• Parasha Behar et Behoukotaï du samedi 16 Mai 2020.

    Bas les masques!

     

    Cette semaine il y a deux parasha qui se combinent; Béhar et Béhoukotaï.

    Béhar qui veut dire; Mont où Montagne et Behoukotaï qui veut dire; « Selon mes lois ».

    Sur le Mont Sinaï Dieu donna à Moïse les lois relatives aux shabbat que nous devons respecter. A l’agriculture, et les lois concernant les biens fonciers.

    Dans Béhoukotaï une promesse de récompense est pour ceux qui respectent ses lois.

    Mais voilà ! Comment on fait ! Ces lois semblent d’un autre temps, complètement dépasser pour notre génération. 

     

    D’abord il nous faut comprendre que pour faire la volonté de Dieu il faut commencer par comprendre où est Dieu.

    Si on le cherche uniquement en haut dans le ciel on est mal barré et pas sûr de le trouver.

     

    Dieu nous a crées à son image car Dieu est en nous. Son Royaume est là présent en nous, présent au coeur de notre conscience.

    Tout le sens de notre histoire à partir de notre naissance jusqu’à notre mort, c’est la réalisation de CE Royaume dont nous portons la responsabilité d’être une pierre qui sera avec les autres pierres l’édification de ce royaume immense.

     

    Toutes les lois sur l’acquisition des terres et leurs ensemencements font référence à notre terre intérieure qui est resté à l’abandon.

     

    Nous sommes  entré dans une phase d’épreuves où les douleurs de l’enfantement se feront ressentir de plus en plus fortes.

    Ces une phase qui permet à beaucoup de chercher Dieu.

    La terre nous avait donné le meilleur, mais la terre est fatiguée par les comportements des humains, il y avait des règles à respecter, comme de ne pas faire travailler la terre à shabbat, ça c’était important, la terre avait besoin de vivre avec le cycle de Dieu.

    Notre monde est en phase critique, ce virus qui parcourt tous les sentiers de la terre, plus les autres qui vont arriver, plus les catastrophes climatiques, plus la dictature politique qui met en place son contrôle sur tout le monde.

     

     

    Bas les masques!

    Arrêtons cette hypocrisie religieuse, cette tromperie qui a assez duré!

     

     

    Il est temps de devenir responsable de ses choix et de ses actes. Car la grande faucheuse qui prend la vie a aiguisé sa faux.

    C’est une décision personnelle que personne ne peut prendre à notre place!

    Une remise en question, pour trouver son identité divine.

    Un retour a la matrice dont nous sommes issus, pour faire ressurgir notre conscience et notre amour pour rechercher notre véritable origine et notre PÈRE!

    Dans les 10 commandements nous voyons que 5 sont d’ordres directement liés à Dieu et les 5 autres sont liés aux hommes.

    Et on se pose la question alors pourquoi dans ceux qui sont pour Dieu le cinquième commandement « tu honoreras ton père et ta mère » sont on va dire dans la colonne pour Dieu.

    Car ce commandement est pour Dieu!

     

    Et dans c’est deux parasha qui sont décrites avec des lois que notre conscience ne peut comprendre on peut quand même trouver des réponses.

     

    NOTRE PÈRE  C’EST DIEU;

     

    L’étude de la Torah ressuscite les morts, elle ressuscite  notre héritage ancestral. La recherche de la Torah c’est comme la recherche d’une mère.

    La Torah c’est comme une mère  car tout son amour est concentré page après page comme une mère qui aime jour après jour, pas étonnant que les lois qui nous ont été données sont au nombre de 613 dont (365)   égale aux jours de l’année « Tu ne feras pas » et (248) « Tu feras » égale aux membres du corps.

    Jour après jour une mère va éduquer son enfant et le met en garde de tous les dangers, et lui enseignera ce qu’il est bon de faire.

    Comme une mère elle nous nourrit d’abord de son lait puis de nourriture plus solide.

     

    L’étude de la Torah nous ramène à la lettre hébraïque « MEM » dont sa valeur est « 40 ».  Et ce 40 vient révéler ses plus beaux codes secrets.

    40 c’est l’eau, c’est le ventre.

    Cette lettre trouve sa référence avec le nom de Moïse qui veut dire « sortit des eaux ».

    A l’accouchement après les 40 semaines de gestation dans le ventre la mère, elle  perd les eaux pour donner naissance à l’enfant.

    L’eau de la vie se symbolise aussi par le lait dont le nom hébreu est « h’alav » de même valeur numérique qui correspond au ventre.

    Le 40 c’est le temps de l’isolement se mettre en quarantaine, c’est aussi un chiffre en mesure; 40 coudées la mesure du temple de Salomon.  ETC…

     

      NOTRE MÈRE C’EST LA TORAH.

    La lettre MEM vient nous rappeler qu’à travers notre filiation maternelle nous retrouvons notre héritage spirituel qui nous guide vers le chemin de notre créateur.

    Cette lettre symbolise le regard vers l’intérieur, l’introspection qui nous pousse à descendre en nous et à nous interroger sur le but de notre existence. La lettre MEM toujours lié a l’étude de la Torah nous suggère simultanément ce qui est caché lorsqu’on médite la Torah en suivant jour après jour les portions de Torah, cette lettre dévoile ce que Moïse décrivait des secrets de la loi, elle révèle la Torah caché qui annonce le Messie.  Elle lève le voile sur Yeshoua.

    Ce 40 c’est la maturité d’un individu pour accomplir des grandes choses.

     

    Yeshoua nous donne la possibilité de renaitre en acceptant de laisser mourir notre  être souillé afin de renaitre en Lui pour que nous abandonnions notre terre, tout ce qui est  grossier, vulgaire, et inutile qui obscurcit nos yeux, nous devons laisser mourrir ce qui nous sépare de Dieu. D’abandon en abandon et d’ouverture en ouverture à Dieu pour qu’Il prenne toute la place.

    Pour le réaliser il va falloir passer des paliers.

    Ces paliers souvent se passent par des épreuves ou non selon que nous avons pénétré dans les lieux que la conscience ne doit pas voir.

     

    Cet avancement nous fait acquérir de nouvelle terre c’est la symbolique qui nous ramène a nos parasha.

    L’acquisition de ces terres est en nous.

    Avant de les donnés pour Dieu elles étaient en friche mais quand nous comprenons pourquoi il faut aimer la Torah on comprend que c’est parce que Dieu veut faire de notre terrain vague un magnifique jardin d’Eden.

     

    Le véritable enseignement n’est pas celui qui nous est donné de l’extérieur.

    Nous portons la connaissance en nous. Nous sommes des êtres parfaitement connaissants dans les profondeurs de notre être.

    C’est pourquoi le plus important dans la vie ce n’est pas d’être intelligent littéralement parlant mais c’est d’avoir cette intelligence de comprendre que Dieu nous guide et nous parle de l’intérieur et cette intelligence-là dépasse tous les plus grands prix Nobel de la planète. 

    Car à quoi nous sert d’être une élite dans ce monde pour mourir sans connaitre  Dieu.

     

    Tu aimeras ton Père Dieu d’Israël! 

    Tu aimeras ta mère La Torah! 

    C’est en commençant par la Torah que l’on accède à la connaissance et à la sagesse divine.

    Comme si nous étions un palais avec dix portes fermées et qu’il nous fallait les  dix clefs pour ouvrir chacune des portes, et les dix clefs  sont données par l’étude de la Torah.

    Et toutes les promesses de bénédictions seront sur ceux qui ont compris que la Torah Se révèle de l’intérieur par l’amour de notre Père céleste, nous renaissons de nouveau mais cette fois-ci c’est pour la résurrection de l’âme et ce sera pour l’éternité dans l’amour absolu;

    Conclusion

    Béhar;

    Sur le mont Sinaï; C’est Dieu qui est descendu, ce qui veut dire qu’on ne va pas le chercher en haut puisqu’Il est descendu.

    Yeshoua aussi est descendu en nous pour que son Esprit vive en nous. 

    Béhoukotaï ;

    Si nous chérissons la Torah, nous serons bénis, les promesses de Dieu ne sont pas mensonges elles sont vérités.

     

    Pour acquérir la connaissance c’est par l’étude de la Torah

     

    Bas les masques avec tous ces enseignants qui tuent tous les croyants en leur enseignant que la Torah est abolie!

    Bas les masques avec ceux qui disent  que la Torah n’est que pour les juifs!

    Bas les masques avec ses théories du baptême du saint esprit! 

    Bas les masques avec les non-respects du shabbat!

    Bas les masques avec les fêtes de noël, pâques catho, pentecôte  et tous ces mensonges!

     

    Maintenant le temps est court que celui qui entend ces paroles et qu’il pense qu‘elles sont vrais, ce n’est surtout pas en allant demander l’avis à Pierre, Paul, Jacques, son pasteur, son curé, ou son frère sa soeur, mais c’est d’aller chercher sa réponse au fond de soi en priant l’Eternel Dieu Créateur du ciel et de la terre.

     

    Dieu a promis a son peuple celui qui reçois les enseignements de la Torah qu’il serait récompensé en prospérité et en bonheur  sur la terre comme au ciel, telles sont les paroles de notre parasha.

     

     

    Mais le port du  masque est indispensable pour mieux se protéger. C’est  un geste responsable pour les autres et pour soi.

     

     

    Shabbat shalom.

     

    Lecture

     

    Parasha du samedi 16 mai 2020.

     

    Behar;

     

    Lecture de la parasha : Lévitique : Chapitre: 25 verset 1 à chapitre 26  verset 2.

    Lecture de la haftarah : Jérémie : Chapitre : 32 verset 6 à 27.

     

    Behoukotaï;

     

    Lecture de la parasha : Lévitique : Chapitre: 26 verset 3 à chapitre 27  verset 34.

    Lecture de la haftarah : Jérémie: Chapitre : 16 verset 19 à 17,14.

    Lecture messianique :  Luc: Chapitre 4 verset 16 ,21; Jean: Chapitre 14 verset 15 à 21.

     

     

     

     

    (Lecture pour la semaine qui vient transmise dimanche matin).

     

     

    L.B

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :