• PARASHA DU SAMEDI 9 JUIN 2018. PARASHA Chela Léckha

    Les explorateurs.

     

    La parasha Chela’ Leckha qui nous parle des explorateurs  est très intéressante et très importante.

     

    Douze explorateurs furent envoyés par Moïse pour explorer le pays, durent ramener les fruits du pays  et que chacun  lui apporte sa conclusion de ce qu’il a vu.

    Ils revinrent du pays avec des fruits géants. Dix d’entre eux en tirèrent des conclusions négatives et ne voulurent pas y retourner, mais Josué et Caleb apportèrent à Moïse des conclusions positives même s’ils avaient vu des géants.

     

     

    Dieu dit à Moïse envoie si tu le veux ces explorateurs.  Qui voulait dire : Tu prends un risque de les envoyer mais si tu penses que c’est bien envoies les.

    Mais cette phrase qui semble bizarre de la part du Seigneur vient nous enseigner  le sens propre de cette phrase.

    Les conséquences  de les envoyer restent du domaine humain ce n’est pas ce qui spirituel qui sera touché mais bien l’homme dans sa propre chair.

     

    Entrer en terre promise c’est d’abord affronter nos déshonneurs, nos faiblesses, nos mauvais penchants, tous nos petits renards qui viennent ravager la vigne. Ce terme en hébreu s’appelle        « yetser hara »

     

    Ces yetser hara ce sont ces géants que virent les douze des chefs des tribus.

     

    Pourquoi les dix chefs  eurent peur des géants et Josué et caleb ne furent pas impressionnés?

     

    Réponse donnée par rachi. 

    Qui est le plus grand; celui qui vit depuis son enfance éduqué dans la droiture de la Torah  s’étant éloignée de toute tentation.

    Ou alors  cet homme religieux  qui vit aussi avec la Torah dans un environnement ouvert  à tous.

    Rachi dit le premier est grand  mais le deuxième est plus grand.

     

    Explication :

    Celui qui est grand et celui qui est  accablé, criblé par les forces mauvaises qui viennent comme ça lui suggérer des mauvaises pensées.

     

    Le maitre Maimonide dit;

    Plus un homme a en lui des mauvaises forces qui agissent, plus son âme est proche de la pureté pour qu’il sache que son âme  est pure  et plus il sera exposé et doit se protéger de ses mauvaises influences.

     

     

    Histoire d’aujourd’hui 2017.

     

    Un jour un homme compétent, pieux et généreux, qui étudiait  la Torah alla voir son rabbin et lui dit:

    Voilà dans ma pensée j’envie d’avoir telle ou telle femme, je suis jaloux, j’ai des très mauvaises pensées, j’ai si j’ai là.

    Ce que je voudrais c’est être comme vous Rabbi  pur et tranquille  comme vous êtes.

    Alors le Rabbi lui répond :

    Sache mon chèr ami, si tu savais ce qu’il y a dans mon coeur  qui se manifeste  sans que je veuille  combien des fois je suis jaloux, combien de pensées méchantes me viennent et mon yetser hara est tel que je serai heureux d’avoir le tien.

     

    Un autre histoire mais du Grand Maitre Gaon de Vilna 1720 / 1797.

    Un jour un des élèves qui étudiait avec Le Gaon de vilna  vint le voir et lui dit;

    Je voudrais tellement avoir votre yetser hara car j’en suis sûr  qu’il est plus faible que le mien.

    Le maitre lui répondit:

    Si tu savais les mauvaises pensées que j’ai  elles sont tellement puantes que tu fuirais loin de moi si tu les verrais.

    Ne regarde pas à l’apparence  car plus ton âme est grande plus ton yetser hara essaie de t’influencer.

    Il explique que le but de l’homme dans ce monde est de briser ses passions, ces pulsions. Plus une personne est proche de Dieu plus elle est attaquée par ses pulsions.

    Il doit savoir qu’il a une grande âme pure car il a atteint le but  de transformer le mal en bien il a soumis ce mal à Dieu.

     

     

    Le yetser hara vient d’abord titiller doucement il voit l’intérêt qu’on lui porte puis revient avec sept autres forces et là ça devient compliqué.

     

    La haftarah nous donne une certaine réponse : 

    Josué envoie deux  explorateurs  dans la maison de Rahab,  elle choisit de les cacher  et leur dit attendez que passent ces hommes qui vous cherchent  et ensuite contournez  les ne les affronté pas.  Aussi quand ils reviendront vers moi j’aurais attaché un cordon rouge à ma fenêtre ils ne pourront pas me faire du mal ainsi qu’à ma famille.

     

     

    Le yester hara s’alimente par la vue, précisément par les regards interdit.

     

    Le yetser hara ne peut pas passer  à l’action sans notre accord sont but c’est que nous lui donnions notre accord car la mauvaise pensée tant quelle n’est pas passé a l’action n’est pas condamnable.

    Dans ce monde de plus en plus souillé il n’est pas possible de le maitriser totalement mais il est possible de ne jamais jamais passer à l’action résister a son yetser hara c’est ne plus l’alimenter tant qu’il ne se nourrit pas de l’action il reste faible. 

     

    Nous savons que parfois il est extrêmement difficile de le maitriser quelques solutions nous sont donné:

    Se détourné de la mauvaise pensée en éloignant de la vue toutes sources du mauvais penchants. 

    Ne pas essayer de négocier car sa lui donne de l’intérêt.

    Se repentir de se mauvais penchant 1000 fois si il le faut.

    Et cette parasha souligne la solution idéale .

    Tu mettras aux quatre coins de tes vêtements des franges et tu rajouteras un cordon de couleurs bleu afin que de façon visible quand le mal s’approche de toi tu te souviendras de tous les commandements de la Torah. Car c’est moi qui vous est fait sortir de l’Egypte dit l’Eternel.

    C’est franges s’appellent des tsitsit, les hommes juifs les portent se sont des fils accroché aux quatre coins d’un vêtement.

     

    Mais quel est le sens des tsitsit ?

    En hébreu, le racine "tsits" signifie "regarder, jeter un coup d’œil".

    Il faut relier cela à la suite du verset cité plus haut et qui, chose très rare, explicite le sens de cette mitsva: "et qu’ils placent un fil bleu au tsitsit du coin : ils le verront et se rappelleront de tous les commandements de l’Eternel et les accompliront; ils ne seront pas détournés par leurs yeux et leur cœur qui les mènent à la débauche…"

     

    Le but du tsitsit est de rétablir son regard du mauvais penchants en les regardant les yeux se purifie et se détourne de lui. 

     

    De quelques pulsions quelles soit mauvaises pensées sexuelles, colère, méchanceté, addictions, boulimie, jeux, alcool, ou tout autres notre choses  on se rappelle que nous ne sommes pas soumis a ses mauvais penchants mais que c’est eux qui doivent être soumis à la loi de la Torah par la puissance de Yeshoua 

     

    Josué et Caleb sont de la lignée généalogique de Yeshoua c’est pourquoi ce texte nous enseigne que lorsqu’ils ont vu les géants ils surent non pas qu’ils allaient les affronter de face mais que ces géants c’est Yeshoua qui aller les affronter. Sachant que son action est efficace que si on porte le signe de la Torah ce signe n’est pas un signe invisible c’est un signe visible qui nous aide lorsque les mauvaises pensées arrivent on se rappelle que Yeshoua a placé sur nous le signe  de la Torah. et c’est par lui que l’on peut se détourner de ses mauvaises pensées en nous protégeant du passage à l’acte. Car ces pensées ont la faculté de nous culpabilisé même si on ne fait qu’y penser. Sachez alors que nous ne pouvons pas toujours les maitriser dans la pensée mais nous pouvons les maitriser dans l’acte par la force de Dieu.

     

    Transformer ce qui est mal en bien c’est l’histoire de cette parasha car un jour tous retourneront à Dieu.

     

    Notre force pour se détourner de nos mauvais penchants et de ne jamais passer à l’acte.

    C’est par notre foi en Yeshoua que nous prouvons par  l’accomplissement des lois et surtout c’est de se mettre à part le shabbat car le bien triomphe toujours quand nous sommes soumis à la Torah de Dieu.

     

     

    Josué 2:24

    Assurément l’Eternel a livré  le pays  entre nos mains et déjà tous les habitants tremble devant nous .

    Mathieu 9 :20,22.

    Et voici, une femme atteinte d'une perte de sang depuis douze ans s'approcha par derrière, et toucha les franges au bord du vêtement. Car elle disait en elle-même: Si je puis seulement toucher ses franges , je serai guérie.Yeshoua  se retourna, et dit, en la voyant: Prends courage, ma fille, ta foi t'a guérie. Et cette femme fut guérie à l'heure même.

     

    Mathieu 14:35,36.

    Les gens de ce lieu, ayant reconnu Yeshoua, envoyèrent des messagers dans tous les environs, et on lui amena tous les malades.Ils le prièrent de leur permettre seulement de toucher le bord de ses franges Et tous ceux qui le touchèrent furent guéris.

     

    Shabbat shalom

     

     

     

     

     

    Vidéo Torah box a visionner https://youtu.be/d69u0siet54 

    Lydia.B


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :