• Parasha Ah'aré Mot et kedochim du samedi 2 Mai 2020.

    Les gestes barrières!

     

    Cette semaine il y a deux parasha Ah’aré Mot et Kédochim.

    Ah’aré Mot, commence par ces mots!  « Après la mort. »

    et Kédochim c’est: « Soyez saint car moi je suis Saint, moi l’Eternel votre Dieu ».

     

    Aaron vêtu du vêtement sacré devait entrer dans le tabernacle, à un moment très précis (jour précis) pour les offrandes de sacrifices, pour lui-même un taureau. Pour l’offrande du peuple il devait lors la fête de kippour  prendre deux boucs et un bélier et tirer au sort entre les 2 boucs, un pour l’offrande à Dieu et l’autre resté vivant pour Azazel hors du camp.

    Cette offrande pour l’expiation des péchés.

     

    Le mot péché peut s’exprimer dans le sens d’avoir fait quelques choses de mal devant Dieu se dit:en hébreu « Hett ».

    Et ce mot « Hett » veut dire : manquer son but, louper sa cible, faute involontaire, être passé à coté.

     

     Le mot péché écrit en hébreu « Avone » exprime les péchés volontaires, transgression de la loi volontairement.

     

    Et là dans la parasha le sacrifice est pour les expiations des péchés c’est « Hett ». Aaron devait apporter l’offrande du bouc pour les péchés involontaires.

     

    Yeshoua nous a pardonné pour nos péchés involontaires d’avoir transgressé les lois,  mais c’est par le mérite de la Torah qui nous apprend ce qui est interdit et ce qui est prescrit que nous sommes pardonner des fautes volontaires. 

     

     

    Aussi on interprète mal le mot sacrifice!

    Nous pensons aux sacrifices dans le temple en termes présents offerts à Dieu.

    Cette idée fausse nous fait passer à coté du vrai sens.

    Dieu n’a besoin de rien, encore bien moins d’un animal égorgé ou autres offrandes.

    Les offrandes présentées dans le temple ou le tabernacle n’étaient pas faite pour Dieu, mais bien pour nous.

    Sacrifice en hébreu vient de la racine « Korav » qui veut dire « se rapprocher de Dieu »

    Ainsi l‘animal devient un instrument pour se rapprocher de Dieu. Quand le sacrificateur devait tuer l’animal en faîte il devait placer ses mains sur la tête de l’animal de tout son poids comme pour se relier à l’animal. L’animal vivant entre ses mains mourait; Substitué le sacrifice pour prendre les péchés.

    Par les mains passaient les péchés dans l’animal qui mourait avec les péchés du peuple.

    Donc pour l’offrande de kippour ce sont les péchés involontaires que le sacrificateur faisait transmuter sur l’animal.

     

    Pour les péchés volontaires c’est la personne qui apportait au sacrificateur son propre animal pour qu’il  accomplisse  ce geste de substitution. Ainsi ce sacrifice servait pour la faute volontaire et ses conséquences;

     

    Dans ce sens le prolongement de soi à travers l’animal a tout son sens.

     

     

    Le sacrifice devient une sorte de transfert de soi-même.

    Le sens propitiation devient évident.

    Le sacrifice s’est la victime  qui c’est rendu propice pour être sacrifice.

     

    Ainsi maintenant le lien devient clair.

     

    Nous reconnaissons que le Messie est Yeshoua, qui s’est fait sacrifice mort sur le poteau (ou linteau).

    Lorsque nous le reconnaissons comme le fils de Dieu envoyé comme sacrifice nous nous rapprochons de Dieu, ainsi Il se substitue à nous et prend nos péchés involontaires. 

    Lui il est mort de chair  et par notre rapprochement nous mourons  de notre nature charnelle et spirituelle.  

     

    « Ah’aré Mot »: Après la mort notre âme prend vie par le sang de Yeshoua. 

     

    On peut voir maintenant ce que cette parasha voulait nous enseigner: Par pardonner pour nos péchés involontaires. Seul Yeshoua peut le faire.

    Et avec Kedochim les péchés volontaires. C’est nous qui devons lutter contre les péchés qui tentent de nous séduire.

     

     

    « Kedochim »

     

    La sortie d’Egypte n’a qu’un seul but suprême que de devenir saint, ainsi le lien entre son peuple s’établit de façon totale. « Je vous ai fait sortir d’Egypte pour être votre Dieu ».

    Ainsi la sortie d’Egypte ne se trouve justifier que si on se maintient dans le respect de la loi.

    Que signifie devenir saint?

    La sainteté  équivaudrait à se préserver des errements de la chaire. La sainteté repose sur la notion de séparation dans la pensée même pour après se séparer dans l’acte.

    Et tout le mécanisme repose sur l’ascèse!

    Qu’est-ce l’ascèse?

     

    C’est justement atteindre le but!

    C’est un effort visant à la perfection spirituelle, par une discipline constante de vie. C’est une manière de vivre qui impose certaines privations; C’est une discipline volontaire cherchant à maitriser l’esprit avec le corps, pour un équilibre corporel saint.

     

    Cette période de confinement nous a contraint à repenser nos priorités, espérant que nous puissions continué à viser nos essentiels et accepter de s’imposer certaines privations pour atteindre un but d’élévation spirituelle pour plus de sainteté.

     

    Donc l’ascèse est un long travail de séparation pour tous les croyants qui aspirent à être saint.

     

    Les valeurs morales de la Torah enseignent et exigent que l’homme se sanctifie par la sainteté de la Torah. Ainsi l’homme pourra être considéré comme un temple où Dieu vit.

     

    C’est deux parasha mettant l’accent sur la pureté sexuelle, tout actes sexuels non conforment selon les prescriptions bibliques et condamnées par Dieu: Homosexualité, avec animaux, inceste, familiale, où procéder pervers est inadmissible, car si le corps pratique de telle ignominie, il est impossible que Dieu vienne vivre dans notre temple intérieur.

    Notre corps serait alors une maison close pour les démons.

     

    C’est pourquoi Dieu a envoyé Yeshoua dans ce monde pour nous libérer de ses esprits.  C’est pourquoi maintenant il est si important de comprendre pourquoi les lois agissent  comme des gestes barrières.

     

    Car si Yeshoua a accompli la loi, la seule loi du sacrifice, car lui c’est fait sacrifice, nous-même nous sommes libres si nous l’honorons au temps précis, c’est-à-dire comme Dieu l’a dit à Moise que les fils d’Aaron étaient morts car il ne fallait pas entrer dans le temple pour offrir les sacrifices en un temps que Dieu n’a pas précisé. Qui est kippour, fête du pardon des péchés, 

    Le temps de la fête de Kippour est un temps puissant pour un rendez-vous ou la puissance de Dieu foudroie toutes les dominations démoniaques qui nous contrôlent.

    La débauche sexuelle, le vol, la violence, et toutes les autres dérives mauvaises qui sont des esprits installés dans notre maison corporelle peuvent être détruit si on décide volontairement de les faire mourir.

     

    Ainsi l’Eternel nous aide à ne plus donner de sacrifices aux démons par l’ascèse que nous formulons pour se séparer du mal.

     Cette distanciation physique et sociale nous éloigne des tentations et des rechutes.

     

    Kippour est le temps précis pour être libérés Yeshoua nous a lavés de nos souillures mais si nous ne restons pas vigilants le mal nous rattrape.

     

    Les gestes barrières sont: le shabbat, les fêtes bibliques, les prescriptions sur la valeur que nos corps sont des temples et nos actions sont la démonstration de nos pensées par les actes que nous faisons.

     

    Le sacrifice de Yeshoua est pour nous l’assurance qu’Il détruit pour nous toutes les souillures dont notre corps est atteint si nous sommes précisément aux rendez-vous que la Torah nous prescrit.

      

      Conclusion:

    Les 5 gestes barrières sont:

     

    1 Resté chez vous, c’est L’Esprit qui enseigne!

    2 Accoudez-vous pour lire la bible en méditant la Torah .

    3 Rester à distance de toute personne qui enseignent contre la Torah.

    4 Prenez vos distances avec les pensées malsaines.

    5 Elevez vos mains pour prier.

     

     

    Soyons Saint car Dieu veut que l’on soit Saint, repoussons toutes les souillures. Restons éloigné de ce monde pervers et nous garderons l’assurance du salut pour  atteindre le but final, pardonner et libérer de nos péchés, pour être avec Dieu pour l’Eternité.

     

     

    Shabbat Shalom 

     

     

     

    Lecture de la parasha

    Ah’aré Mot: Lévitique:

    Chapitre:16 verset 10 à chapitre 18 verset 30.

    Kedochim: Lévitique:

    Chapitre: 19 verset 1 à chapitre 20 verset 27.

    Lecture de la haftarah:

    Amos: 9: 7 à 15.

    Ezechiel: 20: 2 à 20.

    Lecture messianique: Romains: 6: 1 à 23; Ephésiens, Chapitre 5.

     

     

    (Lecture pour la semaine qui vient transmise dimanche matin).

     

     

     

     

     

     

    Shabbat shalom

     

    L.B

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :