• La fête de pourim.

     

    La fête de pourim commence mercredi ce soir est dure toute la journée du jeudi 1er mars 2018.

    Cette fête qui n'est pas associée aux sept fêtes bibliques et quand même une magnifique fête qui rend honneur à notre Seigneur  en commémorant les grands miracles qu'Il nous accorde. C'est pour nous une offrande de gratitude que d’honorer ce jour en essayant de comprendre ce qui se cache derrière cette magnifique fête.

    Sachant que cette fête ne  nous a pas encore dévoilé son mystère.

     

     

    Fait historique.

     

    Il y a environ 2370 ans, le peuple juif commençait à perdre espoir affaibli dans leur foi. Le Temple de Jérusalem avait été détruit, depuis presque 70 ans, les Juifs étaient dispersés sur des terres étrangères. C’est à ce moment que l’ennemi se leva pour mettre en œuvre ses plans. Cette fois, c’était Hamman. Descendant de la tribu d’Amalek férocement anti-juive, il avait conçu le projet de résoudre la “question juive” pour toujours en exterminant tous les Juifs, hommes, femmes et enfants, dans le monde entier, en un seul jour.

     

     

    Résumé de l’histoire.

     

    Le roi Assuérus avait organisé une grande fête  et la reine Vashti avait refusé d'obéir aux ordres. Après une vaste recherche, Esther devint la nouvelle reine sans toutefois révéler qu’elle était juive, Morde’haï, le dirigeant des Juifs, découvre un complot visant à assassiner le roi, ce qui eut pour effet de le placer lui aussi dans une position favorable avec le roi. Tout cela s’avère très utile lorsque Hamman, haut conseiller du roi, obtient de celui-ci un décret selon lequel tous les Juifs devaient être tués.

    En fin de compte Esther obtient que le décret soit inversé. Hamman est pendu , et Morde’haï devient Premier ministre.

     

     

    La fête de pourim se base sur la lecture du livre d’Esther.

    Esther avant de devenir reine s’appelait Hadassa qui veut dire Myrte.La myrte c’est une plante que l’on retrouve sur le loulav pour la fête de souccot.

    Esther correspond à la valeur du prénom Chochana qui veut dire; La Rose.

    Mais le plus surprenant dans cette fête est que la lecture que nous devons faire en plus que de lire le livre d’Esther est le psaume 22 en s’arrêtant plus particulièrement sur le verset 2.

     

    Je le cite écrit sur l’exemple des bibles juives car dans les bibles chrétiennes c’est moins explicite.

     

    Psaume 22 verset 2

     

    Eli, Eli, lama sabachthani. C'est-à-dire: Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné.

     

    Et ce verset nous le retrouvons exactement avec les mêmes mots.

     

    Mathieu 27 verset 46.

     

    Eli, Eli, lama sabachthani. C'est-à-dire: Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné.

     

    Qui d’écrit la scène des dernières paroles  prononcés par Yeshoua avant de mourir.

     

    Cet extraordinaire parallèle nous montre le dévoilement du messie qui apportera la délivrance à tous les enfants de Dieu. 

    Si le diable a pour plan  de nous faire mourir, Yeshoua a pour plan de nous sauver.

    Ce fabuleux destin d’Esther sans père ni mère qui par amour pour son peuple est prête à mourir pour les sauver  elle fit un jeûne de trois jours et trois nuits.

     

    Comme Yeshoua par AMOUR pour nous c’est offert à la mort pour nous sauvé. Il passa trois jours et trois nuits dans le séjour des morts  car il a pris sur LUI tous nos péchés.

     

     

    Tous ces parallèles ne font que nous inciter à prendre conscience que la fête de pourim est une commémoration dont la grandeur est sans limite.

     

     

    Lamentations Chapitre 1verset 3 à 6……20 à 22.

     

    Juda est en exil, victime de l'oppression et d'une grande servitude; Il habite au milieu des nations, Et il n'y trouve point de repos; Tous ses persécuteurs l'ont surpris dans l'angoisse.

     

    4Les chemins de Sion sont dans le deuil, car on ne va plus aux fêtes; Toutes ses portes sont désertes, Ses sacrificateurs gémissent, Ses vierges sont affligées, et elle est remplie d'amertume.

     

    5Ses oppresseurs triomphent, ses ennemis sont en paix; Car l'Eternel l'a humiliée, A cause de la multitude de ses péchés; Ses enfants ont marché captifs devant l'oppresseur.

     

    6La fille de Sion a perdu toute sa gloire; Ses chefs sont comme des cerfs Qui ne trouvent point de pâture, Et qui fuient sans force devant celui qui les chasse.

     

     

     

    20Eternel, regarde ma détresse! Mes entrailles bouillonnent, Mon coeur est bouleversé au dedans de moi, Car j'ai été rebelle. Au dehors l'épée a fait ses ravages, au dedans la mort.

     

    21On a entendu mes soupirs, et personne ne m'a consolée; Tous mes ennemis ont appris mon malheur, Ils se sont réjouis de ce que tu l'as causé; Tu amèneras, tu publieras le jour où ils seront comme moi.

     

    22Que toute leur méchanceté vienne devant toi, Et traite-les comme tu m'as traitée, A cause de toutes mes transgressions! Car mes soupirs sont nombreux, et mon coeur est souffrant.

     

    Comme une repentance devant le Seigneur que le temps que nous vivons est semblable au temps d’Esther. Un peuple qui ne reconnaît pas son Dieu un peuple dans la désolation.Un peuple qui ne connait son sauveur qui se tourne vers un dieu sans Torah. La commémoration de cette fête est pour nous une façon de prophétiser qu’un jour tous serons sauvés. 

     

    Pour fêter Pourim on prend le temps d’organiser cette fête comme un repas de shabbat; Et surtout pour marquer le coup et d’être en harmonie avec tous les juifs et les non juifs qui honorent cette fête on confectionne les traditionnels gâteaux en forme de triangle qui honorent cette fête par cette pâtisserie qu’on appelle « Les oreilles d’Amman ».(Pâte sablée étalé, avec un verre faire des ronds remplir d’une cuillère de confiture ou chocolat refermait un peu la pâte en formant trois petites pinces  cuire doucement au four). 

     

    On lie le livre d’Esther en entier et lorsque l’on tombe durant la lecture sur le mot « Hamman » on doit faire du bruit taper des pieds ou bien avec un objet qui fait du bruit.

    Puis on lie le psaume 22 en m’éditant sur le verset 2.

    Puis on lie Exode Chapitre 17 verset 8 à 16.

     

     

    Bonne fête à tous soyez bénis !

     

    Lydia.B 

     

     

     


    votre commentaire
  • Le vêtement.

     

    Résumé de la parasha: 

    Dieu commande à Moïse de recevoir des enfants d’Israël de l’huile d’olive pure pour alimenter la « flamme perpétuelle » de la Menorah, qu’Aharon devra allumer chaque jour, « du soir jusqu’au matin ».

    Les vêtements sacerdotaux que les sacrificateurs devaient porter lors de leur service dans le sanctuaire sont décrits.

     

    Tous les sacrificateurs portaient : 

    1.  Une tunique de lin. 
    2.  Un pantalon de lin.  
    3.  Un turban de lin. 
    4.  Une ceinture portée au- dessus de la taille.

         

     En plus de ces habits, le grand sacrificateur portait.

     

    5.    L’ephod .Une sorte de tablier, tissé de fils de laine et de lin              

          teints d’azur, de pourpre et d’écarlate et de fils d’or.

     6.  Un pectoral comportant douze pierres précieuses gravées aux noms des douze tribus d’Israël.

     7.  Une cape de laine bleue, avec des clochettes en or et des ornements en forme de grenade à sa     lisière. 

    8.  Une plaque d’or portée sur le front comportant l’inscription « Saint pour Dieu ».

     

     

     

    Cette parasha nous ramène a notre grand sacrificateur le Seigneur Yeshoua.

    Hébreux 9 :11,12.

    Mais Yeshoua est venu comme souverain sacrificateur des biens à venir; Il a traversé le tabernacle plus grand et plus parfait qui n’est pas construit de main d’homme c’est- a- dire  qui n’est pas de cette création. Il est entré une seule fois pour toute dans le lieu Saint  non avec le sang des animaux mais  avec son propre sang  ayant obtenu une rédemption éternelle.

     

    Si Aaron de la tribu de Levy fut le modèle d’un grand sacrificateur ce fut le modele des choses à venir. Yeshoua de par sa généalogie humaine et divine est notre sacrificateur lui-même offrande.

     

    Les vêtements des sacrificateurs avaient pour fonctions de leur accorder une immunité, une protection une sorte de paravant qui les protégeait de la mort occasionnée par leurs corps de pêcheur lorsqu’ils s’approchaient de la présence de Dieu dans le lieu très saint.

     

    Ces vêtements traduisent un revêtement recouvrant le corps.

    Si ce fut le cas pour les sacrificateurs du temple ce fut pour Yeshoua la démonstration que lui fut sacrificateur sans les vêtements car c’est par lui qui nous devenons aussi des sacrificateurs 

    Apocalypse ; 1: 5 à 6

    Yeshoua le témoin fidèle, le premier-né des morts, et le prince des rois de la terre! À celui qui nous aime, qui nous a délivrés de nos péchés par son sang, et qui a fait de nous un royaume, des sacrificateurs pour Dieu son Père, …

     

    Nous comprenons par là que nous aussi nous devenons des sacrificateurs pour l’Eternel.

    Mais cette compréhension ne s’applique pas pour notre état dans notre corps mortel mais s’accomplira dans notre corps spirituel.

    Car ce vêtement seul Yeshoua nous en recouvre.  Notre âme reçoit pour ce nouveau corps ce vêtement de justice dont nous avons durant notre vie sur terre tissé, coupé, assemblé, teint,  brodé, travaillé artistiquement selon les instructions que nous avons exécutées en s’exerçant à suivre la Torah et la sanctification quelle nous procure par le fait de se conformé a elle en respectant les shabbat  et les fêtes  nous donne de recevoir cette sainteté que Dieu attend de nous.

     

    Le sens caché de cette parasha est dans le fait que depuis la naissance de Moïse  cette parasha est la seule ou  le nom de Moïse n’est pas utilisé, seule l’allusion du texte nous le fait comprendre.

    A lieu presque chaque année  ou les jours qui précèdent cette parasha de Téstavé  la fête de Pourim qui révèle la grandeur du texte.(Cette année la fête de Pourim est le jeudi 1 mars 2018). 

     

    Nous sommes selon le calendrier hébraïque le mois de adar et  cette semaine c’est-a-dire le jeudi 22 février 2018 le 7 adar 5778 la date anniversaire de la mort de Moïse.  Nous voyons maintenant l’allusion entre la parasha et le 7 adar  par l’absence du nom de Moïse.

    Les dates ne sont jamais un hasard car toute l’évolution et tous les événements sont régi selon la science de Dieu et l’aboutissement de Son plan.

    À pourim  c’est la date du grand miracle le 7 Adar qui sauva les Juifs de la main meurtrière de hamman.

    Car si hamman choisit cette date pour le décret de tuer les Juifs il choisit cette date pensant que c’était un jour négatif pour les Juifs mais ne connaissant pas que c’était aussi le jour de naissance de Moïse et que dans  la loi  Dieu dit : Un jour négatif s’annule sur un jour positif. Il en fut que la loi s’est accomplie et que c’est lui qui fut condamné et tous les Juifs furent sauver.

     

    C’est à travers tous ces symboles que nous percevons le sens prophétique de ces faits.

     

    Ce vêtement de justice fourni pour notre corps n’est pas pour notre corps maintenant mais pour notre corps futur celui qui va renaitre après notre mort du corps physique dans une âme purifiée et sanctifier par la loi de Dieu.

    Le but de notre venue  sur terre et pour faire téchouva et revenir se réconcilier avec Dieu en pratiquant les lois de la Torah car Dieu a donné ses lois pour nous permettre de réparer nos fautes d’avant la chute  sans pour autant faire les sacrifices du temple mais en recevant Yeshoua en nous .

     

    Yeshoua est  lié à toutes les âmes et c’est par lui qu’on vient à Israël par son esprit il transmet  le langage de la Torah de façon accessible et dévoilée à tous ceux qui lui donnent leur coeur, c’est ce que nous apprenait la parasha dernière Térouma en lui donnant notre âme sur l’autel. S’ensuit le passage de la mort à la vie, la nouvelle naissance l’âme régénérée.

    C’est là que l’Esprit du seigneur va prendre possession de notre âme et va agir de façon surnaturelle.

     Yeshoua  va manifester en nous la capacité d’adhérer aux commandements de façon surnaturelle comme si c’était une façon devenue évidente de se conduire devant Dieu.

    Notre transformation se fait par  un ressentiment d’être attiré par la Torah  et l’amour d’Israël grandit en nous pour faire ce retour aux racines juives.

     

    Yeshoua fut un homme investi d’une âme divine  et c’est son âme qui nous habille de son vêtement et nous couvre pour nous présenter devant le trône de Dieu.

    C’est par lui que se réorganise notre être pour  renaitre avec son ADN. 

     

    C’est par le Seigneur qui a pris place en nous que nous avons L’huile d’onction celle qui coule sur Aaron l’huile est le symbole de la Torah et qui descend sur sa descende à perpétuité,  durant toutes les générations et jusqu’a la fin de ce monde. 

     

    Que nous ayons de l’huile dans notre vase (l’onction sur notre âme) pour le jour  venu nous puissions être revêtus du vêtement sacré et rentré à la maison.  « Car notre maison n’est pas de ce monde notre maison est auprès de notre Père et notre âme soupirs de cruelles souffrances pour rentrer à la maison  pardonné  et accueilli dans le royaume de  Dieu ».

     

    Mathieu 25 :1 à 13 ….34,46.

    Alors le royaume des cieux sera semblable à dix vierges qui, ayant pris leurs lampes, allèrent à la rencontre de l'époux. Cinq d'entre elles étaient folles, et cinq sages. Les folles, en prenant leurs lampes, ne prirent point d'huile avec elles; mais les sages prirent, avec leurs lampes, de l'huile dans des vases. Comme l'époux tardait, toutes s'assoupirent et s'endormirent. Au milieu de la nuit, on cria: Voici l'époux, allez à sa rencontre! Alors toutes ces vierges se réveillèrent, et préparèrent leurs lampes. Les folles dirent aux sages: Donnez-nous de votre huile, car nos lampes s'éteignent. Les sages répondirent: Non; il n'y en aurait pas assez pour nous et pour vous; allez plutôt chez ceux qui en vendent, et achetez-en pour vous. Pendant qu'elles allaient en acheter, l'époux arriva; celles qui étaient prêtes entrèrent avec lui dans la salle des noces, et la porte fut fermée. Plus tard, les autres vierges vinrent, et dirent: Seigneur, Seigneur, ouvre-nous. Mais il répondit: Je vous le dis en vérité, je ne vous connais pas. Veillez donc, puisque vous ne savez ni le jour, ni l’heure.

     

     

    Alors le roi dira à ceux qui seront à sa droite: Venez, vous qui êtes bénis de mon Père; prenez possession du royaume qui vous a été préparé dès la fondation du monde. Car j'ai eu faim, et vous m'avez donné à manger; j'ai eu soif, et vous m'avez donné à boire; j'étais étranger, et vous m'avez recueilli; j'étais nu, et vous m'avez vêtu; j'étais malade, et vous m'avez visité; j'étais en prison, et vous êtes venus vers moi. Les justes lui répondront: Seigneur, quand t'avons-nous vu avoir faim, et t'avons-nous donné à manger; ou avoir soif, et t'avons-nous donné à boire? Quand t'avons-nous vu étranger, et t'avons-nous recueilli; ou nu, et t'avons-nous vêtu? Quand t'avons-nous vu malade, ou en prison, et sommes-nous allés vers toi? Et le roi leur répondra: Je vous le dis en vérité, toutes les fois que vous avez fait ces choses à l'un de ces plus petits de mes frères, c'est à moi que vous les avez faites.

     

    Ensuite il dira à ceux qui seront à sa gauche: Retirez-vous de moi, maudits; allez dans le feu éternel qui a été préparé pour le diable et pour ses anges. Car j'ai eu faim, et vous ne m'avez pas donné à manger; j'ai eu soif, et vous ne m'avez pas donné à boire; j'étais étranger, et vous ne m'avez pas recueilli; j'étais nu, et vous ne m'avez pas vêtu; j'étais malade et en prison, et vous ne m'avez pas visité. Ils répondront aussi: Seigneur, quand t'avons-nous vu ayant faim, ou ayant soif, ou étranger, ou nu, ou malade, ou en prison, et ne t'avons-nous pas assisté? Et il leur répondra: Je vous le dis en vérité, toutes les fois que vous n'avez pas fait ces choses à l'un de ces plus petits, c'est à moi que vous ne les avez pas faites. Et ceux-ci iront au châtiment éternel, mais les justes à la vie éternelle.

     

     « Traduction de ces derniers versets:  

    Le seigneur dit: Quand j’ai eu faim et soif ». 

    C’est-à-dire pas à lui mais les gens que l’ont rencontre quand ils avaient faim et soif de Sa Torah, des lois et des commandements  chaque fois que nous les nourrissons de cette manne de vérité nous nourrissons  leur âme affamée et nous les ramenons vers le Père. 

    « Maintenant rentrez et prenez place dans le royaume de mon Père car vous m’appartenez vous êtes revêtu du vêtement des noces ».

     

    Mathieu 22:11,14…..29,32

    Le roi entra pour voir ceux qui étaient à table, et il aperçut là un homme qui n'avait pas revêtu le vêtement de noce. Il lui dit: Mon ami, comment es-tu entré ici sans avoir un habit de noce? Cet homme eut la bouche fermée. Alors le roi dit aux serviteurs: Liez-lui les pieds et les mains, et jetez-le dans les ténèbres du dehors, où il y aura des pleurs et des grincements de dents. Car il y a beaucoup d'appelés, mais peu d’élus.

     

    Yeshoua leur répondit: Vous êtes dans l'erreur, parce que vous ne comprenez ni les Ecritures, ni la puissance de Dieu. Car, à la résurrection, les hommes ne prendront point de femmes, ni les femmes de maris, mais ils seront comme les anges de Dieu dans le ciel. Pour ce qui est de la résurrection des morts, n'avez-vous pas lu ce que Dieu vous a dit: Je suis le Dieu d'Abraham, le Dieu d'Isaac, et le Dieu de Jacob? Dieu n'est pas Dieu des morts, mais des vivants.  

     

     

     

     Apocalypse 19:8,9.

    Réjouissons-nous et soyons dans l'allégresse, et donnons-lui gloire; car les noces de l'agneau sont venues, et son épouse s'est préparée, et il lui a été donné de se revêtir d’un vêtement d'un fin lin, éclatant, pur. Car le fin lin, ce sont les oeuvres justes des saints.(torah)

     

    Et l'ange me dit: Ecris: Heureux ceux qui sont appelés au festin de noces de l'agneau! Et il me dit: Ces paroles sont les véritables paroles de Dieu.

     

    Téstavé vient nous dire préparez-vous a recevoir le vêtement  qui nous justifie par la lumière de l’huile d’onction de  Yeshoua qui nous revêt de Son vêtement pour que l’on puisse se présenter devant Dieu.

     

    Seigneur Yeshoua je reconnais ta Royauté donne-moi ton vêtement  celui qui me couvre de ton onction et me conduit à marcher selon tes voies pour qu’un jour je puisse rentrer à la maison de Dieu pour l’éternité.

     

    Shabbat Shalom .

     

    Lecture de la parasha: Exode: chapitre 27 verset 20 à chapitre 30 verset 10.

    Lecture de la haftarah: Ezechiel: Chapitre 43 verset 10 à 27.

    Lecture messianique: Mathieu: Chapitre 22 verset 1 à 14. 

    Mathieu:Chapitre 25 verset 1 à 13. Apocalypse: Chapitre 19 verset 7 à 9.

     

     

     

     

     

    Lydia.B  

       

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • Le temple.

     

    La parasha Térouma décrit la construction du tabernacle qui se dit en hébreu Michkan.

    Un sanctuaire mobile pour accueillir la présence de Dieu au temps de Moïse.

    La haftarah décrit le temple de Jérusalem qui se dit en hébreu Beit hamikdach, au temps du roi Salomon.

     

    La parasha commence  par dire.

    L’Eternel parla à Moïse  et dit ; parle aux enfants d’Israël:  Qu’ils m’apportent une  Térouma (une offrande) pour moi qui viens de leur coeur. Selon cette interprétation elle  décrit plutôt pour dire: Apportez- moi ce qui m’appartient. Apportez- moi la Térouma qui est a moi.

     

    Térouma  selon son sens hébraïque veut dire: Échanger, changer, substituer, remplacer,  permuter.

     

    Térouma est un prélèvement  une contribution volontaire .

     

    Car l’Eternel veut que nous lui construisions une résidence pour  venir sur la terre,  Il veut que l’on prépare un lieu à part ou il se sent chez lui.

     

    Ils me feront un sanctuaire et je résiderai parmi eux.

     

     

    1 Corinthiens 6:19

    Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint-Esprit qui est en vous, que vous avez reçu de Dieu, et que vous ne vous appartenez point à vous-mêmes.

     

    ****************************************************************************************

     

    Éphésiens 1 :7

    En lui nous avons la rédemption par son sang, la rémission des péchés, selon la richesse de sa grâce.

     

    La rédemption c’est la délivrance de notre âme retenue captive par les péchés. Le Seigneur Yeshoua est venu redonner la vie à nos âmes mourantes.

    Pour comprendre le sens de la rédemption qu’apporte le messie Yeshoua; C’est comme si on vivait une grande famine un jeune, un Kippour qui n’en finit pas  et que Yeshoua vienne arrêter cette famine spirituelle.

    Il faut savoir que la famine spirituelle est la pire des souffrances.

    Si on reste sans manger sans boire  on souffre c’est comme un jour de jeûne qui durerait des années.

    Cette famine spirituelle entraine des désordres que nous n’arrivons pas à détecter; alors survient la dépression sous diverses formes, un mal être- terrible, des dépendances alimentaires, d’alcool, de drogues, des dépenses excessives, des jeux addictifs, une sexualité dépravée, ou tout autres dépendances par lesquels on essaie de combler ce manque intérieur.

     

    Mais Yeshoua est venue comme un rédempteur pour arrêter notre famine et donner à notre âme languissante la nourriture dont elle a besoin.Remplir le manque que notre âme réclame depuis si longtemps.

     

     

     

    Notre Térouma c’est ce qu’il y a de Dieu en nous c’est pourquoi le début de cette parasha a commencé en disant;  apportez-moi ce qui est à moi comme une offrande de votre bonne conscience.

    Dieu nous demande qu’on lui offre notre âme (notre coeur) pour venir la remplir de LUI.

     

     

    Construire un temple pour que son Esprit y réside est un choix de notre propre volonté .

     

    Pour construire ce temple comme une maison merveilleuse c’est d’après sa description suivant les indications précises des pièces conçues et décorées comme il la décrit à Moïse  dans les textes bibliques.

     

    Dans la liste d’inventaires on compte:   

    48 planches, 96 socles, 10 tentures latérales, 100 agrafes pour ces tentures, 50 crochets pour ces agrafes, 11 tentures en peau de chèvre pour le toit du tabernacle, 100 agrafes pour ces tentures, 50 crochets pour lesdites agrafes, 15 poutres, 96 anneaux, 1 rideau intérieur, 4 piliers supportant ce rideau, 4 socles pour ces piliers, 4 crochets, 1 panneau masquant l’entrée du tabernacle, 5 piliers pour suspendre ce panneau, 5 socles, 5 crochets, une arche sainte, 1 couvercle pour cette arche, 1 paire de chérubins , 1 table, 1 lampadaire, 1 autel pour l’encens, 1 autel pour les sacrifices, 1 vasque pour les ablutions.

     

     

    Cela fait au total 613 éléments ! Très précisément. Correspondant aux 613 commandements de la Torah.

     

    Dans ce sanctuaire il y a l’arche contenant les tables de la loi, la menorah, la table avec les pains, un autel pour bruler les parfums et un autre autel pour bruler les offrandes animales.

     

    Donc en fait notre âme qui constitue une maison pour Dieu doit être décorée comme cela, s’il ni à pas ça le Seigneur ne viendra pas.

     

    Construire notre temple c’est rétablir l’ordre à l’intérieur pour faire descendre la présence divine et faire régner le Seigneur en nous.

    Dans le temple Cinq éléments importants nous dévoilent son mystère. 

     

    Yeshoua est dans l’arche dans le lieu le plus impénétrable de notre être. Il vit dans cet espace complètement à part du monde et de ces organisations du temps où règne le désordre Il vient ou l’ordre est rétabli.

    1 L’arche de l’alliance nous enseigne que la Torah est la vie en Yeshoua par la sanctification des commandements.

    L’espace- temps est régi pas le cycle de 2 la menorah qui nous enseigne le calendrier divin avec les sept fêtes marquées et célébré chaque année dans le rythme du calendrier de Dieu.

     

    C’est intéressant de comprendre que la fête de Rosh Hachana qui est la fête du début de l’année biblique  révèle par sa guematria sa valeur en nombre hébraïque la même valeur que le mot temple en hébreu. 

    Beit Hamikdash = 861      Rosh Hashanah = 861  ces indices ne sont jamais un hasard mais des révélations très précieuses pour nous faire comprendre la volonté de Dieu.

     

    3 La table des pains c’est la table qui représente le shabbat car à chaque shabbat les pains étaient apportés et poser sur cette table.

    4 L’autel des parfums était alimenté pour faire élever les prières et l’adoration envers Dieu. 

    5 L’autel des sacrifices pour l’expiation des péchés.

     

     

    Cette magnifique description vient nous dire comment édifier le temple pour faire descendre l’Esprit de Dieu en nous.

     

     

    —Devant l’autel des sacrifices c’est notre repentance envers nos péchés que nous venons apporter devant le Seigneur Yeshoua lui qui s’est fait offrande unique.

     

    —Devant l’autel des parfums c’est notre adoration devant la vérité que nous proclamons que nous faisons de Dieu notre Seigneur nous venons lui donner notre âme pour que la vérité puisse venir en nous.

     

    —Devant la table  des pains nous proclamons que Yeshoua est Seigneur et maitre du shabbat en désirant suivre ses voies en honorant chaque shabbat.

     

    —Devant la menorah nous proclamons Yeshoua qui accomplit les sept fêtes de la Torah.

     

    —Devant l’arche nous proclamons que Yeshoua est la Torah vivante qui vient s’installer dans notre âme, pour être nourri de la nourriture qui donne la vie.

     

     

    C’est par notre décision d’offrir à Dieu ce qui lui revient que l’on soumet notre conscience humaine vers la conscience divine,  c’est cette substitution  ce changement qui est le sens de notre don de notre Térouma.

     

    Le seigneur Yeshoua nous dit que le temple ne se construit pas avec des pierres  mais avec des âmes vivantes purifiée revêtues d’or pur.

    Approchez-vous de lui, pierre vivante, rejetée par les hommes, mais choisie et précieuse devant Dieu; et vous-mêmes, comme des pierres vivantes, édifiez-vous pour former une maison spirituelle, un saint sacerdoce, afin d'offrir des victimes spirituelles, agréables à Dieu par Yeshoua.

     

     

     

    Cette parasha nous invite à réaliser que c’est de notre volonté que Dieu viendra résider en nous. Notre décision de lui offrir notre âme est maintenant l’occasion de saisir cette chance  en venant de façon symbolique s’humilier devant l’autel reconnaissant que nous avons péché en ayant marché depuis toujours dans le désert  sans avoir alimenté notre âme qui réclamait sa nourriture spirituelle mais en l’ayant nourri de chose impurs. Puis c’est devant l’autel des parfums que l’on vient s’offrir en proclamant que Yeshoua est Seigneur et en déclarant que désormais nous suivrons le rythme des lois des fêtes et shabbat en accomplissant les lois de justice et morales de la Torah; et devant l’arche le désir d’accueillir l’Esprit du seigneur.

     

    Que Dieu vienne s’établir en nous  pour toujours.

     

     

    Lecture de la parasha : Exode : Chapitre  25 verset 1 à chapitre 27 verset 19.

    Lecture de la haftarah : 1 Rois : Chapitre 5 verset 26 (12) à chapitre 6 verset 13.

    Lecture messianique : 1 Corinthiens : Chapitre 3 verset 10 à 23 ,

    Ephesiens : Chapitre  2 verset 1 à 22. 1Pierre : Chapitre 2 verset 4 à 12.

     

     

    Shabbat shalom.

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • Le voyageur. 

     

     

    La parasha Michpatim est la parasha  qui renferme les mystères les plus élevés du royaume de Dieu.

    Michpatim veut dire les lois, les décrets mais de manière cachée c'est pourquoi il est difficile de traduire cette parasha.

    Ce texte nous parle de la justice que nous devons exercer sur terre les uns envers les autres sans discrimination quelconque.

     

    Mais dans le sens totalement spirituel nous pouvons comprendre que cette parasha nous parle de l’évolution qui cache le plus grand des mystères c’est: « le secret des âmes ».

    Les 6000 ans d’errance sur la terre pour réparer la faute originelle afin de retrouver l’Eden pour l’éternité.

     

    Si par un seul  homme le péché est entré dans le monde et par le péché la mort. Est qu’ainsi la mort s’est  étendue sur tous les hommes parce que tous ont péché. Cependant la mort a régné depuis Adam jusqu'à Moïse, même sur ceux qui n'avaient pas péché par une transgression semblable à celle d'Adam, lequel est la figure de celui qui devait venir.

     

    Car comme par la désobéissance d'un seul homme beaucoup ont été rendus pécheurs ainsi la grâce est venu par la justice pour la vie éternelle, par notre Seigneur Yeshoua.

     

    Le péché d’Adam a produit du poison qui  circule depuis toujours dans nos veines.  Ce poison a contaminé la relation directe que nous avions avec Dieu. Notre errance dure depuis 6000  ans  .

    Notre voyage sur terre pour réparer nos fautes par la justice qui sont les lois de la Torah.

    La justice de Dieu est destiné à sanctionner. 

     

    Yeshoua par sa mort  a accompli l’acte  qui a rendu  nos corps libres du péché. Nous avons par la grâce de la justice divine le moyen  de saisir la résurrection de nos âmes. Par la foi en Yeshoua  le moyen d'exercer notre obéissance maintenue à la loi qui nous est proposée par l'Esprit de Dieu la loi devenue une grâce pour nous, nous donne le moyen d'accéder à Dieu. 

     

    Car lorsque nous étions esclaves du péché nous étions libre à l'égard de la justice de Dieu.

     

    Mais maintenant affranchi du péché on est devenu esclave de Dieu par l’obéissance a la loi qui produit en nous  la sanctification pour la fin la vie éternelle.

     

    Car la loi exerce son pouvoir sur l'homme aussi longtemps qu'il vit

    Par la loi nous soumettons nos membres à ce qui est bon et le péché qui habite en nous meurt par notre volonté de suivre la loi du bien les lois de la justice divine.

    Car nos membres luttent sans cesse entre la loi divine et la loi du péché. Le péché perd son pouvoir puisque nous somme sous la grâce.

    La grâce étant l’Esprit de Yeshoua qui vie en nous,  devenant esclave de la justice de Dieu.  Notre sincérité a suivre la loi nous aide a ne plus être esclaves  par nos membres qui étaient livré a l’impureté  et a l’iniquité,  mais maintenant  nous livrons notre corps esclave pour la sainteté . 

     

    Ce corps ayant été nettoyé le Seigneur vient par son Esprit ranimer notre âme pour la vie éternelle. C’est pourquoi il est donné a chacun durant sa vie de faire tout son possible pour retrouver Dieu et renaitre  par l’Esprit afin d’en finir avec cette errance qui  nous met en souffrance sur terre  et parfois  dans des conditions difficiles pour nous faire stopper cette marche sans Dieu.

     

     

     

     

     

    C'est pourquoi notre lutte est bien avec les armes de la loi Seul capable de soumettre la chair à la volonté de Dieu car c'est par la chair que nous sommes  esclave.

    La loi s'accomplit en nous pour recevoir l'Esprit de vie Yeshoua .

    L’Esprit de vie c’est le souffle de Dieu sur nous qui vient ressusciter notre âme afin que nous vivions plus selon la chair mais selon l’esprit. 

    Cette parasha justice de Dieu c’est Yeshoua qui apporte la grâce par sa mort nous donnant de nous conduire selon la justice des commandements.

     

     

     

     

     

    Notre errance c’est pour nous le moyen de réparer le péché qu’Adam  a transmis aux hommes  en laissant penser que nous pouvions nous passer  de Dieu, être comme Dieu. Ce venin qui est toujours en nous a souillé nos âmes .

     

    Le moyen unique que Dieu nous a donné c’est d’enlever  ce venin par l’unique moyen de la sanctification des lois de justice les lois de la Torah. Ainsi nous  adhérons à cette sanctification nous trouvons le moyen de guérir de ce poison dans le sang sachant que l’âme est dans le sang qui circule dans tout notre corps, nous comprenons que les lois divines nous donnent de guérir du poison  qui circule dans tous nos membres sachant que les 613 lois de la Torah correspondent aux 613 membres que composent notre corps,  nous comprenons maintenant que nos corps sont empoisonné du venin du serpent .

     

    Ainsi les écritures nous montrent l’évolution des âmes depuis le commencement qui sont régénérées par les voies de Dieu. C’est pourquoi quand ce fut le temps de Moïse la loi nous fut donné  en vue d’accueillir le seigneur Yeshoua dans un corps propre  guéri du venin du serpent. C’est pourquoi cette parasha a la dimension élevée  nous révèle pourquoi nous devons nous sanctifier par les lois de justice les lois de la Torah qui ont les pouvoirs sur notre corps.  C’est pourquoi un corps non sanctifié par les oeuvres de justice ne peut pas recevoir l’Esprit de vie  Yeshoua. 

    Sans Torah pour sanctifier nos corps aucune illusion à avoir le seigneur Yeshoua ne pourra pas venir demeurer en nous.

     

     

     

    Conclusion simplifiée.

     

    Si par le péché d’Adam nous somme devenu tous pécheurs.  Mais par un seul homme  Yeshoua nous est donnée la grâce de la vie éternelle.  C’est seulement en acceptant de suivre les lois de la Torah seul possibilité que Dieu nous est donné pour  sanctifier nos corps afin de mériter cette grâce pour que l’Esprit de vie puisse venir en nous.

    Le mystère de cette parasha  c’est le mystère de l’iniquité est: que sans Torah le Seigneur ne vient pas,  nos corps  étant sale.

    Ce n’est que seulement après s’être sanctifié par les lois de Dieu que le Seigneur  vient habiter en nous.

     

    Car après avoir nettoyé nos corps  Yeshoua vient  par l’Esprit de vie et plus aucune condamnation ne vient nous accuser.  Yeshoua devient le maitre de notre corps et cela afin que la justice de la loi  soit accompli en nous qui marchons non selon la chair mais selon l’Esprit.

     

    Afin d’en finir avec ce voyage terrestre qui devient de plus en plus difficile. De cet exil loin de Dieu.

     

    Repentons nous donc d’avoir rejeté Dieu et la sanctification par la loi que Dieu nous a donné et revenons chercher  en Lui la vie qui nous conduit à la vie éternelle.

     

     

    La mission de l’homme sera terminé  pour finalisé le Projet de Dieu  pour le grand shabbat !!!

     

     

     

     

    Shabbat shalom 

     

     

    Lecture de la parasha : Exode : Chapitre 21 verset 1 a chapitre 24 verset 18.

    Lecture de la haftarah : Jérémie : Chapitre 34 verset 8 à 22 et chapitre 33 verset 25 ,26.

    Lecture messianique : Romains : Chapitre 5 et chapitre 6.

     

     

     

    Lydia.B  

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • Savoir écouter les bons conseils !

     

    La parasha Jethro  du nom du beau-père  de Moïse peut être considéré comme relatant le plus grand évènement qu’est reçue l’humanité.

    « LA TORAH ».

     

    Si le peuple de Dieu accepte la Torah le monde continuera d’exister !

    « Torah » veut dire enseignement.

    La Torah est l’enseignement que Dieu a bien voulu délivrer au monde par l’intermédiaire  du peuple juif.

    Il y a quatre niveaux de compréhension.

    Pchat, Remez, Drach, Sod.

    Le pchat: C’est le sens littéral, le narratif conté a travers toutes les histoires bibliques.

    Le Remez : C’est le sens allusif contenu derrière les mots qui se dévoile après une étude.

    Le Drach : C’est ce que l’on veut faire dire au texte, une interprétation qui peut être parfois éloigné du sens du verset.

    Le Sod : C’est la face cachée du texte révéler aux enseignants qui l’interprètent  et la dévoile dans leur sens profond du texte biblique.

     

    La Torah ne doit pas se lire comme un livre délivrant des concepts et des bons conseils, mais comme la parole du Dieu vivant. C’est - a -dire comme un enseignement oral qui se renouvelle continuellement chaque jour en permanence par interaction entre Dieu et les hommes, provoqué par l’étude du texte.

    L’homme a l’image de Dieu, un livre, la Torah, un corps.

    La Torah nous est donnée chaque jour pas pour en faire une accumulation de connaissances mais comme la création d’un lien avec la source infinie qui nous maintient en vie.Se rapprocher de la racine pour adhérer à elle, s’imprégner d’elle. 

    La Torah est la trace de Dieu dans ce monde. Elle vient nous apprendre comment Dieu dirige le monde.

    La Torah nous donne un éclairage instantané de ce que l’on a besoin de comprendre au moment précis de notre vie. Et pour s’approcher de la volonté de Dieu.

    La Torah c’est le moyen incontournable de recevoir et de faire une place en nous pour Yeshoua le messie juif

     

    Moïse reçut les paroles de la loi sur  la montagne fumante.

    Les sages disent  : Or il vit des voix écrivent sur les tables de pierre, des voix de feu qui taillait les pierres. Les commandements ont été taillé par le doigt  de Dieu comme des flammes figées .

     

     

    Nous avons par la foi en Yeshoua  l’avantage de comprendre ce sens.

    La fête de Shavouot (Pentecôte) est la célébration du don de la Torah. Nous fêtons la venue de la Torah  et nous lisons le chapitre dans Actes 2 :2,3,4

     

    Le jour de la Pentecôte, ils étaient tous ensemble dans le même lieu. Tout à coup il vint du ciel un bruit comme celui d'un vent impétueux, et il remplit toute la maison où ils étaient assis. Des langues, semblables à des langues de feu, leur apparurent, séparées les unes des autres, et se posèrent sur chacun d'eux. Et ils furent tous remplis du Saint-Esprit, et se mirent à parler en d'autres langues, selon que l'Esprit leur donnait de s’exprimer.

     

    Ces langues de feu décrivent l’Esprit Saint qui descend. Cette extraordinaire révélation vient remettre les choses à leur place place : L’ Esprit Saint qui descend c’est les paroles des commandements  qui s’inscrivent en chacun d’eux,  c’est la Torah qui se grave dans leur coeur. Jeremie 31 : 33

    Après ces jours-là, dit l'Eternel: Je mettrai ma loi au-dedans d'eux, Je l'écrirai dans leur coeur; et je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple.

     

     

    Cette parasha qui délivre les commandements se nomme Jéthro et nous savons que le titre indique une importante source d’enseignement:

    Jethro veut dire en hébreu « PLUS » sa valeur numérique  enseigne : »Etablir l’unité ».

     

    Jethro c’est l’unité du monde à la Torah;

    Jethro symbolise l’ère du commencement messianique établi par Yeshoua !

    Il y a une dimension humaine et  pratique et il y a une dimension spirituelle. Moise c’est la dimension spirituelle. Jethro c’est  celle qui est humaine.

    Moïse c’est les fondements de la loi la racine pure. Jethro prêtre de Madian convertit à Dieu de Moïse intervient pour lui soumettre une idée. Il propose à Moïse de déléguer sa charge et de  former des groupes  de dix, de cinquante, de cent. Jethro va vers Moïse avec sa fille Sephora la femme de Moïse et ses deux fils.  Ces symboles nous font voir une reforme du système de fonctionnement. La répartition en divers groupes hommes, femmes, enfants ensemble. C’est une réforme que Moïse retient comme bonne, des groupes de croyants gérés par des prédisposés qui enseignent les fondamentaux des lois de Moïse.

    Ici nous voyons le type d’assemblée que Dieu agrée.

    Jethro c’est  ce qui vient des non juifs leurs sens pratique de  la communauté est une bonne pratique. Jethro ne vient rien changer dans les prescriptions de Moïse, il intervient dans un sens pratique. La grandeur de Jethro c’est qu’il intervient sans changer le contenu de la loi.

    Jethro c’est la porte ouverte aux nations.

    C’est l’enseignement de Yeshoua pour ses enfants l’ouverture de groupes sans nominations religieuses.

    Jethro c’est le plus  c’est l’unité rétablie avec les nations par Yeshoua.

     

    L’Eternel donna à Moïse les tables de la loi écrites sur des plaques de pierre: En hébreu pierre se décompose en AV et BEN qui veut dire PERE et FILS. C’est tables de pierre renferme le souffle de Dieu, c’est dix paroles sont le concentré de toute la Torah.C’est le Père et le fils.

    Ces paroles c’est Dieu qui les graves en nous lorsque l’on reconnaît le fils de Dieu en la personne de Yeshoua, la Torah incarné en chair et notre justification est dans notre conduite à suivre les lois de Moïse.

     

     

    Cette parasha  est le don de la Torah diffuser pour le monde par Yeshoua c’est le principe de la nouvelle naissance.

    Dans cette nouvelle vie la Torah vient nous apprendre ce qu’il convient de faire ou ne plus faire.Toute la dimension divine tient alors dans notre nouvelle façon de vivre pour se purifier de notre ancienne vie souillée par nos anciennes croyances qui nous  ont éloigné de Dieu par des coutumes a l’aspect religieux contraire à Dieu. Ces commandements nous rappellent: Qu’il ni à qu’un seul Dieu.Qu’il ne faut jamais mais vraiment jamais posséder des représentations de saints  et surtout jamais leurs adresser des prières ni leur confier  nos guérissons,  ni jamais utiliser le nom de Dieu faussement dans une quelconque religion. Il nous est demandé de respecter le shabbat ( Les bibles chrétiennes ont changé le mot shabbat en repos ). Toutes ses prescriptions sont éternelles il ne faut jamais changer les ordres de Dieu.  L’Eternel nous a ordonné de l’aimer de tout notre coeur ce sont SES premiers commandements, puis de nous aimer les uns les autres.

     

    Je souhaite à tous d’avoir une bonne compréhension  de la parasha et je recommande vraiment de lire chaque semaine les parasha car c’est le lien de démonstration de notre foi en Yeshoua qui nous donne  chaque semaine des révélations pour notre sanctification. Même si on ne comprend pas tout  Dieu agit par vocation a notre obéissance. Et de se positionner dans une sincère repentance si l’ont à adhérer jadis dans le choix de suivre un Dieu sans loi et de s’être confié à des saints qui ne sont que des statues ou des représentations bibliques que Dieu interdit formellement.

     

     

     

     

    Shabbat shalom.

     

    Lydia.B  

     

     

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires