• Tout ce qui brille!

     

    Cette parasha qui se nomme Coré ou Korah ou tout autres orthographes est très intéressante. Elle s’étale sur plusieurs sujets qui en fait n’en font qu’un.

     

    En résumé sa donne ça: 

    Coré et sa bande vienne râlaient auprès de Moïse car ils ne veulent plus seulement faire le service des encens au sanctuaire mais veulent concurrencer Aaron dans son service aux sacrifices.

    Dieu est en colère et les engloutis vivants au fond de la terre, suivie par des critiques du peuple qui finit par mourir. Aaron intervient et la catastrophe s’arrêta. 

    Pour stopper toutes contestations chacune des tribus apportèrent un bâton de bois sec gravé de son nom, au lendemain le bâton sec d’Aaron avait bourgeonné, fleurit et fructifier, alors que les autres étaient resté sec. 

     

    Ce fut par ce signe que L’Eternel confirma son choix pour le service d’Aaron et de ses fils qui restèrent aux sacrifices.

    Et Dieu imposa au peuple une dîme qui devra être remise aux Lévites  et à Aaron et ses descendants à perpétuité comme une alliance de sel qui ne devra jamais s’arrêter. 

    Ainsi les serviteurs du temple ne devaient jamais manquer de rien.

     

     

    Dans cette parasha Coré est animé d’un désir de pouvoir qui attise sa jalousie vis-à-vis de ses cousins, Moïse et Aaron. Ce qui le poussait à médire d’eux.

     

    Quand on est jaloux de quelqu’un on trouve toujours du mal à dire sur cette personne et on trouve toujours des personnes qui veulent entendre des médisances pour les répéter et les amplifier et ces personnes trouvent encore d’autres personnes pour continuer de lancer des rumeurs et des critiques pour alimenter des complots.

     

    Ainsi Coré parlant à Dathan, Abiram et On qui à tous formèrent un clan de 250 personnes qui elles-mêmes attirèrent 14 7OO qui  tous  finir par mourir par la colère de Dieu. Ça fait du monde qui critique Moïse!  Car ils voulaient se moquer de Moïse.

     

    Coré et sa clique étaient des personnages clinquants, ils faisaient partie de la noblesse. Ils  étaient attirés par tout ce qui brille, l’argent, et le prestige qu’il en donne.

     

    Rabbi Eléazar Hakapar enseigne que la jalousie, le désir, et l’honneur sortent l’homme de sa conscience vers le bien, car en cherchant à satisfaire ses envies égoïstes, il en arrive à passer à coté de la réalité sacrifiant le respect et l’amour dès ses proches. Ces désirs sont un signe d’immaturité.

    Cette immaturité les pousse à convoiter les biens d’autrui en créant la discorde au sein même de la famille ou cercle amical.

     

    Alors l’homme intelligent ne gaspille pas son temps en querelles de jalousie et en faisant de la médisance car il sait que sa vie le rapproche chaque jour de Dieu mais que l’idiot qui est jaloux s’éloigne de plus en plus de Dieu lorsqu’il dit du mal d’une personne qui est de plus un mensonge.

    C’est là que commence la sagesse qui fait naitre la crainte de Dieu.

     

    La jalousie est provoquée par le mécontentement de sa vie.

     

    Les Coré « s » étaient au service des encens ce qui fait référence à la prière.

    Les parfums d’encens doivent être apportés devant Dieu en ayant un coeur pur. Comme nos prières.

     

    Ils enviaient le service des sacrificateurs car les sacrificateurs recevaient les dîmes et les offrandes!

     

    Le texte de la parasha confirme que l’amour de l’argent conduit en enfer.

    Ces Coré  « s » furent englouties au centre de la terre! Ces nobles bourgeois estimer la valeur d’une personne  à l’argent qu’ils possèdent.

    Leur statut social évaluait leurs niveaux de vie.

     

     Celui qui aime l’argent n’est jamais rassasié.

     

    Notons que la vraie richesse n’est pas dans ce que nous possédons mais bien dans l’usage que nous en faisons.

    C’est alors que la richesse devient un problème. Car si la vie nous a donné d’être riche  et que c’est dur, voire impossible de donner de notre argent aux pauvres, vaut mieux alors être pauvre. Car le riche avare se détourne de Dieu.

     

    L’amour de l’argent nous conduit à nous détourner de Dieu.

     

    1 Timothée 6/9,10.

     

    Mais ceux qui veulent s'enrichir tombent dans la tentation, dans le piège, et dans beaucoup de désirs insensés et pernicieux qui plongent les hommes dans la ruine et la perdition. 10Car l'amour de l'argent est une racine de tous les maux; et quelques-uns, en étant possédés, se sont égarés loin de la foi, et se sont jetés eux-mêmes dans bien des tourments.

     

     

     

    La haftarah joint à notre parasha confirme que la colère de Dieu s’est élevé quand les enfants d’Israël se détournèrent de la Torah car ils oublièrent la loi que Moïse avait donnée sur l’argent. 

    Alors le peuple implora Dieu en lui demandant pardon de l’avoir abandonné au profit  de l’argent car ils ont adoré  les Bealim et les Astaroth qui font référence aux dieux de l’argent et de la richesse.

     

     

    Maintenant il faut comprendre que le sens allusif du texte nous fait comprendre que dans nos prières, il ne faut jamais demander de l’argent.

    Car si on demande de l’argent à Dieu c’est comme si on s’adressait à Mammon le dieu de l’argent.

    Pourquoi?

    Car c’est une loi de la Torah!

     

    Car Dieu a dit: faites moi connaitre vos besoins! 

    En ce sens que quand nous prions nous ne demandons pas de l’argent précisément pour acheter ce dont nous avons besoin ou payer des factures, mais nous faisons juste part de nos besoins à Dieu. Qui lui seul pourvoira comme il faudra.

    L’Eternel a promis que nous ne devons manquer de rien déjà dans ce qui nous est essentiels pour vivre, et si nous nous soumettons à sa loi de lui faire confiance il donnerai  même le superflu.

     

    La parasha termine avec ces paroles qui est une loi à perpétuité une alliance de sel qui ne s’arrêtera jamais que Dieu pourvoira à ses serviteurs qu’ils auraient le meilleur des  biens de la terre.

    Car c’est Dieu qui décide!

     

    Deutéronome 29: 5.

     

     

    Je t'ai conduit pendant quarante années dans le désert; tes vêtements ne se sont point usés sur toi, et ton soulier ne s'est point usé à ton pied;

     

     

    Luc:12/22,32.

     

    YESHOUA dit ensuite à ses disciples: C'est pourquoi je vous dis: Ne vous inquiétez pas pour votre vie de ce que vous mangerez, ni pour votre corps de quoi vous serez vêtus. 23La vie est plus que la nourriture, et le corps plus que le vêtement. 24Considérez les corbeaux: ils ne sèment ni ne moissonnent, ils n'ont ni cellier ni grenier; et Dieu les nourrit. Combien ne valez-vous pas plus que les oiseaux! 25Qui de vous, par ses inquiétudes, peut ajouter une coudée à la durée de sa vie? 26Si donc vous ne pouvez pas même la moindre chose, pourquoi vous inquiétez-vous du reste? 27Considérez comment croissent les lis: ils ne travaillent ni ne filent; cependant je vous dis que Salomon même, dans toute sa gloire, n'a pas été vêtu comme l'un d'eux. 28Si Dieu revêt ainsi l'herbe qui est aujourd'hui dans les champs et qui demain sera jetée au four, à combien plus forte raison ne vous vêtira-t-il pas, gens de peu de foi? 29Et vous, ne cherchez pas ce que vous mangerez et ce que vous boirez, et ne soyez pas inquiets. 30Car toutes ces choses, ce sont les païens du monde qui les recherchent. Votre Père sait que vous en avez besoin. 31Cherchez plutôt le royaume de Dieu; et toutes ces choses vous seront données par-dessus. 32Ne crains point, petit troupeau; car votre Père a trouvé bon de vous donner le royaume.

     

     

    Construisons notre vie en agissant avec intelligence et sagesse sachant que Dieu serra toujours avec nous quoi qu’il arrive même si des temps très difficile s’annoncent. Il est réconfortant de savoir que Dieu pourvoira à notre parnassa pour nos enfants et pour toutes nos familles. Ne soyons pas jaloux de ceux qui sont riches, car la jalousie nous fait perdre notre conscience.

    C’est pourquoi la parnassa est une loi éternelle pour tous ceux qui conduisent leur vie dans la sainteté de la loi et de la foi.

    La parnassa c’est se nourrir, se vêtir, se loger et pour le plus c’est Dieu qui voit si on est capable de faire bon usage de l’argent.

    Sachant que c’est l’amour de l’argent qui nous détourne de Dieu nous devons n’avoir aucune crainte de manquer  car notre richesse c’est de croire que Dieu nous a laissé sa Torah pour nous enseigner comment agir avec discernement et nous  avons l’espérance d’une vie future  meilleure car Yeshoua nous a sauvé.

     

     

    Shabbat shalom

    L.B

     

     

     

    Lecture de la parasha: Nombres: Chapitre: 16 verset 1 à chapitre 18 verset 32.

    Lecture de haftarah: 1 Samuel: chapitre 11 verset 14 à chapitre 12 verset 22.

    Lecture messianique: 2 Timothée: Chapitre 2 verset 8 à 21. Jude: Chapitre1 à 25.

     

     

     

     


    votre commentaire
  • Mission impossible!

     

     

    Cette semaine la merveilleuse parasha Chelah’ Lekha veut nous élever vers un raisonnement libérateur!

     

    Moïse envoie 12 espions à Canaan. Ils sont de retour 40 jours après pour faire un rapport de ce qu’ils ont vu.

    Deux hommes seulement ont bien compris leur mission.

    Les dix autres ont mal interprété ce qu’il leur était demandé. 

     

    Leur mission, juste évaluer Canaan!

    Ce fut pour les 10 Mission impossible, et pour Josué et Caleb Mission possible!

     

    Ces 10 ont vu et ont décidé que c’était trop dangereux et ont exposé leurs décisions devant tout le peuple. C’est ce qui déplut à l’Eternel.

     

    Mais Josué et Caleb ont bien compris qu’il fallait juste rapporter des preuves du pays, c’est pour cela qu’ils portèrent à deux une énorme grappe de raisin, une grenade, et une figue.

     

    Ces fruits tellement gigantesques témoignés que c’était comme au pays des géants. les fruits étaient en conséquence de la taille des habitants.

     

    La mission d’espionnage avait pour but de réunir un maximum d’informations sur le pays afin d’en évaluer les dangers.

    Sans décider de ce qu’ils devaient faire i

    Ces 12 espions formés par l’élite de sécurité du camp n’étaient pas tous prêts pour rentrer dans le pays de la promesse.

     

    Cela nous fait penser à nous quand nous avons un problème, on veut chercher une solution radicale.

    Alors que ce que Dieu attend de nous c’est que l’on prie, en lui expliquant tous les détails de notre problème et qu’on Le laisse faire jusqu’au bout.

    C’est cette confiance collaboratrice que Dieu veut nous apprendre.

     

    Il y a les problèmes de la vie et les problèmes spirituels mais en fait les deux sont très liés! 

     

    -Une petite histoire vrai pour illustrer le propos.

    C’est l’histoire du Rabbin Hirsh Haltein qui avait très mal au dos, il trainer ses douleurs depuis longtemps, aucun traitement ne faisait vraiment d’effet. Son médecin ainsi que d’autres médecins qu’il avait consultés étaient formels; il faut opérer, mais lui refuser catégoriquement une intervention chirurgicale. Ce qu’il voulait c’était un moyen simple et naturel pour guérir!

    En dernier recours le Rabbin Altein alla consulter le docteur Avraham Seligson.

    Celui-ci l’écouta attentivement et lui prescrivit une simple pommade à base de plante naturelle. Et ces lombaires  se solidifièrent et sa guérison durant toute sa vie!

     

    L’histoire c’est que le docteur Avraham Seligson avait compris que le Rabbin Hirsh Haltein cherchait un miracle, il espérait en Dieu.

    Avraham seligson dit:  « Le Rabbin Haltein cherchait tout simplement un réceptacle à travers lequel se manifesterait le miracle, j’ai donc prescrit une simple préparation de plante. 

     

     

    Pourrait-on avoir la même attitude face à nos problèmes, ouvrir un réceptacle pour s’attendre à un miracle? 

     

    C’est quoi un réceptacle?

    Un réceptacle c’est une dimension de foi, comprendre que sur terre pour transformer le spirituel en matériel il va falloir faire une action de foi pour que Dieu agisse, pour provoquer le miracle!

    Le réceptacle spirituel est comme un vase, une coupe remplit d’angoisse, de crainte, de peur, et de le donner à Dieu pour qu’Il le vide et le remplisse de son Esprit de Puissance, de Victoire et de Force.

    Ce qui se passe c’est que l’action doit se mêler à la foi. L’action c’est aussi par la prière sans dire comment il faut faire juste exposer le problème, élever le problème, faire monter le problème à une dimension supérieure.

     

    Caleb et Josué ont apporté du raisin, une grenade, et une figue démesuré, à la taille du problème des géants guerrier qui étaient maitres des lieux.

     

     

    Le raisin représente le miracle messianique, le Messie sur terre, le vin du shabbat, le sang du Messie Yeshoua, c’est le symbole de la paix.

     

    La figue représente aussi la paix et la fertilité, comme une maintenance en vie, une régénérescence qui se perpétue qui se régénère sans s’arrêter.

     

    C’est pourquoi les prophètes ont souvent annoncé que sous la vigne et le figuier ils seront ensemble en paix et en protection.

     

    La grenade en hébreu c’est rimon qui provient du mot Romemout qui veut dire magnificence dans le sens qui s’élève en hauteur, beauté magnifique destinée à  s’élever. La grenade fait aussi référence à la mémoire qui n’oublie pas.

     

    Josué et Caleb ont ramené du raisin de la figue et une grenade pour montrer que dans le pays où Dieu veut nous conduire il y a la paix,  la protection et la splendeur du Messie.

     

     

    Le nom de la parasha Chelakh lekha     donne en guematria la même égalité que Mashiach « Le Messie » qui est élevé par l’étude de la Torah; Le Messie peut s’atteindre par l’élévation de la pratique de la Torah.

     

     La figue: symbole de la fertilité que procure la Torah qui nous régénère et nous maintient en vie. 

    La vigne qui s’accroche avec ses sarments pour donner du raisin qui est le sang du Messie.

    La grenade qui est l’Esprit qui nous élève si par la foi en Yeshoua on s’accroche à la Torah.

    Voilà ce qu’ont rapporté Caleb et Josué,

    Comme une prophétie qui se dévoile pour ceux qui entendent les prophéties .

    « L’Esprit de Dieu qui nous élève par notre foi et notre confiance en Yeshoua si on s’accroche à la Torah, pour toujours ».

     

     

    Cette parasha avec ses codes allusifs termine par l’obligation shabbatique.

    Le shabbat c’est la vie de L’Esprit de Dieu en nous qui manifeste notre foi et notre confiance pour tous les aspects de notre vie, nos joies et nos soucis. Shabbat s’est laissé Dieu agir c’est ouvrir un réceptacle pour laisser Dieu agir. 

    C’est le soir de Shabbat que l’on dit tout à Dieu. 

     

    On remercie le Seigneur pour tous les bienfaits, toutes les bonnes choses que Dieu nous a accordé, pour les miracles qu’Il a faits, toutes les faveurs qu’Il a nous accordé, pour les guérissons, les réussites scolaires ou professionnelles, durant la semaine passée, ETC…

     

    Puis on remet la semaine qui vient, on fait nos demandes avec précision, nos attentes, nos soucis, nos besoins, et nos bénédictions pour la famille et pour les personnes qui nous ont été favorables pour la semaine qui vient, ETC…..

     

    Le texte fait mention : d’un homme qui doit être mis à mort parce qu’il avait ramassé du bois le jour du shabbat.

     

    L’ homme c’est Adam, qui viendrait de Adama ( c’est celui qui s’élève de la terre), comme un arbre. 

    « Arbre » en hébreu qui se traduit par  « ILAN ».

    L’arbre est un homme.

    Ces racines c'est la partie caché, enfouie son inconscience mais c’est là que son étincelle divine se manifeste.

    Le tronc c'est la partie apparente de l’homme, sa vie ses actions.

    Les feuilles représentent le niveau des attentes de l’homme, ses aspirations, ses ambitions, ses réflexions.

     

    L’arbre c’est le symbole  spirituel; là où tout a commencé en Eden.

    L’arbre représente la croissance d’un être humain, 

    Le juste est comparé à un olivier, un palmier, à un cèdre du Liban.

     

    Deutéronome: 20,19. Version hébraïque.

    ….Oui l’arbre des champs c’est l’homme lui-même!…

      

     

     

     L’homme vivant c’est celui qui pousse comme un arbre sans rien décider tout seul, juste attendre que Dieu envoie la pluie, le soleil ; le vent, et  une bonne terre.

    Comme un homme qui ne s’attend qu’à Dieu être arrosé par son Esprit et grandir dans la paix et la confiance quoi qu’il arrive. 

    L’homme « arbre » comme un réceptacle qui s’ouvre à Dieu pour recevoir et donner le meilleur de (ses fruits) de lui-même, un réceptacle pour que Yeshoua y demeure, un réceptacle pour que la Torah s’y remplisse.

     

    Un homme mort c’est comme un bois mort qui est par terre! 

    Un homme sans Dieu, sans Yeshoua sans Torah est un bois mort.

    C’est pourquoi le texte exprime cette pensée!

     

    Un homme vivant c’est-à-dire qui fait shabbat, ne doit pas aller le jour du shabbat « avec les hommes mort », car le bois qu’on ramasse est un bois mort.

     

    Il n’est pas interdit d’aller avec les non croyant le reste de la semaine mais le jour du shabbat on ne doit pas aller de façon volontaire dans certains lieux, dans certains parcs, dans certains endroits.

     

    Shabbat s’est sacré, c’est le rituel du vin et du pain mais; cette parasha nous rappelle aussi que lorsque l'on prépare le pain de shabbat il faut prélever « La Terouma » (un petit bout de la pâte cru) et la mettre à part. Cela pour nous confirmer que le jour du shabbat on se met à part on se consacre à la vie du Vivant qui vit en Nous Yeshoua mais on ne va pas avec les morts qui ne respect pas les commandements que Dieu nous demande de garder.

     

    Ce magnifique texte se termine par des recommandations qui nous rappelle de ne jamais oublier toutes ses lois car notre vie en dépend 

    Nombres 15:37,41.

    -« L'Eternel dit à Moïse: 38Parle aux enfants d'Israël, et dis-leur qu'ils se fassent, de génération en génération, des franges au bord de leurs vêtements, et qu'ils mettent un cordon bleu sur cette frange au coin de leurs vêtements. 39Quand vous aurez ces franges, vous les regarderez, et vous vous souviendrez de tous les commandements de l'Eternel pour les mettre en pratique, et vous ne suivrez pas les désirs de vos coeurs et de vos yeux pour vous laisser entraîner à l'infidélité. 40Vous vous souviendrez ainsi de mes commandements, vous les mettrez en pratique, et vous serez saints pour votre Dieu. 41Je suis l'Eternel, votre Dieu, qui vous ai fait sortir du pays d'Egypte, pour être votre Dieu. Je suis l'Eternel, votre Dieu ».

     

    Puissions-nous être des espions dont toutes les missions soient possibles, pour vivre notre vie avec des fruits abondants et succulents des raisins, des figues et des grenades « la foi en Yeshoua, la pratique de la Torah et la fidélité pour toujours », car si nous comprenons alors la promesse qui nous est faite c’est que notre Canaan  c’est notre guerre intérieure pour nous libérer de nos démons, afin que nos réceptacles se vide pour que Dieu y prenne toute la place et qu’au moment voulu nous puissions arrêter d’errer pour rentrer à la maison dans l’Eden. Là où le Père  nous a préparé une place pour l’éternité.

     

     

    Shabbat shalom 

    L.B

     

     

    Lecture de la parasha: Nombres : Chapitre 13 verset 1 à chapitre 15 verset 41.

    Lecture de la haftarah: Josué : Chapitre 2 verset 1 à 24.

    Lecture messianique: Hébreu : Chapitre 3 verset 7 à 19.

     

     

     


    votre commentaire
  • L’antivirus au covid 19.

     

    Cette semaine nous commençons le livre du Lévitique, en ce temps très spécial ou la face du monde est changé, rien ne serra vraiment comme avant cette épidémie au covid 19.

    Mais nous savons que la Torah est vivante, qu’elle rythme chaque jour de notre vie, et chaque parasha nous enseigne au bon moment.

    Cette semaine la parasha Vayikra expose les différents  korbanot offrandes de sacrifices pour le temple afin que les péchés soient pardonnés.

    Mais nous savons que ces korbanot ont été remplacés par nos prières car par un seul sacrifice du Messie Yeshoua nous pouvons avoir accès devant Dieu comme à travers un voile.

     

    En ce temps si perturbé nous avons besoin de reconnaitre que seul Dieu peut nous aider à stopper ce COVID 19.

     

    Le covid 19 c’est un dérivé du coronavirus de type COV.

    Le COV est un composé organique volatil soit d’origine naturelle par un évaporement gazeux sortie du fond de la terre ou par certains types de végétations, qui sont plus ou moins biodégradables par UV ou par l’azote. C’est le COV biotique.

    Le COV peut être aussi une pollution chimique c’est le COV anthropique. Mais ils ont en commun cette diffusion dans l’air et se propagent très rapidement s’ils touchent une souche de contamination et s’aggravent si la souche peut atteindre le système immunitaire des humains, c’est ce qui a donner ce COVID 19.

     

    Ces pollutions sont des avertissements de la terre.

    Les hommes se sont  pris pour Dieu; ils ont détourné le principe de la nature, avec outrance ils n’ont pas respecté la création de Dieu.

    Ces dernières années la terre nous avertit par ses quatre éléments; Les ouragans, les inondations, le feu et la terre avec cette épidémie; Dieu avait ordonné le repos de la terre chaque shabbat tout doit s’arrêter laisser la terre tranquille et les Sept shabbat annuels des fêtes qui peut-être auraient influencé la colère de Dieu si tout le monde auraient décidé de les respecter. 

     

    Dans notre parasha les offrandes que nous portons c’est tous nos péchés que nous apportons sur l’autel.

    C’est par Yeshoua que nous sommes pardonnés. Car Yeshoua a porté nos péchés jusque dans les profondeurs de la terre là où les plus terribles noirceurs se cachent. 

    Yeshoua est descendu dans les régions inférieures de la terre, dans les lieux  les plus obscurs pour nous délivrer. Il a combattu pour nous nos plus sales ambitions, nos actes les plus sordides, nos copinages aves les démons; nos bassesses les plus souillées, nos phantasmes les plus tordus, la même ou notre conscience ne veut pas aller voir, tous nos accouplements nocturnes dont on a même pas idées.

     

    Ces révélations magnifiques qui sont liés à Yeshoua et font références à une lettre de l’alphabet hébraïque qui est la lettre « QOF » qui est la 19 eme lettres de l’alphabet  hébreu, 

     « QOF 19 »

    Cette lettre QOF 19 va nous dévoiler ce qu’elle veut dire.

    Le  QOF veut dire: « La lumière dans l’obscurité » ou « Le soleil dans la nuit ».

    A travers cette lettre tirée de l’hébreu se traduit la délivrance, elle exprime les profondeurs impénétrables là où seul Yeshoua peut aller. Les profondeurs de notre être. Là ou nos instincts les plus bas emprisonnes nos valeurs de « kedousha » sainteté.

    Elle exprime les circonstances les plus noires et difficiles de notre vie.

     Cette lettre vient nous dire que c’est la lumière qui vient purifier toutes les zones sales de notre être et peuvent être rendues pures si nous croyons que Yeshoua est le fils de Dieu.

     

     QOF est lié à Yeshoua le MESSIE. Il vient dans cette nuit noire révéler la lumière, Il vient sortir les sombres desseins de notre vécu car l’ennemi à travailler à ensevelir nos fautes  afin qu’ont les oublies et qu’elles ne parviennent pas à notre conscience pour qu’on ne puisse pas demander pardon.

     

    QOF nous enseigne le respect du corps le notre et pas souiller le corps d’un ou d’une autres.

    Le QOF c’est le temps qui permet d’épurer le fruit du mal.

    Le QOF c’est la puissance qui délivre de la nuit ou dans ses nuits des reines et des rois se promènent cherchant avec qui s’accoupler.

     

    Yeshoua est la puissance qui libère dans ces ténèbres, Il  

    efface les cicatrices du mal  et place sa lumière là où il y avait la noirceur.

    Au plus profond de notre corps de chair il fait remonter la résurrection Il est le Sauveur.

     

    Il purifie notre corps afin que notre corps soit son corps. 

    Et c’est ce que renferme le secret de la Torah, car lorsque l’on a donné son coeur à Dieu qu’Il nous a purifié jusque dans les coins les plus sales de notre personne c’est par la Torah que l’on reste propre, c’est cela la vérité cette vérité la plus occultée. 

     

    C’est cela que l’on doit savoir car notre condition change dès que Yeshoua vient dans notre vie, il ne faut pas laisser la maison vide maintenant quelle est propre il faut rester sanctifier par notre nouvelle vie, une vie remplie de Torah. Sans la loi c’est le désordre dans notre être ça serait difficile de vivre sans les règles de la Torah qui nous apprend la valeur de nos corps selon Dieu, avec ses prescriptions.

    C’est par elle que nous sommes maintenu pur.

     

     

    La lettre QOF dans la tradition hébraïque est liée à un sens négatif qui apporte le positif.

     

    Cette lettre se dessine comme le chas de l’aiguille. Une porte étroite qui nous fait comprendre qu’il faut revenir à l’essentiel de la vie laisser le superflu. QOF c’est la destruction des illusions.

     

    Et en guematria la lettre QOF a pour valeur 100. 

    Et 1OO c’est ce qui nous relie à Dieu. C’est  le symbole de la prière. 

    C’est les 100 bénédictions qui en l’absence du temple nous fait accéder à Dieu. C’est le thème de notre parasha.

     

    Nous avons un antivirus au COVID 19 c’est le QOF 19 

    Yeshoua vient nous guérir de nos blessures,  Il vient nous délivrer de nos désirs les plus difficiles à maitriser.

     

    Cette parasha qui nous prépare à la Pâque dans un désir de revenir aux fondements des écritures, de revenir à la source  de la création revenir à la forme primitive de l’assemblée de Yeshoua qu’Il a fondé sur les écritures de la Torah.

     

    Il est mort et a pris nos souffrances mais Il nous a dit de garder Ses  commandements  et Ses shabbat et Ses fêtes. Il nous a prévenu que les temps et les dates seraient changés. Mais Il a  donné un temps où ses disciples reviendraient par le repentir, un temps difficiles pour crier à Dieu, demander son pardon. Recherchons la sanctification de la Torah sans laquelle personne ne le verra.

     

    Il nous a dit : encore une fois j’ébranlerai la terre, mais aussi le ciel  en ces mots. 

    C’est pourquoi acceptons notre Seigneur Yeshoua  montrons-lui notre reconnaissance en se présentant comme des enfants obéissants par un culte qui lui soit agréable comme Lui nous l’a enseigné. Rejetons les cultes que les hommes orgueilleux ont inventés pour leurs profits.
    Le monde chrétien a été duper, Constantin l’empereur en l’an 325 a fait un édit  pour changer les cultes de Yeshoua en dimanche et les fêtes en idolâtrie en des dates différentes. Il a changé le quatrième commandement, le Shabbat sachant que c’est le plus important.

    (simple à vérifier).



    Le monde est ébranlé les chrétiens sont mis en cause comme une secousse qui vient  réveiller pour  dire qu’il est temps de prendre une dose de
    QOF 19  un comprimé qui guérit les âmes. 

     

    Revenir au fondement revenir par le repentir aux fondations du monde.

    Obéir aux Saints shabbat et aux fêtes qui honorent Yeshoua.

    Bientôt c’est la Pâque la commémoration de Yeshoua  cette nuit ou il est descendu dans les profondeurs de la terre. Dieu avait dit au peuple rester chez vous ne sortez pas de vos maisons car c’est le temps de la délivrance.

    Le 8 avril c’est la Pâque biblique préparez-vous, que vos coeurs portent la marque du sang de Yeshoua; Dieu verra qui est à son rendez-vous, et l’ange de la mort ne passera pas.

    Le 12 avril c’est paque institué par Constantin l’empereur avec son dieu-soleil. Ces le dieu de la mort.

     

    La terre envoie des  messages, Dieu est en train de parler au monde entier, beaucoup de chrétiens se posent les bonnes questions, ils sortent en masse des lieux de culte dominicaux;

    Mais ceux qui veulent rester populaires Dieu va endurcir leurs coeurs. Ecoutez l’appel de Dieu. C’est un temps de semence, et la moisson est proche.

     

    Shabbat shalom

    L.B

    Parasha Vayikra du samedi 28 mars 2020.

    Lecture de la parasha : Lévitique: Chapitre 1 verset 1 à chapitre 5 verset 26.

    Lecture de la haftarah: Esaïe: Chapitre: 43 verset 21 à chapitre 44 verset 23.

    Lecture messianique: Romains: 8:1 à 13. Hebreux: 10: 1 à 14. et 13: 10 à16.

     

     

    Lecture pour la semaine qui vient shabbat du 4 avril avec la parasha: Tsav.

    Lévitique:

    Dimanche:6/1,11.

    Lundi:6/12,7/10.

    Mardi:7/11,38.

    Mercredi:8/1,13.

    Jeudi:8/14,21.

    Vendredi:8/22,29. ET 8/30,36.

     

    Bonne semaine. 

    Shavoua Tov.

     

     

     

     

      

     

     


    votre commentaire
  • Parasha Vayakel du samedi 21 mars 2020.

    La guerre est déclarée!

     

    Nous sommes l’armée de Dieu, des ennemis invisibles nous ont déclaré la guerre.

    C’est maintenant l’armée de Dieu qui doit prendre les armes.

     

    Depuis ce début d’année 2020 des terroristes invisibles se sont infiltrés, ils veulent nous détruire mais nous sommes les soldats de Dieu!

     

    Le monde entier est à l’arrêt la pandémie tente de couvrir toute la surface de la terre, certains diront c’est un complot  certains diront c’est accidentel. 

    Mettre la faute sur les complotistes c’est vouloir mettre la faute sur les autres  c’est ne pas reconnaitre que Dieu est en colère. Rien n'arrive que Dieu n'est pas voulu.

    Le monde rejette  Dieu.

     

    La parasha de cette semaine est vayakel et commence par dire .

    Moïse convoqua toute l’assemblée d’Israël  et leur dit : Voici les choses qui sont importantes.

    « Pendant 6 jours tu travailleras  et le 7ème jour tu cesseras toute activité. Ce jour est un jour saint que vous devez respecter en l’honneur de l’Eternel « .

     

    L’ordre du shabbat est donné pour toutes les générations jusqu’à la fin des temps.

     

    La parasha Vayakel commente la mise en place du temple, tous les détails y apportent un enseignement,

     

    Le temps que nous vivons est un avertissement !

     

    Deux textes bibliques semblent parler pour la circonstance. Dans 2 Samuel 24; et dans 1 Chroniques: 21.

     

    En résumé les deux chapitres sont semblables: 

    Il y eut un dénombrement que Dieu n’avait pas demandé et le pays entier fut atteint d’une très grande épidémie. 70 000 hommes moururent.

     

    David implora Dieu pour lui demander qu’est-ce qu’il devait faire pour que l’épidémie s’arrête?

     

    David acheta un terrain et  bâtit un autel pour faire un holocauste.

     

    Dans le premier verset il est écrit David acheta la terre de Arvana et dans l’autre verset David acheta la terre de Ornam  et dans les deux cas l’épidémie cessa.

    Aprés quelques recherches Arvana, Ornam qui sont les noms des propriétaires expriment des lieux  et sont la même chose se sont les noms des terrains chacun d'un côté de versant de cet endroit, ce lieu fait référence au mont Morija là ou Abraham bâtit un autel pour offrir son fils Isaac en holocauste.

    Cet endroit précis sera Jérusalem là exactement a l’endroit où Salomon bâtira le temple.

    Arvana, Ornam, Morija, Sion, Jérusalem sont un seul et même lieu.

     

    Ce qui coïncide avec notre parasha bâtir le temple.

     

    David « acheta » c’est cela la clef de l’histoire!

    Le rachat c’est le nerf de la guerre !

     

    Le dénombrement du peuple de Dieu se compte par le rachat.

     

    La vision messianique c’est le rachat des âmes par l’holocauste du messie qui aura donné sa vie pour nous racheter.

    La vision messianique c’est que le Messie c’est Yeshoua.

    Yeshoua c’est le messie qui se révèle c’est ça la guerre!

     Car celui qui combattra pour nous c’est Yeshoua c’est Lui qui fait fuir tous nos ennemis.

     

    Yeshoua est mort pour le rachat de nos âmes; c’est la condition pour faire parti du dénombrement de Dieu. C’est le seul dénombrement que Dieu demande! Car quand notre âme appartient à Dieu satan ne peut pas nous atteindre. 

    Yeshoua veut acquérir nos âmes maintenant il est l’heure de se laisser racheter par le Messie  Le laisser rentrer dans notre coeur L’accepter Lui le Messie mort sur le bois le soir de Pessah.

    Yeshoua le juif n’est pas mort que pour les juifs il est mort pour toutes les âmes du monde entier; Cet appel est solennel pour le monde entier. Ce soir commence le shabbat c’est un shabbat mondial !  Que celui qui a des oreilles écoute; Qu’importe sa dénomination religieuse  ce soir c’est le  grand rendez-vous que Dieu nous donne.

     

    Ce soir dès la tombée de la nuit que chacun dans sa demeure allume deux bougies qu’il proclame le shabbat qu’il boive la coupe du vin qui représente le sang que Yeshoua a verset sur le bois le soir de Pessah   qu’il coupe le pain qui représente le corps de  Yeshoua qui représente le rachat de son âme.

    Et demain samedi toute la journée ne pas faire d’activité lié au travail, comme Dieu nous l’a ordonné;

    Faire la lecture de la parasha.

    Ce jour peut tout changer pour le monde si tout le monde ferait ça, l’épidémie pourrait s’arrêter.

    Car Yeshoua pourra s’acquérir toutes les âmes qui seront a shabbat et nous nous offrirons en commémoration son holocauste.

     

     

    Et Dieu arrêta sa colère et l’épidémie s’arrêta.

    Comme au temps de David. 

    Nous pouvons faire la même chose. ( même en secret ). (Comme Nicodème)

     

    Stop les cultes du dimanche !

    Shabbat c’est le culte de Yeshoua!

    Aucun texte biblique aucune bible ne mentionne le dimanche mais toutes mentionnent le shabbat du samedi.

    Yeshoua parcourait les lieux de culte le Samedi et Il nous à recommandé de faire comme lui faisait.

    Il en va de la responsabilité de chacun; enseignant ou pas.

     

    C’est ça la vraie repentance devant Dieu.

     

     

    J’appelle tous les citoyens du monde de faire shabbat!

    Arrêter tout! c’est le temps du Messie il vient ! 

     

    Le titre de la parasha Vayakel veut dire « Il assembla »; c’est le temps ou le corps du messie s’assemble pour former le temple.

    La fille de Sion se réjouira! 

     

     

     

    Partager ce message!

     

    Shabbat shalom 

     

    Lecture de la parasha 

    Exode : Chapitre: 35 verset 1 à chapitre 38 verset 20.

    Lecture de la haftarah: 1 rois: Chapitre 7 verset 13 à 26.

    Lecture messianique: Hébreux: chapitre: 9 verset 1 à 14.

    Apocalypse: Chapitre 11 verset 1 à 13.

     

    Parasha Jumelé  lire jusqu'a la fin de l'Exode.

     

     

     Parasha vayikra pour la semaine du 22 mars au  28 mars.

    Lévitique;

     

    Dimanche;1;1à 13.

    Lundi; 1:14 à  2: 6.

    Mardi: 2: 7 à 16.

    Mercredi : 3: 1 à 17.

    Jeudi : 4: 1: à 26.

    Vendredi : 4: 27 à  5: 10. Et 5: 11: 26. 

     

     

     

    L.B


    3 commentaires
  • CHARNEL N°5.

     

    La parasha Toldot veut dire descendance, transmission.

    Rebecca la femme d’Isaac est enceinte de jumeau; Jacob et esaü, qui dans son ventre se battent.  

     

    Cette dualité évoque l’histoire de l’homme, sa nature charnelle contre sa nature spirituelle.

     

     

    Jacob  s’est battu contre son frère dès le ventre de sa mère car Jacob voulait sortir le premier, mais Esaü le plus fort a gagné, et toute sa vie Jacob fut en lutte contre son frère à savoir qui dominera sur l’autre.

     

    Jacob c’est le côté Esprit, spirituel que nous avons et Esaü  notre côté charnel.

    Notre Jacob c’est définir notre destin en devenant croyant en essayant de donner le meilleur de nous-mêmes, renoncer à ce que le corps demande à ce qui est plaisant et attirant ce que le monde nous propose, s’éclater, s’habiller comme la mode le dicte, sortir aller ou on veut, faire ses petites magouilles, consommer des substances, voir tous les films, écouter n’importe quelle musique, sexe, vivre sans s’occuper des autres ni de Dieu  etc, tout ce qu’a envie de faire Esaü.

    Et notre Esaü un peu spirituel veut nous éloigner de la Torah.

     

    En vérité c’est pas facile car en nous notre côté Esaü veut profiterez de la vie, tel que le monde nous l’offre.

     

    C’est pourquoi il est recommandé de s’entourer de personnes qui ont les mêmes convictions  pour s’encourager les uns avec les autres.

    Faire partie d’un groupe, petit ou grand c’est former un petit temple qui sera une force pour l’Esprit, cela nous aidera à former notre petit temple intérieur.

     

     

    La fonction la plus importante qu’il y avait dans le temple c’était le service des encens.

    Le Cohen apportait deux fois par jour la ketoret ( encens). La préparation de l’encens cache un très grand secret.

     

    Pour fabriquer le parfum il fallait très précisément 11 ingrédients, 

    Ces 11 ingrédients lorsqu’ils brulaient ensemble formaient une odeur agréable à Dieu. Une odeur de sainteté, de pureté.

     

    10 de ces ingrédients avaient une douce et bonne odeur mais un encens le « helbena » sentait très mauvais  mais quand ils brulaient tous ensemble l’helbena avait le pouvoir de sublimer les 10 autres essences il faisait ressortir le meilleur de ces parfums, qui devenaient très forts pour devenir une merveilleuse odeur comme un parfum de grand prix.

     

    Il faut que le mauvais de nous se manifeste  pour que l’on découvre  notre Esaü pour que nous puissions lutter contre le mal qui est en nous et faire sortir le meilleur.

     

    Les péchés qui dominent se mettent à l’évidence pour être dominé.

    Beaucoup de gens luttent contre leur Jacob  ils préfèrent nier l’existence de Dieu  pour ne pas avoir  à lutter contre leurs mauvais penchants, et continuer à vivre comme ils veulent.

     

    Le croyant a su lutter contre son Esaü et sa lutte durera toute sa vie.

     

    Dieu nous a donné un cadeau pour nous aidé à lutter contre tous nos mauvais instincts  c’est le don de la Torah qui contient toute l’aide dont nous avons besoin pour lutter contre notre mal.

     

     

    Dans notre parasha Jacob s’empare de la bénédiction car elle lui appartient c’est pour cela qu’il usera de ruse en se revêtant de peaux de chèvres ou (chevreaux). Cette ruse pour accomplir le plan Divin.

    Cette correspondance on la retrouve dans le temple qui était recouvert de 11 peaux de chèvres ou de (chevreaux).

    Ce 11 nous apprend que comme  les 11 peaux de chèvres  qui couvraient le temple, et les 11 encens  ont le pouvoir de protection.

     

    Le secret de l’encens  c’est la prière de la Ketoret chaque mot de cette prière cache un sens véritable très puissant qui nous protège dans notre lutte  de nos mauvais penchants car la ketoret fait circuler la bonne odeur dans notre temple  et lorsque cette harmonie se diffuse elle éloigne les forces du mal qui  influencent notre côté obscur.

    Rabbi Shimon Bar Yo’Haï dit: « Que si les personnes savaient l’importance de la ketoret devant Dieu elles prendraient chacun des mots de la ketoret  et les mettraient sur la tête comme une couronne d’or ».

     

    La ketoret peut éloigner les mauvais instincts.

    La prière de la ketoret comporte 365 mesures si on prend toutes les mesures des 11  encens ce qui fait comprendre que chaque jour cette prière est utile.

     

    C’est pourquoi les sages depuis des siècles enseignent qu’il faut dire la ketoret avant les prières habituelles comme si on disait les mots secrets qui empêchent de nuire à la montée des prières. 

    La prière de l’encens  est un puissant lien avec Dieu.

    Les sages approuvent le fait de lire la ketoret devant une menorah. 

    Notre force c’est la prière,  c’est la repentance, c’est le désir de changer; et le reste c’est par la foi en Yeshoua que l’on obtient c’est Lui qui combat nos mauvais instincts charnels.

     

    Mais Toldot c’est la transmission de notre savoir comme Sarah, à Rebecca, à Rachel et Léa qui ont transmis les valeurs que Dieu approuve, comme des étincelles  qui transmettent les prières  pour que ce monde change.

     

     

    La parasha nous transmet aussi ce grand mystère, qui concorde avec ce que nous venons de lire;

     

    La mort de Yeshoua approchait quand une femme pécheresse renversa sur la tête de Yeshoua un parfum d’une grande valeur. Un de ses disciples, Judas Iscariot, celui qui devait le livrer, dit: Pourquoi n'a-t-on pas vendu ce parfum trois cents deniers, pour les donner aux pauvres.

     

      Yeshoua leur dit cette femme a fait une chose qui plaît à Dieu car elle a voulu préparer ma sépulture et m’embaumer et toujours on racontera cela en  mémoire ce que cette femme a fait.

     

     

     

    Marc 14:1,

    La fête de Pessa’h et des pains sans levain devait avoir lieu deux jours après. Les principaux sacrificateurs et les scribes cherchaient les moyens d'arrêter Yeshoua par ruse, et de le faire mourir. Car ils disaient: Que ce ne soit pas pendant la fête, afin qu'il n'y ait pas de tumulte parmi le peuple.

     

    Comme Yeshoua était à Béthanie, dans la maison de Simon le lépreux, une femme entra, pendant qu'il se trouvait à table. Elle tenait un vase d'albâtre, qui renfermait un parfum de nard pur de grand prix; et, ayant rompu le vase, elle répandit le parfum sur la tête de Yeshoua. Quelques-uns exprimèrent entre eux leur indignation: A quoi bon perdre ce parfum? On aurait pu le vendre plus de trois cents deniers, et les donner aux pauvres. Et ils s'irritaient contre cette femme. Mais Yeshoua dit: Laissez-la. Pourquoi lui faites-vous de la peine? Elle a fait une bonne action à mon égard; car vous avez toujours les pauvres avec vous, et vous pouvez leur faire du bien quand vous voulez, mais vous ne m'avez pas toujours. Elle a fait ce qu'elle a pu; elle a d'avance embaumé mon corps pour la sépulture. Je vous le dis en vérité, partout où la bonne nouvelle sera prêchée, dans le monde entier, on racontera aussi en mémoire de cette femme ce qu'elle a fait.

     

    Judas Iscariot, l'un des douze, alla vers les principaux sacrificateurs, afin de leur livrer Yeshoua. Après l'avoir entendu, ils furent dans la joie, et promirent de lui donner de l'argent. Et Judas cherchait une occasion favorable pour le livrer.

     

    -Car il faut toujours que le mauvais sorte pour faire sortir le bien. 

    La prière est reçu comme une reconnaissance à la Royauté du Messie Yeshoua. Comme une repentance d’avoir nié son existence.

     

    Afin que nous puisions apporter des prières de bonne odeur il faut que nous luttions pour faire sortir le mal de nous pour que le bon soit libéré. Et marcher dans l’obéissance.

     

    Yeshoua dira: maintenant que tu as reconnu ton péché, que tu te répands de ta faute Va! et ne pêche plus!

     

    Être un disciple de Yeshoua c’est être obéissant comme Jacob obéissait à l’instruction de ses parents(à la fin de la parasha) en suivant les consignes  qui pouvait lui donner la force de vaincre ses faiblesses.

     

    Alors comme nous l’enseigne les maîtres de la Torah, par la prière de la ketoret qui par l’élection de ses mots reproduit une protection de nos actions. 

    Nous aide par la foi à combattre notre chair, car l’affection de la chair c’est la mort tandis que l’affection de la vie spirituelle c’est la vie.

    Car l’affection de la chair est inimitié contre Dieu parce qu’elle ne se soumet pas à la loi de Dieu or ceux qui vivent selon la chair ne sauraient  plaire à Dieu. Vivre selon l’Esprit c’est vivre avec la Torah qui vit au travers de Yeshoua dans tous nos actes et nos comportements. Car l’Esprit du ressuscité Yeshoua ne peut vivre que si la loi est vivante par l’action. Ainsi nous ne sommes pas redevable de la chair  mais si par les actions de la loi  nous vivons par l’Esprit qui fait mourir les envies de la chair, nous  sommes appelé fils de Dieu  héritiers de la promesse. De même l’Esprit nous aide dans nos faiblesses.

    L’Esprit nous donne de comprendre la Torah et d’obéir. 

    Et même si on ne comprend pas tout c’est par la foi qu’on lit la ketoret qui est dans la Torah, car l’action produit une protection, dont nous avons besoin tous les jours pour vivre loin des péchés.

     

     


     

     

    Prière de la ketoret Exode 30: 34 à 38.

     

    L'Eternel dit à Moïse: Prends des aromates, du baume, de l'ongle odorant, du galbanum, et de l'encens pur, en parties égales. Tu feras avec cela un parfum composé selon l'art du parfumeur; il sera salé, pur et saint. Tu le réduiras en poudre, et tu le mettras devant le témoignage, dans la tente d'assignation, où je me rencontrerai avec toi. Ce sera pour vous une chose très sainte. Vous ne ferez point pour vous de parfum semblable, dans les mêmes proportions; vous le regarderez comme saint, et réservé pour l'Eternel. Quiconque en fera de semblable, pour le sentir, sera retranché de son peuple.

     

    Lecture de la parasha: Genèse: Chapitre 25 verset 19 à chapitre 28 verset 9.

    Lecture de la haftarah: Malachie: Chapitre 1 verset 1 à chapitre 2 verset 7.

    Lecture messianique: Romains: Chapitre 9 verset 6 à16.  

     

     

     

    Shabbat shalom 

     

     

     L.B


    votre commentaire
  •  

    Mort ou vivant.

     

    La magnifique parasha EMOR  cache entre ses lignes  des merveilleux versets.

    Emor veut dire : « Parle » où « Dis ».

     

     

    Le texte commence par la consécration des Cohanims (sacrificateur). Ceux qui sont chargés pour les hautes fonctions du temple.

    Ceux-ci sont tenus à des règles  de sainteté assez stricts puisqu’ils doivent servir dans le lieu Saint et être toujours disponible en état de sainteté, pour cela ils leur est interdit de se souiller par l’approche d’un mort.

     

    La notion générale des lois de cette parasha  reste assez trouble dans le sens terrestre, car elle vise l’élévation spirituelle de l’homme. 

     

    Le vrai sens du terme sacrificateur représente justement l’élévation spirituel de l’homme, la force spirituelle pour se surpasser.

     

    En général on serait enclin à penser que l’élévation de l’homme se ferait  uniquement en se séparant des futilités, des plaisirs et joie de la vie   comme pour avoir cet état de religieux  mais en fait c’est par la Torah que nous  atteignons cet état de sainteté.

    Car les lois sont toujours associées à des actes matériels elles permettent d’élever un simple élément de la terre en un instrument au service de la Torah.

     

    Le rôle du sacrificateur est de se surpasser pour exercer son service avec toutes les lumières qu’il possède.

    Les Cohanims de la tribu de Lévi ont été désigné par Dieu gardien des secrets de la Torah comme étant les seuls à pouvoir atteindre cette sainteté, cette différenciation entre les autres tribus à pour but le rassemblement autour de la Torah.

    C’est ce qui forme le fondement de la responsabilité d’Israël  et de tous ce qui font parti du peuple qui viennent si greffer.

     

    Il faut comprendre au sens le plus large du terme  le dépassement que Dieu exige du sacrificateur. C’est un acte de plus grande responsabilité envers ses frères. C’est celui qui fait descendre les bénédictions sur le peuple;

    Ce dépassement pour se dévouer au service du peuple c’est ce qui s’appelle « messirout nefesh » ou « le don de soi pour les autres ». 

     

    Pour toute la durée où il y a eu un temple  la descendance d’Aaron ont servi dans le temple leurs rôles de sacrificateurs pour la sanctification de NOM DE DIEU. 

     

     

    Si notre parasha vient nous montrer que la TORAH qui est  le principe vital du croyant, nous savons que Yeshoua a aboli la loi du sacerdoce lévitique.

     

    « C’est là tout le conflit avec les chrétiens qui amalgament l’abolition de la loi par toutes les lois, NON ! Yeshoua a juste aboli la loi du sacerdoce  car lui-même c’est offert en sacrifice. Toute la confusion nait de cette idée, mais si on considère que la Torah est la parole de Yeshoua on considère que les autres lois sont bonnes ». 

     

    Cette parasha vient nous dire l’abolition de la loi lévitique, mais la continuité des shabbat et des sept fêtes de Dieu selon les prescriptions de MoÏse. Tout le mystère de la vie se tient là.

    Celui qui veut vivre il vivra en suivant ce code de vie que nous enseigne la Torah  et alors la mort n’aura plus de pouvoirs sur lui.

     

    Hébreux 7:18,28.

    Il y a ainsi abolition d'une ordonnance antérieure, à cause de son impuissance et de son inutilité, - car  cette loi n'a rien amené à la perfection, -et introduction d'une meilleure espérance, par laquelle nous nous approchons de Dieu. Et, comme cela n'a pas eu lieu sans serment,

     

    car, tandis que les Lévites sont devenus sacrificateurs sans serment, Yeshoua l'est devenu avec serment par celui qui lui a dit: Le Seigneur a juré, et il ne se repentira pas: Tu es sacrificateur pour toujours, Selon l'ordre de Melchisédek. -

     

    Yeshoua est par cela même le garant d'une alliance plus excellente.

     

    De plus, il y a eu des sacrificateurs en grand nombre, parce que la mort les empêchait d'être permanents. Mais lui, parce qu'il demeure éternellement, possède un sacerdoce qui n'est pas transmissible. C'est aussi pour cela qu'il peut sauver parfaitement ceux qui s'approchent de Dieu par lui, étant toujours vivant pour intercéder en leur faveur.

     

    Il nous convenait, en effet, d'avoir un souverain sacrificateur comme lui, saint, innocent, sans tache, séparé des pécheurs, et plus élevé que les cieux, qui n'a pas besoin, comme les souverains sacrificateurs, d'offrir chaque jour des sacrifices, d'abord pour ses propres péchés, ensuite pour ceux du peuple, -car ceci, il l'a fait une fois pour toutes en s'offrant lui-même. En effet, la loi établit souverains sacrificateurs des hommes sujets à la faiblesse; mais la parole du serment qui a été fait après la loi établit le Fils, qui est parfait pour l'éternité.

     

     

    Par cette alliance nouvelle Yeshoua a fait de nous des sacrificateurs

     

    Apocalypse 1:5,6. 

     

    _De la part de Yeshoua, le témoin fidèle, le premier-né des morts, et le prince des rois de la terre! A celui qui nous aime, qui nous a délivrés de nos péchés par son sang, et qui a fait de nous un royaume, des sacrificateurs pour Dieu son Père, à lui soient la gloire et la puissance, aux siècles des siècles! Amen! _

     

     

    Ainsi il en devient pour nous d’endosser le service de sacrificateur.

    Comme les cohanims nous apportons devant Yeshoua les personnes qui ne connaissent pas Dieu.

    Ainsi comme il convient à de bons sacrificateurs de se sacrifier pour son prochain en se tenant en sainteté pour porter les âmes qui sont mortes non mortes de chair mais mortes de l’âme.

     

    La responsabilité des croyants c’est d’abord d’être utilisé par Dieu comme des sacrificateurs saints qui pouvons nous approcher de Yeshoua et prier pour ces morts-vivants.

     

    Mais il est un principe d’une dimension plus haute dans la prière qui se fait s’il y a au moins dix personnes  car notre sainteté n’étant pas acquise sur tous les fondements de 10 attributs de sainteté de Dieu comme le grand sacrificateur pouvait avoir , il nous ait révélé que la meilleure condition pour faire élever les prières serait l’union de 10 personnes cela s’appel un »MINIAN ».

    Un minian peut favoriser des miracles et de grandes bénédictions. C’est pourquoi il est préférable de ne pas rester seul mais de se rapprocher des  communautés.

    Ces 10 personnes font référence aux dix jours de repentance entre Roch Hachana et Kippour ou le pardon des péchés est accepté immédiatement. Un groupe est porteur d’une dimension élever comme une âme collective. 

    Ainsi comme le dit le Rav Avraham Kook « Les âmes des individus du peuple d’Israël tirent leurs sources du Dieu vivant dans le trésor commun ».

    Le groupe (LE KLAL) donne son âme à chacun des individus d’Israël.

    Si le peuple de Dieu peut atteindre le niveau Knesset d’Israël épouse de Dieu ce n’est de toute façon qu’au niveau collectif. Lorsque toutes les âmes s’unissent pour se rapprocher de leur créateur et tenter l’union avec Dieu.

    La proximité avec Dieu c’est par Yeshoua  qui nous fait entrer  dans le KLAL d’Israël par cette adhésion nous réunissons une puissance dans les prières.

     

    Cette parasha est avant tout l’élévation du Nom De Dieu qui ne doit jamais être profané.

     

    _Pour glorifier le NOM DE DIEU  un seul moyen nous est accordé par la reconnaissance du NOM DU MESSIE YESHOUA, respecter les shabbat et les fêtes.

     

    -Pour blasphémer le NOM DE DIEU un seul moyen, ne pas reconnaitre le VRAI NOM DU MESSIE YESHOUA,  ne pas  faire le shabbat et fêtes, mais fêter  les fêtes païennes.

     

    Car si la souillure des sacrificateurs venait sur eux lorsqu’ils approchaient d’un cadavre il en convient de penser  que nous ne devons pas nous souiller avec les morts, ces morts qui sont toujours vivants de corps mais en une sorte de mort de l’âme.

    S’éloigner des  morts pour se regrouper parmi les vivants pour élever des prières qui vont réveiller tous ces morts-vivants qui sont autour de nous.

     

    Ainsi on aura accompli comme Yeshoua l’a fait le « messirout nefesh » le don de soi pour les autres. 

    Comme de bons sacrificateurs faisons monter les prières vers Dieu en honorant sa Torah qui nous sanctifie pour sanctifier le NOM DE DIEU afin que nos prières viennent ressusciter ces  morts.

    Car si nous, nous avons reçu la révélation DU GRAND NOM DE YESHOUA nous savons que les fêtes et les shabbat c’est cela qui glorifie LE NOM DE DIEU n’oublions d’être des sacrificateurs qui prient pour les perdu.

     

     

    Parasha du samedi 18 mai 2019. Parasha EMOR : 31.

    Lecture de la parasha : Lévitique : Chapitre 21 verset 1 à chapitre 24  verset 23.

    Lecture de la haftarah : Ezechiel : Chapitre : 44 verset 15 à 31.

    Lecture messianique : hébreux :Chapitre 10 verset 1 à 39.

     

     

    Shabbat shalom

     

    L.B


    votre commentaire
  • Parasha du samedi 18 aout 2018. Parasha Choftim.

     

    Fermer ses portes.

     

     

    La parasha Choftim commence en disant : tu institueras des juges et des magistrats. Dans toutes les villes que l’Eternel ton Dieu te donnera.

    Le mot hébreu pour ville signifie littéralement « Porte ».

    Le mot magistrat signifie littéralement « Policier ».

    « Tu institueras des juges et des policiers ».

    La fonction du juge c’est d’évaluer les délits pour donner une sentence, la fonction du policier c’est d’arrêter et d’emprisonner les coupables.

     

    Les portes dont il est question ici sont les portes  de notre corps.

    Notre corps est composé d’ouvertures qu’il faut protéger.

    Nous avons 2 yeux, 2 narines, 2 oreilles, 1 bouche, 2 parties basses, 1 peau.

    C’est 10 parties de notre corps  sont des réceptacles capables de recevoir, qui peuvent laisser pénétrer toutes sortes de mauvaises influences.

    C’est pourquoi nous devons placer des juges et des policiers devant ces 10 parties de notre corps, afin qu’ils ne laissent entrer aucune de ces mauvaise chose par ces portes.

     

    Le temps s’accélère et nous sommes rentré dans la mondialisation qui veut faire de nous tous leurs esclaves, leurs prisonniers.

    Satan est entré dans son temps et les choses s’accélèrent, car il veut récupérer le plus d’âme possible tant qu’il a encore le temps.

    Notre génération est en pleine guerre.

     

    L’arme de la mondialisation s’appelle liberté, iniquité.

    Mais Dieu nous a laissés dans les écritures le moyen de désarmer ces dictateurs.

    Ils veulent un monde comme sodome  mais Dieu a donné l’héritage aux fils d’Abraham pour qu’il sache que la guerre des sodomites ne viennent pas atteindre les croyants.

    Le piège de satan c’est l’éveille des sens de la dépravation sous toutes ses formes mais  celle qui va détruire les villes c’est le réveille des sens de la sexualité la plus dépravée. « Sodome ».

     

    L’éveille de ces sens est un poison pour la race humaine les yeux, les narines, les oreilles, la bouche,  les deux parties bases et la peau sont des capteurs que le mal c’est très bien utiliser pour les stimuler.

     

    La loi nous interdit de s’approcher de l’impureté et nous enseigne à avoir une droiture sévère envers notre comportement sexuel.

     

    Les yeux,  les narines, les oreilles, la bouche, les parties base et la peau sont facilement sensibles et stimulé  par la sensualité qui est une enivrance des sens qui produisent une attraction directe sur les parties basses « sexe ».

     

    L’éveil de nos sens  par les mauvais esprits  laisse entrer en nous leurs désirs d’agir contre les lois de Dieu, tout ce que Dieu a interdit ces esprits nous poussent à le faire.

     

    Notre génération bien plus que toutes les autres est envahi par ces désordres sexuels,  les gens sont agressé par les influences mauvaises  et ceux qui veulent résister  à ces fléaux de perversité  sont confronté  à une dualité  des plus féroces. Les hommes puis les femmes sont attaqués par les yeux en regardant de la pornographie. 

    La pornographie  est placée sous les plus hautes autorité sataniques qui soient.

    La pornographie est une aliénation qui  contrôle nos sens pour produire l’impuissance de la personne,  ainsi manipulée la personne  ne peut plus avoir de relation sexuelle que par la stimulation de la pornographie,  c’est ainsi que satan opère le contrôle d’une personne créant une dépendance  d’enivrance qui est très difficile à maîtriser.

    La pornographie c’est comme une drogue qui ne se contente pas d’avoir ce qu’elle a,  mais pousse toujours à aller plus loin.

    Ainsi par la vision, l’écoute l’éveille des sens laisse entrer les terribles esprits qui vont à leurs tours stimuler le corps entièrement  pour  les conduire à vouloir plus de pornographie de plus en plus sale jusqu’à ce que l’esprit d’homosexualité rentre par le corps pour aller jusqu’au plus terrible des crimes « la pédophilie ».

     Ainsi menotté et esclave satan a pris possession des personnes.

    C’est pourquoi cette parasha aux multiples interprétations   nous enseigne ICI  à mettre des juges et des magistrats à nos portes. 

    La parasha nous enseigne : « Tu établiras  un ROI afin  qu’il y est  une autorité qui gouverne sur toi ».

    -Les sages  pour cette parasha disent à ce sujet:   « Donne nous  un maitre  en Torah  que nous puissions consulter en tout temps ».

     

    Dieu nous a envoyé   le seul maitre en Torah qui soit c’est Yeshoua.
     Yeshoua notre maitre nous rappelle sans cesse que notre force face à la dualité  qui s’oppose à nous se trouve  dans la Torah  car le signe que nous portons sur nous lorsque  nous pratiquons les shabbat  ferme les portes de la corruption à  tous nos sens et  n’ont aucune résonance face aux influences mauvaises. C’est comme le signe que nous mettons devant nos porte « LA MEZOUZA » qui protège,  le signe que nous appartenons a Dieu de la Torah.

     

     

    Dans le livre de l’exode est écrit ;

     

    -Il s'éleva sur l'Egypte un nouveau roi, qui n'avait point connu Joseph. Il dit à son peuple: Voilà les enfants d'Israël qui forment un peuple plus nombreux et plus puissant que nous. Allons! montrons-nous habiles à son égard; empêchons qu'il ne s'accroisse, et que, s'il survient une guerre, il ne se joigne à nos ennemis, pour nous combattre et sortir ensuite du pays. Et l'on établit sur lui des chefs de corvées, afin de l'accabler de travaux pénibles. C'est ainsi qu'il bâtit les villes de Pithom et de Ramsès, pour servir de magasins à Pharaon. Mais plus on l'accablait, plus il multipliait et s'accroissait; et l'on prit en aversion les enfants d'Israël. Alors les Egyptiens réduisirent les enfants d'Israël à une dure servitude. Ils leur rendirent la vie amère par de rudes travaux en argile et en briques, et par tous les ouvrages des champs: et c'était avec cruauté qu'ils leur imposaient toutes ces charges.

     

     

    Le verset explique qu’il s’éleva un roi sur l’Egypte  qui n’avait point connu Joseph.

     Joseph représentant l’image de Dieu et un autre roi qui ne connaissait pas Dieu. Le peuple se détourna de Dieu et il devint esclave.

     

    Un roi sans loi de Dieu conduit toujours le peuple à la servitude.

    De Joseph à Moïse s’est écoulée  400 ans de dure esclavages.  

     

    Moïse donna au peuple des lois qui les protégeait de l’esclavage. 

    Ces lois nous dit l’Eternel: Seront jusqu’à la fin des temps pour nous protéger des mauvaises influences.

     

     Yeshoua est venu pour le pardon de nos péchés pas pour que nous n’accomplissions plus la loi car alors on serait en danger. 

     Notre Roi  Yeshoua pardonne nos péchés  et combat pour nous  notre état de dualité, mais nous ne devons pas en faire une excuse pour ne plus pratiquer les lois de moralités sexuelles. Cette parasha nous fait comprendre que notre ROI nous à pardonné nos fautes mais nous devons confesser nos fautes pour quelles soient expiées,  car c’est l’expiation  qui va effacer les traces  et les conséquences de nos fautes, afin  que les mauvais esprits ne viennent plus s’abreuver de nos erreurs  et que par nos prières nous demandons à Dieu de mettre des juges et des magistrats devant toutes nos portes du corps afin d’être préservé pur jusqu’a la fin. 

     

     

    Les guerriers de satan ont envoyé des tirs sur le monde des cohortes d’esprits sont maintenant très actifs et tenteront avec ingéniosité de pervertir toute la race humaine afin qu’ils soit pervertis et controlés. 

    Seul ceux qui appartiennent à Dieu d’israël seront épargné comme aux jours de sodome. 

    Il sera difficile de résister à l’assaut sexuel de l’armée » sataniques. 

     

    Alors maintenant peuple de Dieu nous dit l’Eternel: Repentez-vous d’avoir aux jours honteux succombé aux charmes enivrants de ces  princes de la mort  qui vous ont séduits.

     Qu’il ne reste rien en vous de ce qui est impur afin qu’aucune tentation ne vienne réveiller vos sens aux jours de faiblesse. 

    En ce temps de repentance demandons pardons  pour avoir mis un roi sans loi comme autorité divine ,et d’avoir été séduit par des esprits pervers.

    Que Yeshoua soit notre Roi car il est le seul à pouvoir pardonner nos fautes et quelle soient expiés  pour toujours  et qu’il mette des juges et des magistrats devant nos portes.

     

     

     

     

    Haftarah: Esaïe 51 : 12, 23.

     

    C'est moi, c'est moi qui vous console. Qui es-tu, pour avoir peur de d'homme périssable, Et du fils de l'homme, pareil à l'herbe?

     

    Et tu oublierais l'Eternel, qui t’a créé, Qui a étendu les cieux et fondé la terre! Et tu tremblerais incessamment tout le jour Devant la colère de l'oppresseur, Parce qu'il cherche à détruire! Où donc est la colère de l'oppresseur?

     

    Bientôt celui qui est courbé sous les chaines sera délivré; Il ne mourra pas dans la fosse, Et son pain ne lui manquera pas. Je suis l'Eternel, ton Dieu, Qui soulève la mer et fais mugir ses flots. L'Eternel des armées est son nom. Je mets mes paroles dans ta bouche, Et je te couvre de l'ombre de ma main, Pour étendre de nouveaux cieux et fonder une nouvelle terre, Et pour dire à Sion: Tu es mon peuple!

     

    Réveille-toi, réveille-toi! lève-toi, Jérusalem, Qui as bu de la main de l'Eternel la coupe de sa colère, Qui as bu jusqu'à la lie la coupe d'étourdissement!

     

    Il n'y en a aucun pour la conduire De tous les fils qu'elle a enfantés, Il n'y en a aucun pour la prendre par la main De tous les fils qu'elle a élevés.

     

    Ces deux choses te sont arrivées: -Qui te plaindra? -Le ravage et la ruine, la famine et l'épée. -Qui suis-je pour te consoler? -

     

    Tes enfants en défaillance gisaient à tous les coins de rues, Comme le cerf dans un filet, Chargés de la colère de l'Eternel, Des menaces de ton Dieu.

     

    C'est pourquoi, écoute ceci, malheureuse, Ivre, mais non de vin!

     

    Ainsi parle ton Seigneur, l'Eternel, Ton Dieu, qui défend son peuple: Voici, je prends de ta main la coupe d'étourdissement, La coupe de ma colère; Tu ne la boiras plus!

     

    Je la mettrai dans la main de tes oppresseurs, Qui te disaient: Courbe-toi, et nous passerons! Tu faisais alors de ton dos comme une terre, Comme une rue pour les passants.

     

     

    Shabbat shalom

     

     

     

    Lecture de la parasha : Deutéronome : Chapitre 16 verset 18 à chapitre 21 verset 9 

    Lecture de la haftarah : Esaïe : Chapitre  51  verset 12  à chapitre 52 verset 12.

    Lecture messianique Jude 1.

     

     

     

    L.B


    votre commentaire
  •  

    Préparer le chemin.

     

     

    Philippiens 2:6-11:

     

     « Lui,(Yeshoua) de condition divine, ne retient pas

    jalousement le rang qui l'égalait à Dieu. Mais il s'anéantit

    lui-même, prenant condition d'esclave, et devenant

    semblable aux hommes.  S'étant comporté comme un

    homme, il s'humilia plus encore,  obéissant jusqu'à la mort,

    et à la mort sur un bois ! Aussi Dieu l'a-t-il élevé et lui

    a-t-il donné le Nom qui est au-dessus de tout nom, pour

    que tout, au nom de Yeshoua,  s'agenouille, au plus haut

    des cieux, sur la terre et dans les enfers, et que toute

    langue proclame, de Yeshoua Messie,  qu'il est SEIGNEUR,

    à la gloire de Dieu le Père ».

     

     

    Ces versets sont la clef de cette parasha.

     

    La parasha TSAV qui veut dire « Ordonne ».

     

    Hébreux 13:12.

     

    C'est pour cela que Yeshoua, afin de sanctifier le peuple par son propre sang, a aussi souffert hors de la porte.

     

    Hébreux 12:14.

     

    Recherchez la paix avec tous, et la sanctification, sans laquelle personne ne verra le Seigneur.

     

    Nous recevons par là deux grands enseignements : Recherchez la paix avec tous et recherchez la sanctification.

     

    Soyez saint car je suis saint. C’était l’ordonnance dans les parasha précédentes.

    Mais l’ordre de cette parasha va maintenant plus loin.

    Rendre pur ce qui est profane ou impur.

     

    Le projet de Dieu est de descendre sur terre pour réunir tous ces enfants.

    Ainsi le tabernacle puis le temple de Jérusalem furent l’ombre des choses à venir.

    Si Dieu pouvait contenir dans un espace aussi petit son projet d’avenir c’est prendre tout l’espace de la terre.

    Mais pour ce faire il faut purifier la terre. C’est cela la révélation de cette parasha.  « SANCTIFIER LA TERRE ».

     

    Nous sommes chacun de nous tous les habitants mis à contribution pour cette oeuvre grandiose.

    Chaque âme est prévue pour une mission particulière pour purifier la terre.  L’homme est partenaire de Dieu.

     

    La fausse conception du paradis contraint de croire que le croyant  bénéficie de la grâce éternelle sans rien accomplir, Il s’agit au contraire de comprendre qu’il faut réussir à transformer notre monde profane par un monde qui reconnaitra la royauté de Yeshoua.

     Ainsi s’accomplira la prophétie:

    « La terre sera remplie de ma gloire ». 

     

    Cet accomplissement se produira lorsque tous  célébreront les shabbat et toutes les fêtes bibliques que seuls les juifs ont su conserver. Car c’est déjà en commençant par honorer les commandements qu’on commence à sanctifier le temps sur la terre  en se mettant au diapason du calendrier de Dieu.

    La semaine commence par le dimanche et se termine par le repos du shabbat le septième jour. Car le calendrier grégorien notre calendrier actuel qui fut déjà repensé par le pape Grégoire XIII qui déjà avait était revu par Constantin au temps du calendrier Julien lui-même modifié du calendrier romains établi sur le décompte solaire un jour une nuit, complètement contraire au calendrier établi par Dieu lors de la création.

     

    Les fêtes honorées au calendrier biblique Pâque, Pentecôte etc... sont donc absolument nécessaires pour rétablir la sanctification du temps sur la terre.

     

    La sanctification s’effectue par l’amour et par nos actes d’obéissance à la parole que Dieu nous à laissé dans Sa bible.

     

    Le shabbat vient signifier en premier lieu: « Témoignage ». Il signifie le début et la fin de la création, il est comme le monde qui vient; qui veut dire  littéralement: « Le monde que l’homme doit faire venir dans la réalité par ses actes et sa foi ».

     

    Dans la guematria. Le chiffre 777 quantifie « l’unification de la terre » (sanctification de la terre) ainsi parallèlement le chiffre 777 définie « Yeshoua Sauveur ».Yeshoua sanctification.

    777 c’est aussi YHVH dans Yeshoua messie.

     

    Yeshoua de condition divine est venu sanctifier le monde avec son sang qui a coulé sur cette terre, Il est aller hors du camp (hors de Jérusalem) pour sanctifier la terre  « Golgotha c’est hors du camp ».

     

    Hebreux 23;12

     

    C’est pour cela que Yeshoua aussi afin de sanctifier le peuple par son propre sang a souffert hors du camps.

     

    Il nous a rachetés et rendus pur et chacun des habitants de terre a reçu du Seigneur le pacte d’alliance qui lui permet  de se sanctifier et a le devoir de sanctifier tout ce qu’il touche où tout ce qu’il approche.

     

    Vous serez saint car je suis saint nous dit le Seigneur, si vous vous conformer à mes commandements.

    Sanctifiez-vous maintenant  sanctifier la maison de l’Eternel et mettez ce qui est impur hors du sanctuaire.

     

    Préparer le chemin qui fera descendre le seigneur sur terre en rendant pur tous ce qui a été souillé.

     

    Hebreux 2 ,14 

     

    Ainsi donc, puisque les enfants participent au sang et à la chair, il y a également participé lui-même, afin que, par la mort, il anéantît celui qui a la puissance de la mort, c'est-à-dire le diable, 

     

    C’est en participant à la coupe de vin et de pain à shabbat qu’on participe à la sanctification de l’espace dans chacune de nos maisons qui sanctifie un espace de la terre.  Tous les actes que la bible nous ordonne de faire sont pour la sanctification de quelques choses les lois de la Torah sont pour sanctifier toutes choses.

    L’acte d’amour c’est de participer a la purification de tout pour que Dieu vienne y établir son royaume pour un temps défini.

     

     

    Ce que demande le Seigneur c’est de ne pas regarder les choses comme impur car tout ce qu’il a créé est pur mais de le prendre avec action de grâce c’est- a- dire en le sanctifiant par nos paroles.

     

    1 Timothée 4; 4,5

     

    Car tout ce que Dieu a créé est bon, et rien ne doit être rejeté, pourvu qu'on le prenne avec actions de grâces.

    Parce que tout est sanctifié par la parole de Dieu et par la prière.

     

     

    C’est par la prière que l’on sanctifie les choses.

    Car toutes choses doivent être purifiées par la prière si toutefois nous sommes d’abord sanctifiés par la foi et les actes en Yeshoua.

     

    Nous avons la possibilité de rendre pur  ce qui est devenu impur.

     

    La prière est la puissance que nous possédons pour annuler les choses mauvaises et les ramener à la sainteté que Dieu avait établi d’avance sur chaque chose.

     

     

    La prière type pour sanctifier nos actes:

     

    « Bénis sois-tu l’Eternel notre Dieu Roi de l’univers qui nous a sanctifiés par Tes commandements et nous a ordonné de …….. »

     

    Rajouter la suite en fonction l’acte à faire.

    Exemple:

    Pour sanctifier toutes sortes de nourritures.

    Bénis sois-tu l’Eternel notre Dieu Roi de l’univers qui nous a sanctifié par Tes commandements et nous a ordonné de sanctifier la nourriture. 

     

    Bénis sois-tu l’Eternel notre Dieu Roi de l’univers qui nous a sanctifiés par Tes commandements et nous a ordonné de nous laver les mains avant de toucher les choses saintes.

     

    Aussi pour toutes actions: Lieu profane où nous allons, avant toutes réunions ou assemblées,  avant de lire la  bible, où pour allumer les bougies de shabbat etc  nous disons cette prière en ajoutant le sujet concerné afin de sanctifier l’espace où se situe l’action.

     

     

     Exode 30,29

     

    Tu sanctifieras ces choses, et elles seront très saintes, tout ce qui les touchera sera sanctifié.

     

    Le shabbat et les fêtes sanctifient le temps et nos prières sanctifient l’espace de nos actes.

     

    Apocalypse 21; 22,27 

     

     

     

     
    Je ne vis point de temple dans la ville; car le Seigneur Dieu tout-puissant est son temple, ainsi que l'agneau. La ville n'a besoin ni du soleil ni de la lune pour l'éclairer; car la gloire de Dieu l'éclaire, et l'agneau est son flambeau. Les nations marcheront à sa lumière, et les rois de la terre y apporteront leur gloire. Ses portes ne se fermeront point le jour, car là il n'y aura point de nuit. On y apportera la gloire et l'honneur des nations. Il n'entrera chez elle rien de souillé, ni personne qui se livre à l'abomination et au mensonge; il n'entrera que ceux qui sont écrits dans le livre de vie de l’agneau.

     

    Ainsi si nous marchons selon le model de Yeshoua, en nous conformant selon les écritures et non selon ce que le monde profane a établi nous serrons appelé des serviteurs utiles pour Dieu, et notre espérance d’éternité  sera certaine.

     

     

    Préparons le retour du Seigneur afin qu’Il vienne sur une terre digne de le recevoir.

     

     du samedi 24 mars 2018.Hébreux 13:14

    Car nous n'avons point ici-bas de cité permanente, mais nous cherchons celle qui est à venir.

     

    Cette parasha nous prépare a la fête prochaine Pâque Pessa’h, pour recevoir pleinement la paix et la sanctification de Yeshoua. 

     

     

    Je souhaite a tout le peuple de Dieu et à ceux qui le cherche beaucoup de bénédictions  comme il est d’usage de dire pour ce grand shabbat avant Pâque.

     

     

     

    Shabbat shalom

     

     

    Lecture de la parasha : Lévitique: Chapitre 6 verset 1 à chapitre 8 verset 36.

    Lecture de la haftarah : Jérémie:Chapitre 7 verset 21 à chapitre 8 verset 3 chapitre 9 verset 22,23.

    Lecture messianique :1Timothée :Chapitre 4 verset 1 à 16. et Hébreux : Chapitre 13 verset 6 à 14.

     

    Lydia.B

     

     

     

     

     

     

     

     


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique