune?

     

    50% de la population mondiale prie DIEU, mais aujourd’hui il semble que Dieu  n’agréér plus certaines prières, la pandémie ravage les croyants et les non croyants.

     

     

     

     

    Les parfums des fils d’Aaron n’ont pas été agréés, mais le parfum de Myriam de Bethanie a été accepter par Yeshoua.

    Elle a pris  son parfum elle l’a versé sur la tête de Yeshoua, oignit ses pieds et les essuyèrent avec ses cheveux, alors qu’elle était une pécheresse;

    Aussi Juda qui voulut s’interposer pour son geste, lui mourut mais pas Myriam;

     

    Ce qui nous fait comprendre que ce n’est pas celui qui est important  haut placé sur la chaire ou celui qui a une grande fonction  qui est agréable à Dieu. 

     

    Mais bien bien celui qui s’humilie,  et qui fait la volonté de Dieu. 

    Dieu hait la perversité du coeur et sa ruine sera certaine. 

     

    Dieu hait 7 choses?

    1 Les yeux hautains.

    2 La langue menteuse.
    3 Les mains qui répandent le sang innocent.
    4  Le coeur qui méditent des projets iniques.
    5 Les pieds qui se hâtent de courir vers le mal.

    6 Le faux témoin qui dit des mensonges.
    7 Celui qui conteste avec la Torah.

     

    Ce que Dieu aime c’est celui qui se soumet humblement, celui qui annonce la vérité, celui qui annonce Yeshoua,  celui qui ne détourne pas l’enseignement, celui qui se détourne des interdits, celui qui atteste que la loi est bonne, celui qui aime la Torah.

     

     

     

    Chemini nous invite au dépassement à aller vers ce que l’on a toujours repoussé, ce qui nous déplaît ce qui ne nous arrange pas.  

     

     

    Il y a d’un côté ceux qui croient qu’en la Torah et il y a ceux qui croient qu’au Messie.

     

    Mais il y a un pont, une passerelle qui permet le passage pour se rencontrer;

    Un pont de convergence pour unir nos connaissances. 

     

    Le pont messianique c’est le pont ou se rencontre le Messie Yeshoua et la Torah.

     

     

     

     

    Cette parasha chemini c’est  le dépassement de soi le dépassement de ce que l’on ne connaît pas, s’ouvrir à la huitième dimension, Pessah nous a donner  la liberté  de sortir de nos habitudes religieuses pour aller vers ce que l’on ne connaît pas.

    Accepter la vision messianique qui donne un coeur simple, un coeur soumis,  un coeur qui pleure un coeur, qui accepte de s’être trompé dans son parcours spirituel, un coeur qui se détourne de ses convenances, un coeur qui se tourne vers Yeshoua en pleurant comme cette femme Myraim de Bethanie  qui pleurant en priant devant Yeshoua, cette Myriam qui s’est vue dans son péché  car son coeur s’est rempli de reconnaissance. C’est cela la prière que Dieu agréait la prière de reconnaissance.

     

    Les deux textes de la parasha confirment de l’un Ouzza (Uzza) toucha l’arche et mourut. S’est-il cru indispensable?

    Dieu ne lui avait pas demandé de faire ça. 

     

    Puis David quand il vit l’arche se mit à danser devant tout le peuple car il dit: je veux m’humilier et me faire tout petit devant les servantes et devant tout le peuple, il était roi mais il voulait se montrer simple comme quand il était un simple berger?

    David est sorti de ses limites de Roi il s’est rendu humble de coeur. Et cela plut à L’Eternel.

     

     

    Le monde est en deuil, Dieu seul peut nous consoler et entendre nos prières et arrêter définitivement cette pandémie.

    Le monde a besoin de changement les religions fermées n’ont pas apporté des réponses aux 50 % de personnes vivant dans le monde qui ne prient jamais  car ces gens n’ont pas été convaincues des religions.

     

    La vérité c’est Yeshoua la vérité c’est la Torah.

     

    Dieu nous a donné rendez-vous sur le pont messianique là où  la dimension jamais atteinte s’ouvre  pour tout le monde.

     

    C’est l’heure du changement.

    Le seul plaisir que Dieu attend de nous c’est une prière qui dégage un bon parfum  car il se délecte  de cette odeur.

    Le parfum qui était apporté sur l’autel nous apprend qu’il était composé de 11 ingrédients  et mélangé avec la cendre de l’holocauste.

    La cendre de l’holocauste c’est le messie Yeshoua assemblé avec ses 11 attributs car 10 de ces ingrédients sentaient mauvais mais le onzième quand il était rajouté avait le pouvoir puissant de rendre le parfum très agréable.  Car l’Esprit du Tout Puissant a le pouvoir de changer le mal qui vit en nous pour le rendre bon. C’est ce que cache la prière de l’encens (la Ketoret) qui combat le mal.

    La vraie prière composée des attributs de Dieu a le pouvoir sur la maladie, les échecs, les calamités. 

     

     

    C’est pourquoi il ne faut pas prier au nom d’un messie que Dieu n’agrée pas   car une prière d’un feu étranger apporte la mort.

     

    Si maintenant c’est le temps du changement c’est le temps de se surpasser, c’est le temps que Dieu envoie sur la terre pour que l’on vienne avec un coeur simple plonger ses regards dans toute la bible et chercher la véritable raison de cette panique mondiale; C’est le temps de réunir sa bible entière se soumettre à l’enseignement des lois que Dieu avait donné à Moïse car c’est cela que Dieu attend de ses enfants.

    Car il a Dit c’est les commandements de la loi qui sanctifie son peuple et dit: je veux être sanctifier par mon peuple. Je veut que mon peuple s’humilie reconnaisse ma gloire en suivant mes lois.

     

     

     

    C’est l’heure de s’avancer sur l’enseignement messianique le seul enseignement qui fait le pont entre Yeshoua et La Torah. Celui qui est humble de coeur reçoit Yeshoua. 

     

     

     

    Shabbat shalom 

    L.B

     

    Lecture de la parasha: Lévitique: Chapitre 9 verset 1 à chapitre 11 verset 47. 

    Lecture de la haftarah: 2 Samuel: Chapitre  6 verset 10 à 7: 17. Ou 6: 1 à 19.  

    Lecture messianique: Actes: 5: 1 à 11. 2 Corinthiens: 6: 14,à 7: 1.

    1 Pierre: 1: 14 à 16. Jean: 12: 1 à 11.

     

     

    Cette semaine double parasha :
    Tazria et Metsora:
    Lire des deux partions:
     
    Tazria
    Dimanche:12/1.13/5.
    Lundi:13/6,17.
    Mardi:13/18,23.
    Mercredi:13/24,28.
    Jeudi:13/19,39.
    Vendredi:13/40,54. 13/55,59.
     
    Metsora
    Dimanche:14/1,12.
    Lundi:14/13,,20.
    Mardi:14/21,32.
    Mercredi:14/33,53.
    Jeudi:14/54,15/15.
    Vendredi:15/16,28. 15/29,33.
     
    Bonne semaine

    Shavoua tov. 

     


    votre commentaire
  • La fin du malheur!

     

    La fin de Pessah le 16 avril en soirée, est symbolisé par le miracle de la mer qui s’ouvrit en deux, lorsque Moïse fit passer le peuple hébreu entre les deux eaux sur un sol sec alors que les Egyptiens qui les suivaient se sont fait complètement engloutir quand la mer s’est refermé sur eux;

     

    Si le début de la fête de Pessah au temps de Moïse cette Pâque prophétisée l’annonce qu’un messie homme envoyé de Dieu se livrerait en sacrifice expiatoire pour le pardon des péchés des hommes et des femmes du monde entier, ce fut par l’arrivé de Yeshoua né d’une femme vierge fécondé miraculeusement. Ce Yeshoua qui entra dans l’accomplissement de la prophétie à Pessah qui fut le sacrifice qui nous délivre du mal. Car tous les habitants de la terre sont dominés par le mal, et conçus dans le péché. Si Yeshoua nous a donné la délivrance, il reste que les ordonnances pour l’homme reste à perpétuité. 

    Durant les huit jours de la fête, Dieu nous a ordonné de manger des pains sans levain, ordonnance irrévocable à perpétuité.

    1: Ne plus manger de la nourriture contenant de la levure.

    2: De consommer du pain sans levain c’est un commandement.

     

    Cette mitsva de consommer obligatoirement du pain azyme n’est certainement pas  anodine.

     

    Durant ces huit jours où Yeshoua a pris nos péchés sur lui, Il a pris nos blessures, nos meurtrissures nos maladies, et nos virus.

     

    Ce n’est pas par hasard si le seul interdit de cette fête c’est la levure.

     

    Le levain est constitué par une culture symbiotique de levure et de bactéries.

    La levure est un champignon invisible qui agit par la production de gaz carbonique par fermentation.

    Les bactéries issues de la levure agissent au contact d’humidité dans la farine, se développe par une fermentation active pour faire lever le pain ou autres choses. Il existe d’autres levures  connu; « Candida » possédant un pouvoir pathogène responsable des mycoses corporelles portant l’appellation « candidoses ».

    Ces levures porteuses saines sont assimilables par le corps, mais si le corps  présente des infections ces champignons unicellulaires peuvent se révéler nocif pour le corps.

     

    Le levain n’est pas nocif pour le corps si l’on en maitrise la quantité et la qualité.

     

    Le levain c’est comme le péché!

     

    Quoi de meilleur qu’un bon pain levé qui sort du four, un beau gâteau succulent ou une bonne brioche bien gonflée qui rien que par son odeur on en ressent le désir de la manger.

    Tout cela est bon si on sait se contrôler et ne pas en abuser.

     

    Le levain augmente et gonfle c’est comme le désir, c’est une pensée qui vient plus le désir augmente au point de devenir  irrésistible, pour se transformer en une pulsion quasiment incontrôlable.

    Comme une bactérie qui vient polluer tout ce qu’elle touche comme un mauvais virus qui voudrait contrôler toute la terre.

     

     

      Le péché c’est le plaisir de la chair qui est attiré vers les mauvaises choses.

     

     2 Pierre 2: 1à à 22.

     

    Ceux surtout qui vont après la chair dans un désir d'impureté et qui méprisent l’autorité divine. 

    Mais eux, semblables à des brutes qui s'abandonnent à leurs penchants naturels et qui sont nées pour être détruites, ils parlent d'une manière injurieuse de ce qu'ils ignorent, et ils périront par leur propre corruption, recevant ainsi le salaire de leur iniquité. Ils trouvent leurs délices à se livrer au plaisir en plein jour; hommes tarés et souillés, ils se délectent dans leurs tromperies, en faisant bonne chère avec vous. Ils ont les yeux pleins d'adultère et insatiables de péché; ils amorcent les âmes mal affermies; ils ont le coeur exercé à la cupidité; ce sont des enfants de malédiction. Après avoir quitté le droit chemin, ils se sont égarés en suivant la voie de Balaam, fils de Bosor, qui aima le salaire de l'iniquité, mais qui fut repris pour sa transgression: une ânesse muette, faisant entendre une voix d'homme, arrêta la démence du prédicateur.

     

    Ces gens-là sont des fontaines sans eau, des nuées que chasse un tourbillon: l'obscurité des ténèbres leur est réservée. Avec des discours enflés de vanité, ils amorcent par les convoitises de la chair, par les dissolutions, ceux qui viennent à peine d'échapper aux hommes qui vivent dans l'égarement; ils leur promettent la liberté, quand ils sont eux-mêmes esclaves de la corruption, car chacun est esclave de ce qui a triomphé de lui. En effet, si, après s'être retirés des souillures du monde, par la connaissance du Seigneur et Sauveur Yeshoua le Messie, ils s'y engagent de nouveau et sont vaincus, leur dernière condition est pire que la première. Car mieux valait pour eux n'avoir pas connu la voie de la justice, que de se détourner, après l'avoir connue les saints commandements de la Torah qui leur avait été donné. Il leur est arrivé ce que dit un proverbe vrai: Le chien est retourné à ce qu'il avait vomi, et la truie lavée s'est vautrée dans le bourbier.

    +++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

     

     

     

    La magnifique fête de Pessah c’est cette libération du péché ce péché qui nous conduit à la tromperie à l’égarement nous empêchant de discerner la volonté de Dieu. Le péché n’a unique but nous détourner de Dieu! Le péché par lui-même n’a pas de pouvoir pour nous détruire le péché n’a que celui de détourner notre vocation à trouvé Dieu et de le servir.

     

    Et cette fête de Pessah est unique car les recommandations de Dieu sont simples, Il nous demande pour vaincre le péché d’avoir une disposition de coeur à vouloir dominer les pêchés car nous-mêmes nous ne pouvons pas vaincre tout seul les péchés.

     

    Ainsi une merveilleuse et grandiose opportunité nous est renouvelée à Pessah c’est de faire mourir nos mauvais désire de la chair. Pour que  Yeshoua nous rende libres de nos mauvais désirs. Dieu nous a ordonné de manger des pains sans levain durant ses huit jours. C’est toute la dynamique de ce commandement si nous avons réellement l’envie de faire mourir nos désirs c’est par le symbole de la Matsa (Pain Azyme) que nous montrons à Dieu notre obéissance à suivre sa Torah car nous espérons par la foi que notre acte s’accomplira par la puissance de Yeshoua.

     

     

    Quand on souhaite par exemple dire à quelqu’un: « Bonne fête de Pessah » ou bonne fête de Kippour ou toutes autres fêtes (bien sûr bibliques), la vrai signification de dire bonne fête veut dire que l’on souhaite à la personne qu’il soit lui-même la fête.  Comme pour dire par exemple: « Je souhaite que tu vives le Pessah »: "soit toi même le vrai sens de la fête » (ou toutes les fêtes).

     

    Pour Pessah:  « c’est  fait mourir ton vieil homme et ressuscite en nouvel homme sans péché », comme la  galette de pain sans levain.

    Mourir en Yeshoua c’est vouloir être libre de ces actes dominer ses désirs et vivre en nouveauté de vie.

    C’est pour cela qu’il est si important de connaitre la Torah car un enseignement sans Torah ne révélera jamais cela. 

     

    Comme le verset plus haut nous le dit : le désir de la chair nous pousse à l’adultère spirituel en suivant des serviteurs qui nourrissent la chair de plaisir plein de levain des cultes qui  ravissent avec des chants et dansent qui  donne du plaisirs des ambiances amicales et euphorisantes, des réunions donnant satisfactions à l’égoïsme pour satisfaire l’égo en exerçant ces ministères pour être flatté et plus grandes est l’assemblée et plus grandes et la fierté de dire moi j’appartiens à cette dénomination.

     

    Le levain est entré dans les lieux de cultes, mais le virus aussi, en cette fête de pains sans levain dans cette circonstance  effroyable il est encore temps de changer de cap, ce n’est pas que du pardon que Dieu attend c’est l’action qui prouve notre volonté à satisfaire la volonté de Dieu par ses commandements; 

     

    Le pain azyme n’agi pas par ce qu’on le mange il n’a pas de puissance par lui-même le commandement de manger le pain sans levain durant les huit jours agit  par le fait que l’on laisse le Pessah s’accomplir en nous. En prouvant que nous sommes convaincu   que la Torah est pain de vie qui  agit par Yeshoua.

     

    Si le symbole du dernier jour de la fête est à l’image de la mer qui s’ouvre en deux c’est la synthèse de la purification comme le baptême qui n’est pas agissant par l’acte lui-même mais agissant comme une action prouvant notre bonne volonté a prendre un engagement de bonne conscience envers Dieu; et de le suivre selon ses commandements . Et son commandement pour la duré de La Pâque c’est de consommer du pain sans levain (même peu).

     

    Notre espérance se porte aussi que la fin de Pessah sera aussi la fin du malheur avec ce virus mortel qui sévit partout dans le monde. 

     

    (Si rien ne se passe et que beaucoup persiste à rester dans leur vomi, il ni aura que peu d’espoir pour le monde car les jugements commence par les croyants qui  connaissent la gloire de Dieu mais veulent garder leurs désirs d’aller contre les avertissements de Dieu.)

     

    Yeshoua a ressuscité, Il nous a ressuscité mort aux péchés seulement si nous acceptons de faire ce qu’il nous a demandé de faire.

    1 corinthiens 11:23:32.

     

     

    Car j'ai reçu du Seigneur ce que je vous ai enseigné; c'est que le Seigneur Yeshoua, dans la nuit où il fut livré, prit du pain azyme , et, après avoir rendu grâces, le rompit, et dit: Ceci est mon corps, qui est rompu pour vous; faites ceci en mémoire de moi. De même, après avoir soupé, il prit la coupe, et dit: Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang; faites ceci en mémoire de moi toutes les fois que vous en boirez. Car toutes les fois que vous mangez ce pain et que vous buvez cette coupe, vous annoncez la mort du Seigneur, jusqu'à ce qu'il vienne.

     

    C'est pourquoi celui qui mangera le pain ou boira la coupe du Seigneur indignement, sera coupable envers le corps et le sang du Seigneur. Que chacun donc s'éprouve soi-même, et qu'ainsi il mange du pain azyme et boive de la coupe; car celui qui mange et boit sans discerner le corps du Seigneur, mange et boit un jugement contre lui-même. C'est pour cela qu'il y a parmi vous beaucoup d'infirmes et de malades, et qu'un grand nombre sont morts. Si nous nous jugions nous-mêmes, nous ne serions pas jugés. Mais quand nous sommes jugés, nous sommes châtiés par le Seigneur, afin que nous ne soyons pas condamnés avec le monde.

     

     

    Lévitique:23. 4,8.

    Voici les fêtes de l'Eternel, les saintes convocations, que vous publierez à leurs temps fixés. 5Le premier mois, le quatorzième jour du mois, entre les deux soirs, ce sera la Pâque de l'Eternel. Et le quinzième jour de ce mois, ce sera la fête des pains sans levain,(pain azyme) en l'honneur de l'Eternel; vous mangerez pendant sept jours des pains azyme. Le premier jour, vous aurez une sainte convocation: vous ne ferez aucune oeuvre servile. Vous offrirez à l'Eternel, pendant sept jours, des sacrifices consumés par le feu. Le septième jour, il y aura une sainte convocation: vous ne ferez aucune oeuvre servile.

     

     

    Bonne fin de Pessah que vous viviez Pessah dans la chair, mourir aux péchés et revivre en Esprit de vie de Yeshoua.

     

    Lecture:

    Deutéronome: 14, 22-16, 17 et Nombres: 28, 19-25.

     Esaïe: 10, 32-12, 6.

    Jean: Chapitre 20 verset 26 à 31.

     

     

    Decompte du Omer jeudi 9 avril au soir
    À la soirée du :

    jeudi 28 mai.

     

     

    Pas de parasha ce samedi  

     

     

    Lecture de la semaine
     
    Parasha 26: Chemini
    Dimanche:9:1,16;
    Lundi:9;17,23.
    Mardi: 9:24,10:11.
    Mercredi: 10;12,15.

    Jeudi:12:16,20.
Vendredi:11:1,32. Et 11:33,47.L.B 

    L.B

     

     

     
     

     


    votre commentaire
  •  

    Et maintenant qu’est qu’on fait?

     

     

     

    Cette semaine se combine la parasha Tsav et la fête de 

    Pessah = Pâque.

    Mais en ce temps si chamboulé les messages n’ont plus la même direction qu’a l’habitude.

    Aujourd’hui plus le temps de tourner autour du pot une seule chose compte aller à l’essentiel.

     

    Nous vivons un horrible cauchemar comme une nuit qui n’en finit pas de compter les morts. La présence de la mort  ce fait même ressentir par une atmosphère si lourde que toutes nos actions et projets habituels sont comme dans l’apesanteur.

     

    Il se passe quelque chose qui va révéler bientôt le vrai visage de chacun.

    Le monde se divise  (je ne parle pas politique).

    Il y a les altruistes et il y a les égoïstes.

    Il y a ceux qui pleurent avec ceux qui pleurent, qui consolent, qui prient, qui aident, qui sont inquiets et ont de la compassion pour les autres.

     

    Et il y a ceux qui pensent être le nombril du monde  qui pense qu’a leur besoin futile.

     

    Ce n’est un jugement personnel. C’est Dieu qui est en train de mettre nos coeurs à nu.

    Il sépare l’ivraie du blé.

    Cela sera dur de voir la réalité mais il faut si préparer.

     

    Pourquoi Dieu veut-ll que l’on comprenne cela?

     

    Dieu ne veut pas que l’on juge tout le monde car il faudrait sortir du monde.

    C’est se séparer des impudiques, cupides, idolâtres, outrageux, ivrognes, ou ravisseurs.

    Ce verset biblique veut nous dire seulement ceux avec qui on s’assemble frères ou soeurs spirituels.

    Le Seigneur demande de ne pas manger à leur table le pain, 

    c’est-à-dire le pain nourriture spirituel.

    C’est voir avec qui ont s’assied pour prier ou pour partager l’enseignement.

    Voilà comment Dieu décrit le levain; 

    Le levain c’est l’enseignement sans Torah.

     

    A quel jour de Pâque = Pessah nous somme associés. C’est à cela que Yeshoua fait référence. Car Yeshoua ne rejette pas les pécheurs  de la chaire, mais les pécheurs spirituels.

     

    Puisque nous sommes sans levain c’est-à-dire dans la doctrine de la Torah, puisque nous reconnaissons Yeshoua le Messie mort sur le bois le soir de Pessah, nous célébrons cette fête non avec du vieux levain d’enseignement sans Torah mais bien avec la Torah  comme ayant une nouvelle pâte sans levain.

    N’allez donc pas vous mêlez avec ceux qui n’enseignent pas la Torah car les impudiques, les idolâtres, les cupides, outrageux, ivrognes, où ravisseurs ne le sont pas de chair ils sont dans la religiosité, dans l’annonce de leurs doctrines.

     

    Dieu ne nous demande pas non plus de juger ce genre d’hommes ou de femmes  car c’est lui qui va les juger( le mal qui est en eux),  Il nous demande de ne pas nous assembler avec eux dans leurs lieux où la communion s’organise en prenant le pain et le vin sans Torah.

    Référence à chercher dans :

    1 Corinthiens 5:1,13.

     

    Notre parasha Tsav nous parle de la véritable offrande que nous élevons devant Dieu. Là est toute la question?

     

     

    Ce temps est absolument unique jamais une catastrophe n’a atteint le monde entier en même temps à part du temps de Noé,  mais ce qui est encore plus exceptionnel  grandiose magnifique c’est que depuis la sortie d’Egypte biblique le 14 nissan  correspond à la même date que cette année c’est un fait absolument historique et extraordinaire  le 10 Nissan correspond à Shabbat de ce samedi  circonstance majeure et unique qui n’est certainement pas un hasard. Une puissance particulière va descendre !

    Les Shabbat avant Pessah sont toujours particuliers  ils se nomment le GRAND SHABBAT;

    Ce terme de grands shabbat c’est le temps où il faut sortir tout le levain de nos maisons. C’est-à-dire farines fermentées d’une part et surtout les mauvaises choses qui ont fermenté en nous. Peut-être avez vous durant la semaine repensé ou rêvez à des personnes avec qui vous avez  eu des embrouilles ou de la déception ou tout autres relations négatives en fait c’est un levain qui a fermenté et ce levain a produit de l’amertume, ou de la haine ou autres choses même si vous avez pensé à une seule personne amis c’est qu’il faut examiner tous l’entourage amical, ou  au niveau familial ou professionnel ou voisinage ou autres c’est la même chose. C’est qu’il faut pardonner devant Dieu.

     

     Mais bien plus encore, entre ce grand shabbat et Pâque c’est surtout le temps de l’effondrement religieux. 

    Tous les systèmes religieux s’écroulent si on demande à Dieu de nous en libère tous les systèmes religieux.  C’est le moment de demander pardon pour l’esprit de religiosité, pour avoir  suivit les traditions religieuses.

    La preuve cette année tous confiné dans nos maisons avec l’essentiel pour subsister.

     Cette année est une année de grâce qui ne se reproduira pas de sitôt.

     

    Et maintenant on fait quoi?   

    Ceux qui cherchent l’espérance en Dieu la trouveront et les autres auront surement à vivre d’autres moments encore plus difficiles.

     

    Revenir à l’essentiel juste se laisser guider. Juste rester biblique.

     

    Le jour de Pâque commence Mercredi soir 8 avril 2020.

    Le jour des pains sans levain commence le jeudi 9 au soir; ce sont deux  jours comme des shabbat. On s’abstient de travailler. 

    Pessah dure huit jours mais les autres jours ne sont pas comme des shabbat il faudra juste pour être conforme à la bible s’abstenir de manger des aliments contenant de la levure. 

     

    Donc après ce shabbat ont s’organisent pour enlever tout le levain de nos maison et surtout on demande à Dieu de nous montrer le levain spirituel qui est en nous afin qu’on demande pardon pour être libéré de nos péchés

    Le mercredi soir 8 avril, on aura plus de pain ni de gâteaux avec de la levure à la maison mais on aura des pains azimes, de l’agneau (poulet) et des feuilles amères, et le vin. 

     

    On s’entretiendra avec des lectures bibliques conseiller afin de rester dans l’ambiance spirituelle. 

     

    Revenir à l’essentiel c’est Dieu qui aura le dernier mot. Revenir à ce qui est biblique. 

     

    Pessah c’est déjà accompli il y a 2000 ans . 

     

    Le Grand shabbat de Pessah c’est l’effondrement des religions  tous les systèmes ultra-religieux tout le levain va disparaître tout ce qui a freiné les gens qui cherchent Dieu véritablement va s’effondrer. Seul l’ambition de reconnaitre Dieu doit rester.

     

    La nuit de Pessah c’est la nuit de la victoire. Le Messie Yeshoua est venu accomplir les prophéties, Il S’est fait comme un agneau qu’on amène à la boucherie, Il S’est laissé prendre  et juger comme un malfaiteur  puis Il S’est laisser cloué les mains et les pieds sur un poteau, Il a pris sur lui les péchés  du monde et les a portés durant les huit jours. Il a remplacé les offrandes qui étaient apportées au temple chaque année pour annuler pour une fois pour toutes les offrandes du temple.


    Comprenez que cette année c’est une année de grâce les derniers seront les premiers. 

    Arrêtez de pratiquer les fêtes non bibliques le 12 avril c’est paque d’Edom (des hommes).

    Arrêtez avec les cloches de Rome et les oeufs en chocolats vous vous condamnez et vous condamnez vos petits-enfants .

    Aller vérifier par vous-même les édits de Constantin qui avait décrété une  paque surtout pas comme la bible l’a prescrit  Edom c’est Rome (Italie) 

    Dieu ne parle t’il pas ?

    Et ses filles les églises Dieu ne parles t’il pas ? 

    Et les rajouts judaïques que contraignent et enferment les gens ?

    Et les religions basées sur les calendriers chinois?

     

    Le Grand shabbat  c’est l’effondrement des religiosités. 

    Stop maintenant le monde est par terre.

    Revenez c’est l’appel de Dieu.

    Peut-être c’est le dernier appel avant la grande moisson.

     

     

    Les choses vont revenir peut-être normalement sur le monde mais soyez en sûr pas dans l’invisible peut-être tout nous paraîtra normal alors que Dieu agira sans qu’on le voie.

    Les choses vont peut-être s’arranger mais elles peuvent recommencer si Dieu veut encore récupérer les plus incrédules, mais seront à l’abri ceux qui portent la marque de Yeshoua.

     

    Ce cauchemar c’est la miséricorde et la bonté de Dieu qui vient nous  sortir de notre enfermement, la sortie de l’Egypte de notre malheur c’est maintenant c’est ce shabbat c’est cette Pâque.

     

     

    Aujourd’hui si vous entendez sa voix, n’endurcissez pas vos coeurs, il est encore temps pour donner son coeur à Yeshoua.

    Car dans la nuit de Pâque celui qui aura la marque sur son coeur sera sauvé de la mort éternelle.

     

    N’aller pas chercher des réponses dans vos assemblées la réponse est en vous.

    « Si je ne suis pas pour moi qui le seras?

    Et si je ne suis que pour moi qui suis-je?

    Et si pas maintenant quand? »

     

    Chacun doit s’occuper de lui-même et s’assurer de son salut sans se reposer sur les autres, sans perdre un instant car nos mérites sont si petits, le chemin encouru et si long et demain nous aurons peut-être cessé de vivre!

     

    Soyez au  rendez-vous les deux soirs de la Pâque car l’Eternel va détruire et juger tous les dieux (nos dieux). Pour nous rendre libre.

    L’heure est grave les chefs des Egyptes sont à l’oeuvre ils travaillent sans relâchent car ils savent que maintenant leurs temps sont court, mais ceux qui auront le signe de Yeshoua l’ange de la mort ne pourra pas les atteindre.

     

    Pour le premier soir de Pessah

     

    La coupe de vin: (Prière).

    —  Béni sois- tu Eternel notre Dieu roi de l’univers qui a fait pousser le fruit de la vigne. 

     

    Barou ata Adonaï éloénou méler  aholam boré péri agéfen.

     

     

    Et, ayant pris une coupe et rendue grâce, Yeshoua dit: Prenez cette coupe, et distribuez-la entre vous.

     

    (Partager la coupe ou distribuer en individuel).

     

     

     

     

     

      Déposer trois pain azimes un sur l’autre.

     Prendre la galette du milieu, la casser en deux, reposer la petite moitié entre      les deux autres galettes puis prendre la grande moitié et dire :

     

    — Béni sois- tu Eternel notre Dieu roi de l’univers qui a fait sortir le pain de la terre.

     

    —Barou ata Adonaï éloénou méler aholam amotsi lé rém min aarets.

     

    Puis  dire:

    Yeshoua dit: Ceci est mon corps, qui est donné pour vous; faites ceci en mémoire de moi.  

     

     

      Prendre cette galette l’envelopper dans un tissu blanc le porter sur l’épaule et aller la cacher.(En générale sous la nappe).

     

    Puis dire:

    —Ils prirent le corps de Yeshoua et l’enveloppèrent de bandes avec des aromates comme c’était la coutume d’ensevelir chez les Juifs .

     

     

     

     

     

     

     

     

     

      Chacun prendra l’herbe amère (endive,salade)  le trempera dans l’eau salée et en mangera. 

     

    Pour un seder plus complet, voir année précédente.

     

     

     

     

     

    Les lectures bibliques sont:

     

    Premier jour: Exode; 12:21,51.

    Nombres 28:19,25.

    Josué:3:5,7;

    Josué:5:2 à 6:1.

    Josué: 6:27.

     

    Mathieu:26 à 28

    Marc: 14 et15.

    Luc: 22 à 24.

     

     

    Deuxième jour:

    Lévitique : Chapitre 22 verset 26 à chapitre 23 verset 44.

    1 Rois : Chapitre 23 verset 1 à 9 puis 21,25.

     

     

     

    Les lectures pour shabbat sont:

    Parasha Tsav

     

    Lecture de la parasha : Le Lévitique: Chapitre 6 verset 1 à  chapitre 8 verset 36.

    Lecture de la haftarah ; Jérémie : Chapitre 7 verset 21 à 8: 3 et chapitre 9 verset 22,23 (24).

    Lecture messianique:1 corinthiens: Chapitre 5 verset 1 à 13.

     

    Pas de parasha  a lire cette semaine.

     

     

    Shabbat shalom et bonne fête de Pessah.

     

    L.B

     

     

     


    1 commentaire
  • L’antivirus au covid 19.

     

    Cette semaine nous commençons le livre du Lévitique, en ce temps très spécial ou la face du monde est changé, rien ne serra vraiment comme avant cette épidémie au covid 19.

    Mais nous savons que la Torah est vivante, qu’elle rythme chaque jour de notre vie, et chaque parasha nous enseigne au bon moment.

    Cette semaine la parasha Vayikra expose les différents  korbanot offrandes de sacrifices pour le temple afin que les péchés soient pardonnés.

    Mais nous savons que ces korbanot ont été remplacés par nos prières car par un seul sacrifice du Messie Yeshoua nous pouvons avoir accès devant Dieu comme à travers un voile.

     

    En ce temps si perturbé nous avons besoin de reconnaitre que seul Dieu peut nous aider à stopper ce COVID 19.

     

    Le covid 19 c’est un dérivé du coronavirus de type COV.

    Le COV est un composé organique volatil soit d’origine naturelle par un évaporement gazeux sortie du fond de la terre ou par certains types de végétations, qui sont plus ou moins biodégradables par UV ou par l’azote. C’est le COV biotique.

    Le COV peut être aussi une pollution chimique c’est le COV anthropique. Mais ils ont en commun cette diffusion dans l’air et se propagent très rapidement s’ils touchent une souche de contamination et s’aggravent si la souche peut atteindre le système immunitaire des humains, c’est ce qui a donner ce COVID 19.

     

    Ces pollutions sont des avertissements de la terre.

    Les hommes se sont  pris pour Dieu; ils ont détourné le principe de la nature, avec outrance ils n’ont pas respecté la création de Dieu.

    Ces dernières années la terre nous avertit par ses quatre éléments; Les ouragans, les inondations, le feu et la terre avec cette épidémie; Dieu avait ordonné le repos de la terre chaque shabbat tout doit s’arrêter laisser la terre tranquille et les Sept shabbat annuels des fêtes qui peut-être auraient influencé la colère de Dieu si tout le monde auraient décidé de les respecter. 

     

    Dans notre parasha les offrandes que nous portons c’est tous nos péchés que nous apportons sur l’autel.

    C’est par Yeshoua que nous sommes pardonnés. Car Yeshoua a porté nos péchés jusque dans les profondeurs de la terre là où les plus terribles noirceurs se cachent. 

    Yeshoua est descendu dans les régions inférieures de la terre, dans les lieux  les plus obscurs pour nous délivrer. Il a combattu pour nous nos plus sales ambitions, nos actes les plus sordides, nos copinages aves les démons; nos bassesses les plus souillées, nos phantasmes les plus tordus, la même ou notre conscience ne veut pas aller voir, tous nos accouplements nocturnes dont on a même pas idées.

     

    Ces révélations magnifiques qui sont liés à Yeshoua et font références à une lettre de l’alphabet hébraïque qui est la lettre « QOF » qui est la 19 eme lettres de l’alphabet  hébreu, 

     « QOF 19 »

    Cette lettre QOF 19 va nous dévoiler ce qu’elle veut dire.

    Le  QOF veut dire: « La lumière dans l’obscurité » ou « Le soleil dans la nuit ».

    A travers cette lettre tirée de l’hébreu se traduit la délivrance, elle exprime les profondeurs impénétrables là où seul Yeshoua peut aller. Les profondeurs de notre être. Là ou nos instincts les plus bas emprisonnes nos valeurs de « kedousha » sainteté.

    Elle exprime les circonstances les plus noires et difficiles de notre vie.

     Cette lettre vient nous dire que c’est la lumière qui vient purifier toutes les zones sales de notre être et peuvent être rendues pures si nous croyons que Yeshoua est le fils de Dieu.

     

     QOF est lié à Yeshoua le MESSIE. Il vient dans cette nuit noire révéler la lumière, Il vient sortir les sombres desseins de notre vécu car l’ennemi à travailler à ensevelir nos fautes  afin qu’ont les oublies et qu’elles ne parviennent pas à notre conscience pour qu’on ne puisse pas demander pardon.

     

    QOF nous enseigne le respect du corps le notre et pas souiller le corps d’un ou d’une autres.

    Le QOF c’est le temps qui permet d’épurer le fruit du mal.

    Le QOF c’est la puissance qui délivre de la nuit ou dans ses nuits des reines et des rois se promènent cherchant avec qui s’accoupler.

     

    Yeshoua est la puissance qui libère dans ces ténèbres, Il  

    efface les cicatrices du mal  et place sa lumière là où il y avait la noirceur.

    Au plus profond de notre corps de chair il fait remonter la résurrection Il est le Sauveur.

     

    Il purifie notre corps afin que notre corps soit son corps. 

    Et c’est ce que renferme le secret de la Torah, car lorsque l’on a donné son coeur à Dieu qu’Il nous a purifié jusque dans les coins les plus sales de notre personne c’est par la Torah que l’on reste propre, c’est cela la vérité cette vérité la plus occultée. 

     

    C’est cela que l’on doit savoir car notre condition change dès que Yeshoua vient dans notre vie, il ne faut pas laisser la maison vide maintenant quelle est propre il faut rester sanctifier par notre nouvelle vie, une vie remplie de Torah. Sans la loi c’est le désordre dans notre être ça serait difficile de vivre sans les règles de la Torah qui nous apprend la valeur de nos corps selon Dieu, avec ses prescriptions.

    C’est par elle que nous sommes maintenu pur.

     

     

    La lettre QOF dans la tradition hébraïque est liée à un sens négatif qui apporte le positif.

     

    Cette lettre se dessine comme le chas de l’aiguille. Une porte étroite qui nous fait comprendre qu’il faut revenir à l’essentiel de la vie laisser le superflu. QOF c’est la destruction des illusions.

     

    Et en guematria la lettre QOF a pour valeur 100. 

    Et 1OO c’est ce qui nous relie à Dieu. C’est  le symbole de la prière. 

    C’est les 100 bénédictions qui en l’absence du temple nous fait accéder à Dieu. C’est le thème de notre parasha.

     

    Nous avons un antivirus au COVID 19 c’est le QOF 19 

    Yeshoua vient nous guérir de nos blessures,  Il vient nous délivrer de nos désirs les plus difficiles à maitriser.

     

    Cette parasha qui nous prépare à la Pâque dans un désir de revenir aux fondements des écritures, de revenir à la source  de la création revenir à la forme primitive de l’assemblée de Yeshoua qu’Il a fondé sur les écritures de la Torah.

     

    Il est mort et a pris nos souffrances mais Il nous a dit de garder Ses  commandements  et Ses shabbat et Ses fêtes. Il nous a prévenu que les temps et les dates seraient changés. Mais Il a  donné un temps où ses disciples reviendraient par le repentir, un temps difficiles pour crier à Dieu, demander son pardon. Recherchons la sanctification de la Torah sans laquelle personne ne le verra.

     

    Il nous a dit : encore une fois j’ébranlerai la terre, mais aussi le ciel  en ces mots. 

    C’est pourquoi acceptons notre Seigneur Yeshoua  montrons-lui notre reconnaissance en se présentant comme des enfants obéissants par un culte qui lui soit agréable comme Lui nous l’a enseigné. Rejetons les cultes que les hommes orgueilleux ont inventés pour leurs profits.
    Le monde chrétien a été duper, Constantin l’empereur en l’an 325 a fait un édit  pour changer les cultes de Yeshoua en dimanche et les fêtes en idolâtrie en des dates différentes. Il a changé le quatrième commandement, le Shabbat sachant que c’est le plus important.

    (simple à vérifier).



    Le monde est ébranlé les chrétiens sont mis en cause comme une secousse qui vient  réveiller pour  dire qu’il est temps de prendre une dose de
    QOF 19  un comprimé qui guérit les âmes. 

     

    Revenir au fondement revenir par le repentir aux fondations du monde.

    Obéir aux Saints shabbat et aux fêtes qui honorent Yeshoua.

    Bientôt c’est la Pâque la commémoration de Yeshoua  cette nuit ou il est descendu dans les profondeurs de la terre. Dieu avait dit au peuple rester chez vous ne sortez pas de vos maisons car c’est le temps de la délivrance.

    Le 8 avril c’est la Pâque biblique préparez-vous, que vos coeurs portent la marque du sang de Yeshoua; Dieu verra qui est à son rendez-vous, et l’ange de la mort ne passera pas.

    Le 12 avril c’est paque institué par Constantin l’empereur avec son dieu-soleil. Ces le dieu de la mort.

     

    La terre envoie des  messages, Dieu est en train de parler au monde entier, beaucoup de chrétiens se posent les bonnes questions, ils sortent en masse des lieux de culte dominicaux;

    Mais ceux qui veulent rester populaires Dieu va endurcir leurs coeurs. Ecoutez l’appel de Dieu. C’est un temps de semence, et la moisson est proche.

     

    Shabbat shalom

    L.B

    Parasha Vayikra du samedi 28 mars 2020.

    Lecture de la parasha : Lévitique: Chapitre 1 verset 1 à chapitre 5 verset 26.

    Lecture de la haftarah: Esaïe: Chapitre: 43 verset 21 à chapitre 44 verset 23.

    Lecture messianique: Romains: 8:1 à 13. Hebreux: 10: 1 à 14. et 13: 10 à16.

     

     

    Lecture pour la semaine qui vient shabbat du 4 avril avec la parasha: Tsav.

    Lévitique:

    Dimanche:6/1,11.

    Lundi:6/12,7/10.

    Mardi:7/11,38.

    Mercredi:8/1,13.

    Jeudi:8/14,21.

    Vendredi:8/22,29. ET 8/30,36.

     

    Bonne semaine. 

    Shavoua Tov.

     

     

     

     

      

     

     


    votre commentaire
  • Parasha Vayakel du samedi 21 mars 2020.

    La guerre est déclarée!

     

    Nous sommes l’armée de Dieu, des ennemis invisibles nous ont déclaré la guerre.

    C’est maintenant l’armée de Dieu qui doit prendre les armes.

     

    Depuis ce début d’année 2020 des terroristes invisibles se sont infiltrés, ils veulent nous détruire mais nous sommes les soldats de Dieu!

     

    Le monde entier est à l’arrêt la pandémie tente de couvrir toute la surface de la terre, certains diront c’est un complot  certains diront c’est accidentel. 

    Mettre la faute sur les complotistes c’est vouloir mettre la faute sur les autres  c’est ne pas reconnaitre que Dieu est en colère. Rien n'arrive que Dieu n'est pas voulu.

    Le monde rejette  Dieu.

     

    La parasha de cette semaine est vayakel et commence par dire .

    Moïse convoqua toute l’assemblée d’Israël  et leur dit : Voici les choses qui sont importantes.

    « Pendant 6 jours tu travailleras  et le 7ème jour tu cesseras toute activité. Ce jour est un jour saint que vous devez respecter en l’honneur de l’Eternel « .

     

    L’ordre du shabbat est donné pour toutes les générations jusqu’à la fin des temps.

     

    La parasha Vayakel commente la mise en place du temple, tous les détails y apportent un enseignement,

     

    Le temps que nous vivons est un avertissement !

     

    Deux textes bibliques semblent parler pour la circonstance. Dans 2 Samuel 24; et dans 1 Chroniques: 21.

     

    En résumé les deux chapitres sont semblables: 

    Il y eut un dénombrement que Dieu n’avait pas demandé et le pays entier fut atteint d’une très grande épidémie. 70 000 hommes moururent.

     

    David implora Dieu pour lui demander qu’est-ce qu’il devait faire pour que l’épidémie s’arrête?

     

    David acheta un terrain et  bâtit un autel pour faire un holocauste.

     

    Dans le premier verset il est écrit David acheta la terre de Arvana et dans l’autre verset David acheta la terre de Ornam  et dans les deux cas l’épidémie cessa.

    Aprés quelques recherches Arvana, Ornam qui sont les noms des propriétaires expriment des lieux  et sont la même chose se sont les noms des terrains chacun d'un côté de versant de cet endroit, ce lieu fait référence au mont Morija là ou Abraham bâtit un autel pour offrir son fils Isaac en holocauste.

    Cet endroit précis sera Jérusalem là exactement a l’endroit où Salomon bâtira le temple.

    Arvana, Ornam, Morija, Sion, Jérusalem sont un seul et même lieu.

     

    Ce qui coïncide avec notre parasha bâtir le temple.

     

    David « acheta » c’est cela la clef de l’histoire!

    Le rachat c’est le nerf de la guerre !

     

    Le dénombrement du peuple de Dieu se compte par le rachat.

     

    La vision messianique c’est le rachat des âmes par l’holocauste du messie qui aura donné sa vie pour nous racheter.

    La vision messianique c’est que le Messie c’est Yeshoua.

    Yeshoua c’est le messie qui se révèle c’est ça la guerre!

     Car celui qui combattra pour nous c’est Yeshoua c’est Lui qui fait fuir tous nos ennemis.

     

    Yeshoua est mort pour le rachat de nos âmes; c’est la condition pour faire parti du dénombrement de Dieu. C’est le seul dénombrement que Dieu demande! Car quand notre âme appartient à Dieu satan ne peut pas nous atteindre. 

    Yeshoua veut acquérir nos âmes maintenant il est l’heure de se laisser racheter par le Messie  Le laisser rentrer dans notre coeur L’accepter Lui le Messie mort sur le bois le soir de Pessah.

    Yeshoua le juif n’est pas mort que pour les juifs il est mort pour toutes les âmes du monde entier; Cet appel est solennel pour le monde entier. Ce soir commence le shabbat c’est un shabbat mondial !  Que celui qui a des oreilles écoute; Qu’importe sa dénomination religieuse  ce soir c’est le  grand rendez-vous que Dieu nous donne.

     

    Ce soir dès la tombée de la nuit que chacun dans sa demeure allume deux bougies qu’il proclame le shabbat qu’il boive la coupe du vin qui représente le sang que Yeshoua a verset sur le bois le soir de Pessah   qu’il coupe le pain qui représente le corps de  Yeshoua qui représente le rachat de son âme.

    Et demain samedi toute la journée ne pas faire d’activité lié au travail, comme Dieu nous l’a ordonné;

    Faire la lecture de la parasha.

    Ce jour peut tout changer pour le monde si tout le monde ferait ça, l’épidémie pourrait s’arrêter.

    Car Yeshoua pourra s’acquérir toutes les âmes qui seront a shabbat et nous nous offrirons en commémoration son holocauste.

     

     

    Et Dieu arrêta sa colère et l’épidémie s’arrêta.

    Comme au temps de David. 

    Nous pouvons faire la même chose. ( même en secret ). (Comme Nicodème)

     

    Stop les cultes du dimanche !

    Shabbat c’est le culte de Yeshoua!

    Aucun texte biblique aucune bible ne mentionne le dimanche mais toutes mentionnent le shabbat du samedi.

    Yeshoua parcourait les lieux de culte le Samedi et Il nous à recommandé de faire comme lui faisait.

    Il en va de la responsabilité de chacun; enseignant ou pas.

     

    C’est ça la vraie repentance devant Dieu.

     

     

    J’appelle tous les citoyens du monde de faire shabbat!

    Arrêter tout! c’est le temps du Messie il vient ! 

     

    Le titre de la parasha Vayakel veut dire « Il assembla »; c’est le temps ou le corps du messie s’assemble pour former le temple.

    La fille de Sion se réjouira! 

     

     

     

    Partager ce message!

     

    Shabbat shalom 

     

    Lecture de la parasha 

    Exode : Chapitre: 35 verset 1 à chapitre 38 verset 20.

    Lecture de la haftarah: 1 rois: Chapitre 7 verset 13 à 26.

    Lecture messianique: Hébreux: chapitre: 9 verset 1 à 14.

    Apocalypse: Chapitre 11 verset 1 à 13.

     

    Parasha Jumelé  lire jusqu'a la fin de l'Exode.

     

     

     Parasha vayikra pour la semaine du 22 mars au  28 mars.

    Lévitique;

     

    Dimanche;1;1à 13.

    Lundi; 1:14 à  2: 6.

    Mardi: 2: 7 à 16.

    Mercredi : 3: 1 à 17.

    Jeudi : 4: 1: à 26.

    Vendredi : 4: 27 à  5: 10. Et 5: 11: 26. 

     

     

     

    L.B


    3 commentaires
  • La contamination!

     

     

    La parasha de cette semaine c’est Ki Tissa qui veut dire « lorsque tu prendras ».

    La parasha Ki tissa c’est la parasha du veau d’or, et la haftarah qui la combine c’est les dieux de Baals que le prophète Élie tente de dénoncer.

    Ce qu’il y a en commun entre ces deux lectures c’est la passivité des dirigeants qui sont censés protéger le peuple, d’un côté Aaron censé garder le peuple durant l’absence de Moïse et de l’autre c’est le Roi Achab aussi censé garder le peuple. 

    Aaron par une certaine passivité s’est vu entrainé a écouté les audacieux qui croient savoir, et Achab par une grande passivité s’est laissé embobiner par Jézabel l’influente qui voulait tué tous les vrais prophètes de Dieu. 

     

    La passivité peut entrainer la somnolence spirituelle, ce laissé endormir par les prêches des soit-disant ceux qui savent ceux qui parlent avec conviction, elles les bercent de leurs paroles soporifiques capables  d’endormir  d’un sommeil si profond tous leurs fidèles.

    Ainsi atteint l’ennemi peut travailler tranquille pour détruire toutes les défenses immunitaires et contaminer le croyant qui a son tour contamine les autres.

     

    Élie c’est le symbole de celui qui veut annoncer les paroles que Dieu lui demande de dire, mais il se heurte avec le pouvoir des grands qui sont déjà installé dans les grandes assemblées (et les moins grandes aussi). Il veut dénoncer les baals et les astartés mais le peuple atteint de cette passivité  est comme immobilisé par ce qu’il a entendu prêcher des centaines et des centaines de fois par son prédicateur.

     

    En revenant à la parasha Dieu demande un recensement et une participation individuelle. Il renouvelle l’exigence du shabbat et les fêtes juives, par les tables de la loi.

    Cette indication nous révèle que Dieu veut se faire connaitre individuellement en chacun de nous contrairement à la parasha de la semaine dernière où Dieu se cachait, maintenant Moïse lui demande de se révéler car le peuple est faible et se laisse séduire par le dernier qui a parler sans se demander si c’est Dieu qui l’envoie.

     

    Dieu se révèle par ses attributs!

    La foi n’est pas passive elle est dynamique et c’est par elle que s’opère la réparation, c’est elle qui oeuvre à préparer le monde au dévoilement de Dieu.

     

    On se demande mais c’est quoi ces attributs? C’est des Noms? C’est des comportements? C’est des forces? C’est des qualités?

     

    Les attributs de Dieu sont les mystères de la création, la brissure  (séparation) qu’il y a eu entre Dieu et ses créatures, alors Dieu a voulu créer un monde pour que ses créatures puissent revenir et récréé l’unité avec Lui. Pour ce faire il avait prévu des lois de sainteté puis ces lois sont devenu Torah, qui ordonnaient des sacrifices chaque année, mais Dieu ayant prévu que le monde se diviserait il envoya son Fils Yeshoua pour l’expiation des péchés qui serait valable une fois pour toute. 

     

    Ces attributs c’est comme un arbre qui contient tout de Dieu un arbre qui forme l’unité que nous devons cultiver et arroser de l’eau de la Torah.

     

     

    Toutes ses théories ne nous servent que si réellement nous voulons connaître Dieu car la réparation universelle se base sur les fondements simples de la Torah, accessible à tous, la connaissance se rend admissible au plus petit, car   Dieu s’est le souffle de la  Torah et s’est le souffle de Yeshoua  pour nous ouvrir l’accès par la simplicité de la foi qui opère seule à la réparation des attributs pour retrouver l’unité avec Dieu.

     

    Dieu c’est révéler à Moïse, il devint rayonnant et devait porter un voile quand il se présentait devant le peuple et il l’enlevait lorsqu’il était devant l’Eternel.

     

    Ce qui nous révèle que Moïse était revêtu des attributs de Dieu, il avait revêtu le vêtement de gloire qui est réservé à ceux qui sont revenu vers Dieu et qui ont achevé leur perfection avec les attributs au complet et forme ainsi l’unité avec Dieu.

     

    Mais par le pacte de la Torah L’Eternel a renouvelé l’alliance afin que toutes les nations du monde viennent se greffer sur la Torah d’Israël par le Messie Yeshoua. C’est par ce pacte de réconciliation que tous on part a Lui. 

     

    Yeshoua ayant aussi été transfiguré.   

     Mathieu 17:2,8.

    Yeshoua fut transfiguré devant eux; son visage resplendit comme le soleil, et ses vêtements devinrent blancs comme la lumière. Et voici, Moïse et Elie leur apparurent, s'entretenant avec lui. Pierre, prenant la parole, dit à Yeshoua: Seigneur, il est bon que nous soyons ici; si tu le veux, je dresserai ici trois tentes, une pour toi, une pour Moïse, et une pour Elie. Comme il parlait encore, une nuée lumineuse les couvrit. Et voici, une voix fit entendre de la nuée ces paroles: « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j'ai mis toute mon affection: écoutez-le! » Lorsqu'ils entendirent cette voix, les disciples tombèrent sur leur face, et furent saisis d'une grande frayeur. Mais Yeshoua, s'approchant, les toucha, et dit: Levez-vous, n'ayez pas peur! Ils levèrent les yeux, et ne virent que Yeshoua seul.

                   ———————————————————

     

    Cette transfiguration c’est le voile que nous portons pour paraître devant Dieu, ce voile c’est Yeshoua car c’est à travers lui que nous  pouvons prier et parler à Dieu sans mourir, car le voile du temple  à Pessah c’est déchiré pour nous donner accès à Dieu.

     

    C’est par ce dévoilement qui nous transfigure que nous  parvenons à la  possibilité de la réparation de notre âme.

     

    Par le Messie nous ne sommes pas tenus d’avoir toute la connaissance et la science universelle, nous sommes tenus d’avoir la foi par la pratique des shabbat des fêtes  car c’est  par cela que les attributs de Dieu se dévoilent car Yeshoua à l’heure de sa mort à déchirer le voile de la connaissance et nous adonné accès à la connaissance par les actes sans comprendre le sens universel.

    C’est pourquoi le pacte avec Yeshoua devient accessible à tous le monde érudit ou simple d’esprit!

     

    Cette parasha du veau d’or vient à point nommé pour nous dire de sortir de ces Babylones chrétiennes qui ont fait un veau d’or de leur messie, Ils ont fait taire ceux qui parlent de Torah; ils tuent les porteurs de Torah, ils ont fait ce qui est contre nature en se prosternant devant un messie qui aurait renié sa propre Torah. Abomination devant Dieu que de prétendre que Son fils  a annulé sa Torah.

    Ce veau d’or c’est propager comme un virus qui atteint les faibles, il détruit la fonction vitale de la conscience, il s’attaque au développement de l’Esprit ou du souffle du Messie comme pour dire c’est par la fonction respiratoire que je vais attaquer.

     

     Ce veau d’or d’Aaron avait comme une couronne entre les deux cornes, comme ceux qu’il y avait en Egypte et comme ce coronavirus qui est un virus avec une couronne.

     

     

    Dieu est un Dieu jaloux il punit  l’iniquité (sans Torah). 

    Dieu a donné un pacte au monde c’est la soumission aux shabbat et aux fêtes par la connaissance de Yeshoua.

     

    Comment les juifs peuvent-ils connaitre le Messie si vous leurs présentez un Messie sans Torah? 

     C’était de la responsabilité de l’église que de faire connaitre Yeshoua aux juifs!

     

    Injure devant Dieu, injure pour les juifs.

    Le monde chrétien a injurié le Messie le monde chrétien à injurié Dieu.

    Car le Messie Yeshoua c’est aussi pour les juifs ?

     

    Injure pour le simple croyant païen qui vient chercher Dieu et à qui on lui présente un veau d’or !

     

    Le monde se meurt d’avoir remplacé Dieu.

    Mais Yeshoua nous tend ses mains pour nous pardonner.

     

    La contamination est un fléau injuste, mais l’heure arrive ou il faut se rendre à l’évidence Dieu est en colère.

    Repentons-nous tous car tous nous avons péché nous tous d’une manière ou d’une autre nous avons bâti un autel pour notre veau d’or.

     

    Préparons notre téchouva  en organisant pour la première fois pour certain la fête de Pessah qui vient bientôt comme pour accueillir notre Sauveur.

    Car ainsi on honorera le véritable Messie Yeshoua.

    Ainsi l’unité entre les juifs et les païens pourra se  rétablir et nous unir pour l’Amour de Dieu.

     

    Que Dieu nous vient en aide, et que son souffle nous guérisse! 

     

     

    Parasha du samedi  14 mars 2020. Parasha Ki tissa : 21.

     

    Lecture de la parasha : Exode : Chapitre 30 verset 11 à chapitre 34 verset 35.

    Lecture de la haftarah :  1 Rois : Chapitre 18 verset 20 à 39.

    Lecture messianique : Marc : Chapitre 9 verset  1 à 13. Actes :Chapitre 7 verset 35 à 42. 

     

     

    Lecture des portions pour la semaine qui vient avec la parasha vayakhel. 

    Version hébraïque. 

    Exode.

    Dimanche:35:1,20.

    Lundi:35:21,29.

    Mardi:35:30,36:7.

    Mercredi:36:8,19.

    Jeudi: 36:20,37:16.

    Vendredi:37:17, 29. Et 38:1,20.

     

    Shabbat shalom.

     

    L.B


    votre commentaire
  • Papa où t’es!

     

    La parasha  Tétsavé  commence par: Pour toi tu ordonneras aux enfants d’Israël de te choisir une huile pure d’olives concassées, pour la Menorah afin d’alimenter les lampes en permanence.

    Ces paroles de l’Eternel s’adressent semble t-il à Moïse mais cette parasha à la particularité que le nom de Moïse n’est pas mentionné. Ce fait nous enseigne que l’anonymat de Moïse fait place à l’annonce du Machia’h.

     

    Moïse le premier libérateur le Messie le dernier libérateur!

     

    Cette huile concassée c’est la petite étincelle du croyant  qui apporte ses soupirs, épuisé par la dure servitude qu’il ressent depuis si longtemps qu’il a vécu loin de Dieu ses souffles courts manifesté par l’angoisse que l’âme émet quand l’absence de Dieu est trop intense. Cette huile apportée devant Dieu c’est comme des larmes qui coulent des larmes de repentances.

    Si nos yeux verraient l’état de l’âme on aurait tellement honte de notre souillure que peut-être on désirerait  que Dieu ne nous voit pas.

     

    Puis s’ensuit la description pour la réalisation du vêtement des sacrificateurs, confectionné premièrement pour Aaron et ses fils et leurs descendants.

     

     Cette semaine particulière avec la fête de Pourim qui commence lundi 9 mars 2020 en soirée et la journée du mardi 10 mars, à un point en commun avec la parasha c’est:  « l’absence ».

    Dans la parasha Moïse n’est pas mentionnée alors que tous reposent sur lui et dans la lecture de Esther que nous faisons pour la fête de pourim, c’est Dieu qui n’est pas mentionné alors que tout le texte suppose  Dieu.

     

     

     

    Pour notre parasha nous voyons que c’est Aaron et ses fils qui doivent porter le vêtement sacré comme voulant nous enseigner que c’est par Moïse que le vêtement est donné mais en même temps  ce n’est pas Moïse qui doit le porter car Moïse est sanctifié par les commandements. Moïse est l’identité de la Torah il est le représentant suprême de la Torah. Nous comprenons alors que c’est la Torah qui sanctifie.

    Aaron doit porter le vêtement pour arriver à la sanctification.

     

    Notre âme cherche le vêtement de la sanctification celui qui nous permet de s’approcher de Dieu.

    Aaron portait le vêtement, il est écrit c’est par pour  Dieu qu’il le portait c’est pour paraître honoré devant Dieu.

    Cet honneur c’est le vêtement dont Yeshoua nous couvre pour nous parer d’honneur devant Dieu, digne, beau et propre pour se présenter devant Dieu.

    Ce vêtement que Yeshoua nous accorde comme un cadeau  c’est le vêtement de fin lin qui est l’oeuvre ce celui qui fait les commandements de la Torah telle que les écritures le confirment dans Apocalypse.

     

    Réjouissons-nous et soyons dans l'allégresse, et donnons-lui gloire; car le temps des noces de l'agneau est arrivé, et son épouse s'est préparée. On  lui a donné de se revêtir d'un fin lin, éclatant, pur. Car le fin lin, ce sont les oeuvres justes des saints.

    Les oeuvres justes des saints sont les lois de la Torah qui nous conduisent à avoir une vie droite et propre!

    Car la Torah que Moïse a déposée devant les enfants d’Israël en héritage, c’est un arbre de vie pour ceux qui la détiennent; ceux qui la soutiennent sont dans le bonheur! Car ses chemins sont des chemins agréables car c’est par elle que Dieu a donné la Sagesse.

    La Torah nous donne de la valeur!

    La Torah nous donne de la beauté!

    La Torah nous donne de l’importance!

     Elle nous habille  et nous donne de paraître pur devant Dieu par ce vêtement nous marquons notre appartenance à Yeshoua.

     

    La Torah nous nourrit, nous désaltère, nous habille.

    Mathieu 25 :1 à 13 ….34 à 46.

    Alors le royaume des cieux sera semblable à dix vierges qui, ayant pris leurs lampes, allèrent à la rencontre de l'époux. Cinq d'entre elles étaient folles, et cinq sages. Les folles, en prenant leurs lampes, ne prirent point d'huile avec elles; mais les sages prirent, avec leurs lampes, de l'huile dans des vases. Comme l'époux tardait, toutes s'assoupirent et s'endormirent. Au milieu de la nuit, on cria: Voici l'époux, allez à sa rencontre! Alors toutes ces vierges se réveillèrent, et préparèrent leurs lampes. Les folles dirent aux sages: Donnez-nous de votre huile, car nos lampes s'éteignent. Les sages répondirent: Non; il n'y en aurait pas assez pour nous et pour vous; allez plutôt chez ceux qui en vendent, et achetez-en pour vous. Pendant qu'elles allaient en acheter, l'époux arriva; celles qui étaient prêtes entrèrent avec lui dans la salle des noces, et la porte fut fermée. Plus tard, les autres vierges vinrent, et dirent: Seigneur, Seigneur, ouvre-nous. Mais il répondit: Je vous le dis en vérité, je ne vous connais pas. Veillez donc, puisque vous ne savez ni le jour, ni l’heure.

     

     

    Alors le roi dira à ceux qui seront à sa droite: Venez, vous qui êtes bénis de mon Père; prenez possession du royaume qui vous a été préparé dès la fondation du monde. Car j'ai eu faim, et vous m'avez donné à manger; j'ai eu soif, et vous m'avez donné à boire; j'étais étranger, et vous m'avez recueilli; j'étais nu, et vous m'avez vêtu; j'étais malade, et vous m'avez visité; j'étais en prison, et vous êtes venus vers moi. Les justes lui répondront: Seigneur, quand t'avons-nous vu avoir faim, et t'avons-nous donné à manger; ou avoir soif, et t'avons-nous donné à boire? Quand t'avons-nous vu étranger, et t'avons-nous recueilli; ou nu, et t'avons-nous vêtu? Quand t'avons-nous vu malade, ou en prison, et sommes-nous allés vers toi? Et le roi leur répondra: Je vous le dis en vérité, toutes les fois que vous avez fait ces choses à l'un de ces plus petits de mes frères, c'est à moi que vous les avez faites.

     

    Ensuite il dira à ceux qui seront à sa gauche: Retirez-vous de moi, maudits; allez dans le feu éternel qui a été préparé pour le diable et pour ses anges. Car j'ai eu faim, et vous ne m'avez pas donné à manger; j'ai eu soif, et vous ne m'avez pas donné à boire; j'étais étranger, et vous ne m'avez pas recueilli; j'étais nu, et vous ne m'avez pas vêtu; j'étais malade et en prison, et vous ne m'avez pas visité. Ils répondront aussi: Seigneur, quand t'avons-nous vu ayant faim, ou ayant soif, ou étranger, ou nu, ou malade, ou en prison, et ne t'avons-nous pas assisté? Et il leur répondra: Je vous le dis en vérité, toutes les fois que vous n'avez pas fait ces choses à l'un de ces plus petits, c'est à moi que vous ne les avez pas faites. Et ceux-ci iront au châtiment éternel, mais les justes à la vie éternelle.

     

    Et par cette sainteté nous pouvons croire que Dieu ne se cache plus mais il se dévoile par le Messie Yeshoua, et soyons de ceux qui nourrissent, désaltèrent et habillent les autres qui ont faim et soif et qui sont nus par leur âme.

    Ce  texte de la parasha cache aussi toutes les fêtes, tous les rendez-vous où Dieu se dévoile, Il se manifeste en nous par la lumière de la menorah qui brille en nous.

     

    Si pourim a une grande importance qui s’accentue d’année en année c’est que nous approchons d’une étape cruciale pour ce monde comme chaque année la commémoration biblique du jeune d’Esther qui vient comme une grande repentance devant Dieu comme un souhait de toutes les âmes qui veulent vivre avec ce temple intérieur fait de la présence de Yeshoua.

     

    Alors Dieu vient se révéler par celui qui croit que le Messie est lui même Torah. Alors si d’un côté le monde chrétien dit: mais le messie est déjà venu?

    Oui Il est venu mais pas chez les chrétiens car les chrétiens ont tous fait pour en cacher sa face, car ils ont fait naitre un messie né à Noël; abomination devant Dieu 

     

    Alors les juifs diront: où est-Il; Celui qui est caché ?

    Alors les croyants des nations diront: où est-Il Celui qui est caché ?

    Alors se révéleront les écritures et verront, ils le reconnaîtront dans les communautés messianiques chez ceux qui ont reconnu le bras de l’Eternel Celui qui fut semblable à un agneau qu’on emmène à la boucherie, maltraité et méprisé.

     

    Esaïe 53:10,12.

    Il a plu à l'Eternel de le briser par la souffrance... Après avoir livré sa vie en sacrifice pour le péché, Il verra une postérité et prolongera ses jours; Et l'oeuvre de l'Eternel prospérera entre ses mains.

     

    A cause du travail de son âme, il rassasiera ses regards; Par sa connaissance mon serviteur juste justifiera beaucoup d'hommes, Et il se chargera de leurs iniquités.

     

    C'est pourquoi je lui donnerai sa part avec les grands; Il partagera le butin avec les puissants, Parce qu'il s'est livré lui-même à la mort, Et qu'il a été mis au nombre des malfaiteurs, Parce qu'il a porté les péchés de beaucoup d'hommes, Et qu'il a intercédé pour les coupables.

                     ————————————————————

    Durant le jour de Pourim il est une lecture d’un verset qui représente l’état de l’âme de ceux dont la face du Père ce cache.

     

    Sur l’exemple des bibles juives car dans les bibles chrétiennes c’est moins explicite.

     

    Psaume 22 verset 2.

     

    Eli, Eli, lama sabachthani. C'est-à-dire: Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné.

     

    Et ce verset nous le retrouvons exactement avec les mêmes mots.

     

    Mathieu 27 verset 46.

     

    Eli, Eli, lama sabachthani. C'est-à-dire: Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné.

     

    Qui d’écrit la scène des dernières paroles  prononcés par Yeshoua avant de mourir.

     

    Cet extraordinaire parallèle nous montre le dévoilement du Messie qui apporte la délivrance à tous les enfants de Dieu. 

     

    Si le diable a pour plan  de nous faire mourir, Yeshoua a pour plan de nous sauver.

     

    Tous ces parallèles ne font que nous inciter à prendre conscience que la fête de pourim est une commémoration dont la grandeur est sans limite.

    Pourim est un temps particulier ou Dieu parle !

    Dans le livre d’Esther est mentionné Amman le tyran du peuple juif, il décide que les juifs doivent être exterminé de la terre mais par l’attitude de tous le peuple qui se répand Dieu les sauve tous.

    Il y a des Amman, des Hitler, des terroristes et des virus qui veulent tuer, mais il y a la Torah qui protège c’est par sa marque que Yeshoua nous habille du vêtement de l’immortalité.  

     

     

     

     

    Comme une repentance devant le Seigneur que le temps que nous vivons est semblable au temps d’Esther. Un peuple qui ne reconnaît pas son Dieu un peuple dans la désolation. Un peuple qui ne connaît pas son sauveur, qui se tourne vers un dieu sans Torah. La commémoration de cette fête est pour nous une façon de prophétiser qu’un jour tous serons sauvés. 

     

    Pour fêter Pourim on prend le temps d’organiser cette fête comme un repas festif; On aura cette attitude de repentance, on peut faire un jeune avant la fête, et surtout pour marquer le coup et d’être en harmonie avec tous les juifs et les non juifs qui honorent cette fête ont confectionnent les traditionnels gâteaux en forme de triangle qui honorent cette fête par cette pâtisserie qu’on appelle « Les oreilles d’Amman ».(Pâte sablée étalé, avec un verre faire des ronds remplir d’une cuillère de confiture ou chocolat refermer un peu la pâte en formant trois petites pinces  cuire doucement au four). 

    On peut se déguiser.

     

    On lie le livre d’Esther en entier et lorsque l’on tombe durant la lecture sur « Hamman » on doit faire du bruit taper des pieds ou bien avec un objet qui fait du bruit.

     

    Pour le lecture de Pourim du mardi 10 mars 2020.

    Esther en entier.

    Puis on lie le Psaume: 22 verset 2.

    Mathieu: 27 verset 46. Exode: Chapitre 17 verset 8 à 16.

     —————————————————————————————

    Pour la parasha Téstavé de samedi 7 mars 2020 on lie ;

    Lecture de la parasha: Exode: Chapitre 27 verset 20 à chapitre 30 verset 10.

    Lecture de la haftarah: Ezéchiel: Chapitre 43 verset 10 à 27.

    Lecture messianique: Mathieu: Chapitre 25 verset 1 à 13, et verset  34  à 46.

    Apocalypse: Chapitre 19 verset 7 à 9.

     

    Bonne fête à tous soyez bénis !

    Shabbat shalom

    L.B

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • Un brin de folie!

     

     

    La parasha Terouma vient décrire l’épicentre spirituel pour le monde entier, le lieu où la Chekhina la présence de Dieu se révèlerait.

     

    Le Sanctuaire(tabernacle) était fait de planches de bois. Chaque planche était soutenue à sa base par deux blocs d’argent dans lesquels elle s’encastrait. Les planches étaient recouvertes d’or et solidement fixées les unes aux autres. Elles formaient les murs du Sanctuaire et des tentures superposées en constituaient le toit.

    À l’intérieur du Sanctuaire se trouvaient la Menorah, une table pour les « pains de proposition » et un autel pour les encens, tous faits en or. Derrière un rideau magnifiquement brodé, se trouvait le Saint des Saints, renfermant l’Arche d’or. À l’intérieur de celle-ci se trouvaient les tables en saphir sur lesquelles étaient gravés les Dix Commandements et que Moïse avait rapportées du mont Sinaï.

    Ce Sanctuaire éphémère présagé le temple fait de pierre construit par Salomon édifié à Jérusalem. 

     

    Mais il existe également un Sanctuaire intérieur, dans le cœur de chaque homme et de chaque femme. Les détails du Sanctuaire matériel décrits dans la paracha nous aident à comprendre comment nous pouvons construire ce Sanctuaire intérieur pour que la Présence de Dieu s’y révèle également, à l’intérieur de chacun d’entre nous.

     

    Le bois d’acacia, avec lequel était fabriqué le Sanctuaire, possède, en hébreu, un nom étrange : atsé chittim. On peut le traduire par « le bois de la folie ».

    Ce nom peut nous aider à comprendre le but du Sanctuaire et celui de la vie.

     

     

     

     

    Rachi s’inspirant de la parasha  Terouma nous indique que Yaakov (Jacob) avait par inspiration prophétique vu qu’un jour sa descendance sortirait d’Egypte et qu’elle serait amenée à construire un Sanctuaire dans le désert. C’est pourquoi, lorsqu’il fut contraint à descendre en Egypte à cause de la famine, il apporta avec lui de la terre d’Israël des plants de Chittim qu’il fit planter à Gochen. Avant de quitter ce monde, Yaakov (Jacob) rassembla ses enfants et il leur demanda de prendre avec eux ces arbres lorsque le jour venu, ils quitteraient l’Egypte.

     

    L’intention profonde de Yaakov (Jacob) était d’apporter l’espoir et la consolation au peuple, en plaçant devant eux ces plants de Chittim dont ils avaient la garde durant toute la période de l’exil et qui leur rappelaient de manière concrète qu’un jour viendrait où ils s’en serviront pour édifier un Sanctuaire pour Dieu en toute liberté.

     

    Rachi précise que la source de cette explication est dans « Terouma » . Il le fait ici exceptionnellement pour en  souligner que Terouma est précisément issu de la même racine hébraïque que le mot Né’hama qui signifie « consolation ».

     

    Elever l’autel de l’holocauste fait de bois de chittim c’est élever le Messie mort sur le bois! Et recevoir son Esprit!

     

    L’arbre d’acacia (chittim ) ne porte pas de fruits, cette référence se rapporte au temps ou le Messie viendrait, « lorsque le Messie viendrait les arbres stériles porteront des fruits». Le fruit du consolateur, l’Esprit de la consolation sera en eux.

    Le temple ne sera pas fait avec des matériaux, mais il sera fait de toutes les âmes sanctifiées, rattachés solidement par l’amour les unes aux autres comme des  planches formant une seule et énorme âme où résiderait Dieu.

     

     

    Paul exhortera par le Nom de Yeshoua à ce qu’il ni ait plus de divisions parmi le peuple,  mais restant unis les uns aux autres par le même Esprit pour publier la Torah  comme étant la sagesse des hommes.

    Car il dit: la prédication du Messie mort sur le bois est « une folie » pour ceux qu’il le renie, mais pour nous qui somme sauvé elle est une puissance.

    Aussi il est écrit: 1 Corinthiens 1: 19,31.

     

    Je détruirai la sagesse des sages, Et j'anéantirai l'intelligence des intelligents.

     

    Où est le sage? où est le scribe? où est le disputeur de ce siècle? Dieu n'a-t-il pas convaincu de folie la sagesse du monde? Car puisque le monde, avec sa sagesse, n'a point connu Dieu dans la sagesse de Dieu, il a plu à Dieu de sauver les croyants par la folie de la prédication de la Torah.  Les Juifs demandent des miracles et les Grecs cherchent la sagesse: nous, nous prêchons le Messie crucifié; scandale pour les Juifs et folie pour les païens, mais puissance de Dieu et sagesse de Dieu pour ceux qui sont appelés, tant Juifs que Grecs.

     

    Car la folie de Dieu est plus sage que les hommes, et la faiblesse de Dieu est plus forte que les hommes.

     

    Considérez, frères, que parmi vous qui avez été appelés il n'y a ni beaucoup de sages selon la chair, ni beaucoup de puissants, ni beaucoup de nobles. Mais Dieu a choisi les choses folles du monde pour confondre les sages; Dieu a choisi les choses faibles du monde pour confondre les fortes; et Dieu a choisi les choses viles du monde et celles qu'on méprise, celles qui ne sont point, pour réduire à néant celles qui sont, afin que nulle chair ne se glorifie devant Dieu. Or, c'est par lui que vous êtes en Yeshoua le Messie, lequel de par Dieu a été fait pour nous sagesse, justice et sanctification et rédemption, afin, comme il est écrit, Que celui qui se glorifie se glorifie dans le Seigneur.

     

     

     

     

    Car tout le but de la Torah c’est de permettre à l’homme de faire résider Dieu sur terre.

     

    Dieu peut résider partout sauf ou l’homme la rejeté.

     

    Mais la parasha Terouma c’est le don de soi;

    Terouma exprime par la demande que Dieu nous fait a chacun individuellement: « prenez pour moi un prélèvement ».

    Sans un don volontaire personnel il ni à pas la présence divine!

     

    L’homme est un microcosme de l’univers; le temple est le microcosme de l’homme!

     

    Donner tout l’espace à Dieu c’est lui faire une grande maison où toutes les parties de notre être sont habitées par Dieu.

    Rendre saint par la Torah ce qui ne l’était pas; Depuis le tsimtsoum le retrait de Dieu dans l’âme des hommes il faut maintenant décider d’élever cette partie contracté de l’étincelle divine pour l’élever; l’élever, l’élever jusqu’à prendre beaucoup de place.

     

    Prélever notre sagesse, notre intelligence, notre esprit cartésien à l’image des planches de bois, une intelligence de folie, une sagesse qui vient de l’Esprit de Dieu, dont le seul raisonnement c’est d’aimer celui  qui vit en nous.

    Le peuple qui aime Dieu n’est pas celui assit dans les grands palais ornés de richesse terrestre, il n’est pas non plus celui qui prend les avantages VIP en invité d’honneur, ni puissant, ni noble, il peut être méprisable et faible, paraître sot, ou stupide, insignifiant, sans nom, sans prestige, il est semblable à Yeshoua sans beauté ni éclat, il est folie devant les hommes mais il est sage devant Dieu afin qu’il ne se glorifie pas, car c’est en Yeshoua qui vit en lui que réside la sagesse et la justice afin que comme il est écrit: » Que celui qui se glorifie se glorifie dans le Seigneur;

     

    L’homme n’a été créé que pour connaitre Dieu et l’unique descriptif qui l’identifie c’est la Torah qui le certifie à travers les statuts et les ordonnances qui révèlent son Nom.

     

    Voici la sagesse qu’il est nécessaire à l’homme de connaitre et de contempler d’une part, il doit connaitre son corps pour l’emmener à la perfection dominer ses  pulsions?

    Comment il est destiné à paraître en jugement devant le Roi?

    D’autre part il doit connaitre et comprendre les secrets des âmes? Qu’est cette âme est en lui d’où vient’ elle?  pourquoi est-elle venue dans ce corps vil qui est aujourd'hui ici et demain dans la tombe?

    Ensuite il doit comprendre et contempler le monde, où il se trouve et comment agir pour l’amener à la perfection?

     

    Et cette recherche doit l’amener à rechercher les réponses dans la Torah!

    Toute personne qui quitte ce monde sans avoir cherché Dieu  par la sagesse de la Torah même si sa vie aurait été de bonne et pure en  

    action il sera refoulé aux portes de l’autre monde.

     

    Car le mystère de la création c’est que l’arbre de vie qui est le Messie Yeshoua déverse les eaux de la Torah sur nous pour que les fruits paraissent afin de transformer notre âme en palais pour que son Esprit vive en nous.  

     

    L.B

     

     

     

    Parasha Térouma du samedi 29 février 2020.

    Lecture de la parasha : Exode: Chapitre 25 verset 1 à chapitre 27 verset 19.

    Lecture de la haftarah : 1 Rois: Chapitre 5 verset 26 (ou 12 bible ch) à chapitre 6 verset 13.

    Lecture messianique : Hébreux: Chapitre 8 verset 1 à 6. Chapitre 9 : 23,24.et 10 :1.

     

     

     

    Parasha Téstavé la semaine prochaine

     

     

    Portion de la parasha de la semaine suivante. Selon bible hébraïque.

    Parasha Tétsavé.

    Dimanche: 27: 20 à 28 : 12.

    Lundi : 28: 13,30.

    Mardi : 28: 31,43.

    Mercredi: 29: 1,18.

    Jeudi: 29: 19,37.

    Vendredi: 29: 38,46. Et  30: 1,10.

     

     

     

     

     

    Shabbat shalom: L.B

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires