• Parasha du samedi 23 décembre 2017.

    Préparer le chemin vers Yeshoua !

     

    La parasha VAYGACH c’est la préparation du monde a venir c’est le message messianique.

    VAYGACH veut dire « Il s’approcha ». Et se concentre autour de trois personnages Joseph, Juda et Benjamin.

     Juda s’approcha de Joseph pour se proposer en esclave en échange de Benjamin.

     

     

     

    La confrontation entre les deux frères  qui sont en fait les deux  conceptions d’acheminement vers la rédemption.

    C’est les deux approchent  de l’histoire du monde  et le comportement humain.

    Juda c’est celui qui amène la rédemption au monde par la foi en Yeshoua.

    Et Joseph c’est la représentation de la rédemption par la transformation de l’être a travers la sanctification de la connaissance de la torah.

    Ces deux théories  enferment toute la vérité de Dieu  dans les errements  et la séparation des peuples.

     La théorie  de l’unité de la torah et  Yeshoua est la réconciliation des peuples qui est l’unique vérité qui se terminera  quand toutes les nations  se tourneront vers Israël et Yeshoua.

     

     

    En attendant l’histoire se déroule et chacun de nous doit s’inscrire dans l’histoire.

     

     

    Faire parti de l’histoire messianique c’est préparer les nations a recevoir Yeshoua pour les nourrir de la torah.

    C’est les croyants messianiques qui sont ou qui sont en devenir a la recherche de cette nourriture que leur réclame leur âme.

    Cette sensation de faim les conduits a sortir de leurs confort  pour aller vers la torah.

     

    Si les êtres humains aiment a être reconnu dans un type de groupe pour s’identifier a une même conviction qui leur permet d’extérioriser leur ressenti soit culturel ou bien spirituel cela les rassure d’être plusieurs  et sécurisé dans leur propre ressenti émotionnel.

     

    Nous cherchons si nous avons de profondes convictions a être regroupé avec des personnes qui ont le même ressenti. Et la tendance  est de se rapprocher d’eux.

    Donc pour nous qui avons la foi et l’attitude tout au moins de rechercher Dieu, est de vivre  notre vie en fonction de nos convictions.

    Nous recherchons des lieux de rencontre pour avancer dans nos convictions et partager  nos connaissances.

     

     

    Le mot synagogue se dit en hébreux : Beit Knesset qui se traduit plus exactement  par : « Lieu de la réunion ou lieu du groupe ».

    Les juifs font parti du groupe du judaïsme!

    Les chrétiens font parti du groupe christianisme … mais ces groupes ne sont pas notre idéal !  

    C’est donc les groupes messianiques qui nous intéressent ! C’est les groupes qui représentes les tribus d’Israël qui est le modèle parfait de l’acculturation c’est a dire  qui cherche a prendre ce qui est bon dans le groupe judaïque en adoptant  leurs modèles sans chercher a modifier leur connaissance ni a se surestimer mais en cherchant leur connaissance par un échange et un soutien d’amour et d’unité envers le même Dieu.  

     

    Le comportement des groupes messianiques  cherche l’assimilation avec les juifs sans pour autant les amener a les suivre.  C’est a l’image de Juda et de Joseph la confrontation entre les deux sans changer le modèle de l’autre  Cette relation symétrique nous permet d’être instruit par leurs connaissance de la torah  sans adhérer a leurs groupes. Sachant  que c’est nous qui devons apprendre d’eux !  

    Les groupes messianiques se construisent autour de Yeshoua et la Torah.  C’est donc en pionnier que les messianiques ont mangé dans les bras de Joseph (La torah) et  les bagages bien rempli apporteront aux nations la nourriture qu’ils cherchent.

     

    Les structures de la synagogues ne sont pas pour les messianiques   encore moins les églises!

     Alors  c’est souvent une certaine errance qui les accompagnent.

     

    Dans cette parasha on trouve une réponse.Quand Joseph retrouve son frère Benjamin il est dit:(Joseph)se jeta à son cou, et pleura longtemps. Et Benjamin se jeta a son cou et pleura.

    Le mot « COU » en hébreux se dit: tsavar qui désigne d’une certaine façon le temple. 

    Ce parallèle nous montre que Joseph la torah du temple  pleurait car il comprenait la venue du messie Yeshoua et que le temple serait rebâtît pas par des mains d’hommes. Les sacrifices qui se faisaient dans le temple allaient disparaitre. 

    Benjamin la continuité de la torah sans les offrandes de sang dans le temple. C’est là la réponse prophétique de  l’arrivé du messie avec une Torah  sans les lois des offrandes d’animaux. Cette dimension des événements a travers Benjamin le dernier fils de jacob prophétisait le temps  messianique en Yeshoua et la torah sans les offrandes et rituelles du temple,  car LE VRAI TEMPLE C’EST LA TETE DE YESHOUA qui  nous instruit par son Esprit par le corps qu’Il forme en nous.

    Ce qui veut dire que il ni aura jamais de grandes et spectaculaires réunion messianiques car le temple est individuel.

    Mais il est bon de se réunir pour former des groupes et surtout il est bon de s’encourager et se tenir dans une fraternité solide entre groupes messianiques ou  même en tant qu’individuel car nous formons le véritable corps de Yeshoua et ce corps doit avoir un corps saint et solide  car notre charge est de se nourrir de la torah pour l’emmagasiner un maximum et pouvoir en redistribuer a ceux qui veulent venir manger de la nourriture divine et qui viennent vers nous affamer.

    Tous animé de la même volonté se tenir ferme dans la foi en Yeshoua et fermement ancré dans la torah sur ses fondements au coté d’Israël tout en étant a part mais calquer sur leur modele sachant que l’histoire se terminera par une unité Israël et les nations ne feront plus qu’un auprès du Père.

     

     

    Le but de faire parti d’un groupe est avant toutes choses pour l’étude de la torah  car la maison de l’étude de la torah  procure au coeur de l’être  une élévation vers Dieu qui nous fait trouvé notre identité en Dieu.

    Cette élévation est l’élévation de notre temple intérieur.

     

    Ce que nous devons désirer c’est que nous puissions devenir des millions de groupes ayants dans nos réserves assez de nourriture pour nourrir tous ceux qui ont faim car la famine est grande. 

     

    Que puisent être la volonté de Dieu de nous donner des lieux de rencontre afin que nous puissions nous affermir, nous soutenir et nous agrandir.

    Que L’Eternel nous donne les moyens spirituels et financiers pour faire des lieux de rencontres et des groupes. 

     

     

    Shabbat shalom !

     

    Parasha du samedi 23 décembre 2017. Parasha VAYGACH.

    Lecture de la parasha :Genèse :Chapitre 44 verset 18 à chapitre 47 verset 7.

    Lecture de la haftarah: Ezechiel :Chapitre 37 verset 15 à 28.

    Lecture messianique : Actes: Chapitre 7 verset 1 à 16.

     

     

     

    Lydia.B

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :