• Parasha du samedi 3 novembre 2018. Parasha 5 ; Hayé Sarah.

    Le puits.

     

    La parasha Hayé Sarah veut dire : « La vie de Sarah » mais plus précisément :  « Les vies de Sarah ». Alors que la lecture commence par la mort de Sarah. Dans ces particularités  une richesse profonde se cache au fond de ce puits de mystère.

    Sarah âgé de 127  ans ayant atteint la stature parfaite. Abraham avait alors 137 ans.

     

    Abraham et Sarah  avaient la sagesse et l’intelligence celle qui n’est pas intellectuel  mais celle qui les relie directement à Dieu.

    C’est aussi le message de cette parasha : Il y a des gens qui ont beaucoup de connaissances. Ils étudient toujours et cherchent le savoir, mais ils ne cherchent pas la splendeur de la sagesse qui illumine le visage des sages et de ceux qui transmettent les paroles qui parlent à l’âme directement.

    Les anciens  ou les grands sages ont toujours été des personnes ayant beaucoup d’humilité voire même déplaisants mais ce sont eux qui ont gardé les paroles de l’intelligence divine et a travers les siècles ils ont su être en retrait et garder le précieux héritage que nous transmettent jusqu’à nos jours les secrets des écritures.

    Ne cherchons pas ce qui attire les foules mais cherchons ceux qui nous instruisent dans la simplicité. Car c’est dans la simplicité que les mots parlent à l’âme comme Yeshoua le faisait et nous a enseigné à faire pareil.

     

     

     

    Sarah ayant accompli sa destinée pour nous transmettre  le message de vie pour nous tous les croyants.

    Son âme ayant  atteint la pureté initiale.

    La pureté initiale se réfère en Hébreu à la valeur du mot puits.

    Sachant que plusieurs histoires  d’amours bibliques comme celle  de Rebecca et Isaac, Rachel et Jacob où Sephora et Moïse etc…commencent autour d’un puits.

     

    Maintenant nous voyons qu’Abraham veut une épouse pour son fils.

    Isaac ayant été porté comme un korban un sacrifice pour Dieu. Fait référence à Yeshoua qui fut le véritable korban un sacrifice pour Dieu pour nous sauver.

     Isaac se devait d’avoir une épouse ayant une valeur aux yeux de Dieu. Ce fut donc Eliezer accompagné d’une aide divine qui partit chercher cette femme qui devait correspondre à des caractéristiques précises pour être une bonne épouse.

    Eliezer précisa à Dieu que pour la reconnaitre parmi toutes les filles  elle devait être devant un puits  et quand il dirai j’ai soif celle-ci dirait :  « Je te donne à boire ainsi qu’a tes dix chameaux ».

     

    A travers ces indications on peut maintenant comprendre le sens caché de cette parasha.

    Les deux symboles utilisés sont: « Le puits » et « Le chameau ».

    Le chameau est en valeur de lettre hébraïque « Guimel ».

     

    Guimel révèle: La richesse de la connaissance, par sa bosse  qui est une réserve qui permet de marcher dans le désert de la vie, une abondante réserve qui donne la force d’avancer; c’est aussi la puissance du don qu’il porte, c’est le berger comme Moïse et Yeshoua, c’est l’étude qui féconde la vérité.

    Nous voyons maintenant que l’épouse de Yeshoua doit être assoiffé de Vérité et prête à plonger ses regards vers les « 10 chameaux ».  Les 10 paroles de la Torah.

     

    Le puits  ou la source d’eau porte le  symbole  hébraïque numérique 70.

    Cette valeur numérique 70 lettre Ayïn veut dire: L’oeil ou la source  qui ouvre le regard pour s’approcher de la connaissance de la vérité. De relier son âme à la lumière divine. Répondre à l’appel de l’AMOUR qui est Yeshoua. Aussi elle veut dire  les conditions pour sortir des idées fausses. C’est la partie de nous qui nous inspire la réflexion entre la vérité perçue et le mensonge visible.

    Le puits nous enseigne que nos yeux perçoivent la lumière qui voile la Torah.

    Cette valeur numérique est de très haut niveau  de lecture de la Torah.

    Ces 70 niveaux de lecture correspondent aux  70 nations que Yeshoua est venu chercher, et chaque lettre d’un mot de la parole divine contient les mystères de la Torah qui se dit lumière de la Torah qui forme la valeur  numérique 207 ce qui nous confirme  207 - 70 donne la valeur numérique 137 l’âge d’Abraham quand Sarah est décédé.

    Ainsi la lettre Ayïn du puits étanche la soif, apporte la vision, fait tomber les œillères.

     

    Rebecca la femme pour Isaac devait avoir les bonnes bases une cruche pour montrer qu’elle chercher l’eau  et un bon comportement, une attirance d’âme réciproque.

     

    Yeshoua a la même ambition il est venu  s’offrir en korban en sacrifice pour sa bien-aimée constituer d’âmes et Il va les chercher près d’un puits car elles sont  assoiffées.

     

    Yeshoua va chercher les âmes  en demandant qu’elles aient le même critère qu’elles aillent vers le puits et qu’elles veuillent aussi servir les 10 Paroles des Commandements c’est seulement à cela qu’Il les reconnait.

     

    Une fois de plus la bible le confirme les véritables croyants ont une soif terrible de la vérité ils ne rassasient pas là ou il y a des rassemblements de ceux qui diffusent de la connaissance biblique intellectuelle mais ils cherchent la lumière de Yeshoua a travers toute la Torah.

     

    Nul doute Rebecca à l’image du véritable corps du Messie doit être l’épouse parfaite qui fait de la Torah son éducation et c’est cette transmission que reçoivent les croyants véritables.

     

    Qu’importe d’où on vient de quel milieu religieux on vient  Yeshoua nous prend comme on est mais il nous dira de boire de Son eau qui ne donne plus soif c’est la Torah et nous dira va  et ne pêche plus, crois en moi et médite la Torah pour devenir la bien-aimée que mon coeur chéri et qui sera mon épouse pour l’éternité.

     

    Jean :4 -21.26.

    Femme, lui dit YESHOUA, crois-moi, l'heure vient où ce ne sera ni -sur cette montagne ni à Jérusalem que vous adorerez le Père. Vous adorez ce que vous ne connaissez pas; nous, nous adorons ce que nous connaissons, car le salut vient des Juifs. Mais l'heure vient, et elle est déjà venue, où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité; car ce sont là les adorateurs que le Père demande. Dieu est Esprit, et il faut que ceux qui l'adorent l'adorent en esprit et en vérité. La femme lui dit: Je sais que le Messie doit venir celui qu'on appelle LE MESSIE; quand il sera venu, il nous annoncera toutes choses. YESHOUA lui dit: Je le suis, moi qui te parle.

     

     

    Allons au puits et cherchons Yeshoua qui va nous donner son nom et son identité au jour du mariage;

     

    Pour conclure: Abraham et Sarah ont enfanté l’héritage pour Yeshoua. Les vies de Sarah c’est l’héritage  que nous sommes  né en Yeshoua si bien sûr on se reconnaît de même nature que Rebecca. Ayant pour Amour Yeshoua et la Torah. Car Abraham eut d’autres enfants avec des concubines qui ne furent pas du même héritage. 

     

    Si donc L’Eternel nous conduit vers un puits de Torah c’est bien là que Yeshoua nous attend, pour nous donner de son eau qui enlève la soif de Torah, et ne pas aller en arrière vers ces eaux qui n’étanche jamais la soif.

     

    Shabbat shalom

     

    Lecture de la parasha: Genèse : Chapitre 23 verset 1 à chapitre 25 verset 18.

    Lecture de la haftarah: 1 Rois : Chapitre 1 verset 1 à 31.

    Lecture messianique: Jean: Chapitre 4 verset 1 à 42.  

    L.B

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :