• Fin de la fête de Pessah 2020.

    La fin du malheur!

     

    La fin de Pessah le 16 avril en soirée, est symbolisé par le miracle de la mer qui s’ouvrit en deux, lorsque Moïse fit passer le peuple hébreu entre les deux eaux sur un sol sec alors que les Egyptiens qui les suivaient se sont fait complètement engloutir quand la mer s’est refermé sur eux;

     

    Si le début de la fête de Pessah au temps de Moïse cette Pâque prophétisée l’annonce qu’un messie homme envoyé de Dieu se livrerait en sacrifice expiatoire pour le pardon des péchés des hommes et des femmes du monde entier, ce fut par l’arrivé de Yeshoua né d’une femme vierge fécondé miraculeusement. Ce Yeshoua qui entra dans l’accomplissement de la prophétie à Pessah qui fut le sacrifice qui nous délivre du mal. Car tous les habitants de la terre sont dominés par le mal, et conçus dans le péché. Si Yeshoua nous a donné la délivrance, il reste que les ordonnances pour l’homme reste à perpétuité. 

    Durant les huit jours de la fête, Dieu nous a ordonné de manger des pains sans levain, ordonnance irrévocable à perpétuité.

    1: Ne plus manger de la nourriture contenant de la levure.

    2: De consommer du pain sans levain c’est un commandement.

     

    Cette mitsva de consommer obligatoirement du pain azyme n’est certainement pas  anodine.

     

    Durant ces huit jours où Yeshoua a pris nos péchés sur lui, Il a pris nos blessures, nos meurtrissures nos maladies, et nos virus.

     

    Ce n’est pas par hasard si le seul interdit de cette fête c’est la levure.

     

    Le levain est constitué par une culture symbiotique de levure et de bactéries.

    La levure est un champignon invisible qui agit par la production de gaz carbonique par fermentation.

    Les bactéries issues de la levure agissent au contact d’humidité dans la farine, se développe par une fermentation active pour faire lever le pain ou autres choses. Il existe d’autres levures  connu; « Candida » possédant un pouvoir pathogène responsable des mycoses corporelles portant l’appellation « candidoses ».

    Ces levures porteuses saines sont assimilables par le corps, mais si le corps  présente des infections ces champignons unicellulaires peuvent se révéler nocif pour le corps.

     

    Le levain n’est pas nocif pour le corps si l’on en maitrise la quantité et la qualité.

     

    Le levain c’est comme le péché!

     

    Quoi de meilleur qu’un bon pain levé qui sort du four, un beau gâteau succulent ou une bonne brioche bien gonflée qui rien que par son odeur on en ressent le désir de la manger.

    Tout cela est bon si on sait se contrôler et ne pas en abuser.

     

    Le levain augmente et gonfle c’est comme le désir, c’est une pensée qui vient plus le désir augmente au point de devenir  irrésistible, pour se transformer en une pulsion quasiment incontrôlable.

    Comme une bactérie qui vient polluer tout ce qu’elle touche comme un mauvais virus qui voudrait contrôler toute la terre.

     

     

      Le péché c’est le plaisir de la chair qui est attiré vers les mauvaises choses.

     

     2 Pierre 2: 1à à 22.

     

    Ceux surtout qui vont après la chair dans un désir d'impureté et qui méprisent l’autorité divine. 

    Mais eux, semblables à des brutes qui s'abandonnent à leurs penchants naturels et qui sont nées pour être détruites, ils parlent d'une manière injurieuse de ce qu'ils ignorent, et ils périront par leur propre corruption, recevant ainsi le salaire de leur iniquité. Ils trouvent leurs délices à se livrer au plaisir en plein jour; hommes tarés et souillés, ils se délectent dans leurs tromperies, en faisant bonne chère avec vous. Ils ont les yeux pleins d'adultère et insatiables de péché; ils amorcent les âmes mal affermies; ils ont le coeur exercé à la cupidité; ce sont des enfants de malédiction. Après avoir quitté le droit chemin, ils se sont égarés en suivant la voie de Balaam, fils de Bosor, qui aima le salaire de l'iniquité, mais qui fut repris pour sa transgression: une ânesse muette, faisant entendre une voix d'homme, arrêta la démence du prédicateur.

     

    Ces gens-là sont des fontaines sans eau, des nuées que chasse un tourbillon: l'obscurité des ténèbres leur est réservée. Avec des discours enflés de vanité, ils amorcent par les convoitises de la chair, par les dissolutions, ceux qui viennent à peine d'échapper aux hommes qui vivent dans l'égarement; ils leur promettent la liberté, quand ils sont eux-mêmes esclaves de la corruption, car chacun est esclave de ce qui a triomphé de lui. En effet, si, après s'être retirés des souillures du monde, par la connaissance du Seigneur et Sauveur Yeshoua le Messie, ils s'y engagent de nouveau et sont vaincus, leur dernière condition est pire que la première. Car mieux valait pour eux n'avoir pas connu la voie de la justice, que de se détourner, après l'avoir connue les saints commandements de la Torah qui leur avait été donné. Il leur est arrivé ce que dit un proverbe vrai: Le chien est retourné à ce qu'il avait vomi, et la truie lavée s'est vautrée dans le bourbier.

    +++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

     

     

     

    La magnifique fête de Pessah c’est cette libération du péché ce péché qui nous conduit à la tromperie à l’égarement nous empêchant de discerner la volonté de Dieu. Le péché n’a unique but nous détourner de Dieu! Le péché par lui-même n’a pas de pouvoir pour nous détruire le péché n’a que celui de détourner notre vocation à trouvé Dieu et de le servir.

     

    Et cette fête de Pessah est unique car les recommandations de Dieu sont simples, Il nous demande pour vaincre le péché d’avoir une disposition de coeur à vouloir dominer les pêchés car nous-mêmes nous ne pouvons pas vaincre tout seul les péchés.

     

    Ainsi une merveilleuse et grandiose opportunité nous est renouvelée à Pessah c’est de faire mourir nos mauvais désire de la chair. Pour que  Yeshoua nous rende libres de nos mauvais désirs. Dieu nous a ordonné de manger des pains sans levain durant ses huit jours. C’est toute la dynamique de ce commandement si nous avons réellement l’envie de faire mourir nos désirs c’est par le symbole de la Matsa (Pain Azyme) que nous montrons à Dieu notre obéissance à suivre sa Torah car nous espérons par la foi que notre acte s’accomplira par la puissance de Yeshoua.

     

     

    Quand on souhaite par exemple dire à quelqu’un: « Bonne fête de Pessah » ou bonne fête de Kippour ou toutes autres fêtes (bien sûr bibliques), la vrai signification de dire bonne fête veut dire que l’on souhaite à la personne qu’il soit lui-même la fête.  Comme pour dire par exemple: « Je souhaite que tu vives le Pessah »: "soit toi même le vrai sens de la fête » (ou toutes les fêtes).

     

    Pour Pessah:  « c’est  fait mourir ton vieil homme et ressuscite en nouvel homme sans péché », comme la  galette de pain sans levain.

    Mourir en Yeshoua c’est vouloir être libre de ces actes dominer ses désirs et vivre en nouveauté de vie.

    C’est pour cela qu’il est si important de connaitre la Torah car un enseignement sans Torah ne révélera jamais cela. 

     

    Comme le verset plus haut nous le dit : le désir de la chair nous pousse à l’adultère spirituel en suivant des serviteurs qui nourrissent la chair de plaisir plein de levain des cultes qui  ravissent avec des chants et dansent qui  donne du plaisirs des ambiances amicales et euphorisantes, des réunions donnant satisfactions à l’égoïsme pour satisfaire l’égo en exerçant ces ministères pour être flatté et plus grandes est l’assemblée et plus grandes et la fierté de dire moi j’appartiens à cette dénomination.

     

    Le levain est entré dans les lieux de cultes, mais le virus aussi, en cette fête de pains sans levain dans cette circonstance  effroyable il est encore temps de changer de cap, ce n’est pas que du pardon que Dieu attend c’est l’action qui prouve notre volonté à satisfaire la volonté de Dieu par ses commandements; 

     

    Le pain azyme n’agi pas par ce qu’on le mange il n’a pas de puissance par lui-même le commandement de manger le pain sans levain durant les huit jours agit  par le fait que l’on laisse le Pessah s’accomplir en nous. En prouvant que nous sommes convaincu   que la Torah est pain de vie qui  agit par Yeshoua.

     

    Si le symbole du dernier jour de la fête est à l’image de la mer qui s’ouvre en deux c’est la synthèse de la purification comme le baptême qui n’est pas agissant par l’acte lui-même mais agissant comme une action prouvant notre bonne volonté a prendre un engagement de bonne conscience envers Dieu; et de le suivre selon ses commandements . Et son commandement pour la duré de La Pâque c’est de consommer du pain sans levain (même peu).

     

    Notre espérance se porte aussi que la fin de Pessah sera aussi la fin du malheur avec ce virus mortel qui sévit partout dans le monde. 

     

    (Si rien ne se passe et que beaucoup persiste à rester dans leur vomi, il ni aura que peu d’espoir pour le monde car les jugements commence par les croyants qui  connaissent la gloire de Dieu mais veulent garder leurs désirs d’aller contre les avertissements de Dieu.)

     

    Yeshoua a ressuscité, Il nous a ressuscité mort aux péchés seulement si nous acceptons de faire ce qu’il nous a demandé de faire.

    1 corinthiens 11:23:32.

     

     

    Car j'ai reçu du Seigneur ce que je vous ai enseigné; c'est que le Seigneur Yeshoua, dans la nuit où il fut livré, prit du pain azyme , et, après avoir rendu grâces, le rompit, et dit: Ceci est mon corps, qui est rompu pour vous; faites ceci en mémoire de moi. De même, après avoir soupé, il prit la coupe, et dit: Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang; faites ceci en mémoire de moi toutes les fois que vous en boirez. Car toutes les fois que vous mangez ce pain et que vous buvez cette coupe, vous annoncez la mort du Seigneur, jusqu'à ce qu'il vienne.

     

    C'est pourquoi celui qui mangera le pain ou boira la coupe du Seigneur indignement, sera coupable envers le corps et le sang du Seigneur. Que chacun donc s'éprouve soi-même, et qu'ainsi il mange du pain azyme et boive de la coupe; car celui qui mange et boit sans discerner le corps du Seigneur, mange et boit un jugement contre lui-même. C'est pour cela qu'il y a parmi vous beaucoup d'infirmes et de malades, et qu'un grand nombre sont morts. Si nous nous jugions nous-mêmes, nous ne serions pas jugés. Mais quand nous sommes jugés, nous sommes châtiés par le Seigneur, afin que nous ne soyons pas condamnés avec le monde.

     

     

    Lévitique:23. 4,8.

    Voici les fêtes de l'Eternel, les saintes convocations, que vous publierez à leurs temps fixés. 5Le premier mois, le quatorzième jour du mois, entre les deux soirs, ce sera la Pâque de l'Eternel. Et le quinzième jour de ce mois, ce sera la fête des pains sans levain,(pain azyme) en l'honneur de l'Eternel; vous mangerez pendant sept jours des pains azyme. Le premier jour, vous aurez une sainte convocation: vous ne ferez aucune oeuvre servile. Vous offrirez à l'Eternel, pendant sept jours, des sacrifices consumés par le feu. Le septième jour, il y aura une sainte convocation: vous ne ferez aucune oeuvre servile.

     

     

    Bonne fin de Pessah que vous viviez Pessah dans la chair, mourir aux péchés et revivre en Esprit de vie de Yeshoua.

     

    Lecture:

    Deutéronome: 14, 22-16, 17 et Nombres: 28, 19-25.

     Esaïe: 10, 32-12, 6.

    Jean: Chapitre 20 verset 26 à 31.

     

     

    Decompte du Omer jeudi 9 avril au soir
    À la soirée du :

    jeudi 28 mai.

     

     

    Pas de parasha ce samedi  

     

     

    Lecture de la semaine
     
    Parasha 26: Chemini
    Dimanche:9:1,16;
    Lundi:9;17,23.
    Mardi: 9:24,10:11.
    Mercredi: 10;12,15.

    Jeudi:12:16,20.
Vendredi:11:1,32. Et 11:33,47.L.B 

    L.B

     

     

     
     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :